Hans Trapp, Jean de Dratt, Krampus, le père fouettard alsacien

Publié le 13 Décembre 2007

Mon propos sera un peu plus long, mais il reprend différents articles que j'ai publié sur le sujet.
Ils concernent tout d'abord Hans Trapp (Jean de Dratt) ses variantes folkloriques, mais aussi les personnages autrichien tel que Krampus,





Jean de Dratt, ou Hans von Dratt (Drodt) ou Trotha  père fouettard alsacien évoquant le personnage historique ,  originaire de Thuringe,  du comte de Berwartstein ou Baerwelestein (Bärbelstein) non loin de Wissembourg à la fin du XV ème siècle, mort en 1503 (seul H.J. Troxler parle de 1514), maréchal, du Pfalzgraff Philip, excommunié. (Pour Troxler de la cour du comte palatin Frédéric le Victorieux) Stoiber donne cette version dans l’Alsatia en 1850, en 1876, Seinguerlet parle d’un soudard de la guerre de Trente ans. Il aurait été déposé dans la chapelle Sainte-Anne (dont une photo a été reproduite dans le Nouvel Alsacien du 5.12.1981) où une inscription, aujourd’hui disparue, a rappelé la réputation du seigneur du lieu. Il était un soldat intrépide, à qui l’on confia les châteaux de Grafendahn, du Bertwarstein et de Dahn.
Le dimanche qui suit Noël, à Wissembourg, une tradition fait suite au défilé du vilain homme, fouettant, vétupérant, fouettant, enfermant les enfants dans sa cage. A titre de représailles à ces exactions, les habitants repoussent le malapris dans son château à travers les paysages du Felsenland. C’est l’occasion d’une randonnée de 18 km qui se termine sur un tradition et d’un repas au château du terrible personnage. (DNA 26/12/2003). Le château est aujourd’hui la propriété des Fleckenstein d’Alsace, il a échappé à la destruction lors de la dernière guerre mondiale.
Les accusations portées contre lui seront jugées à Haguenau par la Décapole (l’union des villes alsaciennes), puis par l’empereur Maximilien et enfin par la Diète de Worms. Visiblement, cela n’a pas été facile de s’en sortir,  excommunié, la sanction sera levée par le troisième pape qui eut à connaître de l’affaire Jules II. (Avant lui Innocent VIII, Alexandre VI).

Interdit au  “Hans Trapp”
Est-il toujours valable, ce texte punissait de 3 Gulden le fait de “faire des Christkindel et des Hans trapp, des masqués de Pentecôte et des rencontres entre jeunes gens et jeunes filles”. ( 23 août 1737 paragraphe 18, dans le comté du Hanau-Lichtenberg)



(dans une représentation alsacienne par la troupe dynamique du village de Osthouse, voici un bien débonnaire et symparhique Hans Trapp avec son âne, on remarquera tout de même sa tenue foncée, noire, pas de chaîne aux alentours, mais un sac, c'est le méchant compagnon du Christkindel, voir notre article sur le sujet, l'enfant jésus ou sorte de Fée, Ste Lucie :  Christkindel cet inconnu... )


Le texte dit aussi que les HansTrapp de promenaient avec des “verges et des sonnailles” sont punissables. Les amateurs de traditions populaires devront se méfier, nul n’est censé ignorer la loi !

La baronne d’Oberkirch, dans ses mémoires, raconte  sa visite au marché de noël en 1785 à Strasbourg, « on attend la visite du Christkindel qui doit récompenser les bons petits enfants, mais on craint aussi le « Hanstrapp » (en un mot et tout attaché) qui doit chercher et punir les enfants désobéissants et méchants. Le Christkindel plaît toujours et les cadeaux aussi ; souvent on entend la voix rude et sévère de Hanstrapp », qui paraît même quelquefois armé d’un martinet, et vêtu de rouge et de noir comme Satan ».

Voilà donc le décor planté, une fois de plus,  par la Baronne. On y retrouve la crainte, la tenue noire et rouge reprise par Krampus.

Hans Trapp et autres compagnons négatifs accompagnant les personnages positifs de l’avent et de noël (Nicolas, Christkindel, Père Noël) :
Ces trois personnages (par ordre d’apparition dans nos villes) sont la générosité, et l’honneur personnifiés. Ils distribuent des dots, leur argent, des cadeaux... à deux dates distinctes. Mais afin de mettre en évidence et en valeur leurs atouts et sans avoir la possibilité pour un être aussi gentil de châtier, de juger, de faire peur. Il fallait bien qu’un des personnages hideux, leur négatif en tous points puisse rendre les moins froussards les plus doux.
Ce sont des personnages hideux, les masqués de l’hiver  comme les nomme un auteur1 , qui vont jouer ce rôle. Ou encore les “masqués sauvages” .
 
Ils sont la personnification du mal, à lire ce qu’écrit Jules Hoche en 1897 : “A côté de sa blanche compagne (le Christkindel, l’enfant Jésus, personnification de Ste Lucie qui représente le génie du bien),  il incarne, lui, une sorte de Lucifer, de délégué du diable, de croquemitaine biblique, et il a pour attribut une verge à rameaux tricolores dont il menace les enfants qui ne sont pas disposés à tenir les promesses faites au Christkindel, son nom est Hans Tràpp et il ne parle que le patois d’Alsace.”2

Ils doivent donc  faire peur dans un but pédagogique évident, mais aussi de rappeler que la vieille année s’achève et que le temps de la remise en question des lois sociales et des normes d’organisation de la cité va bientôt revenir. (Le Carnaval, particulièrement  Outre-Rhin, débutant dès la fin du Temps de Noël .)
Ils vont traîner leurs pas lourds durant l’Avent (pour certains) ou seulement aux deux grandes fêtes pour d’autres.
L’origine la plus ancienne semble être, le “Chasseur sauvage” , c’est-à-dire le dieu Wotan, dont un accompagnateur chargé de punir les mauvais enfants se tient à des côtés. Il chevauche les cieux comme  ses   trois descendants3  !
(voir le mot chasse sauvage)
Le personnage le plus connu dans la culture française est le Père Fouettard, sorte d’héritier de Jean de Dratt (Hans Von Trotta)  revêtu d’une peau d’animal ( à rapprocher des masqués de l’hiver, d’où son nom : Rüpelz, celui qui porte une peau de bête) armé de verges, de baguettes. Il faisait grand bruit avec ses bottes (er tratt, d’où selon certains,  le nom : Jean qui trépigne ou encore Jean aux pas lourds  pour J. Lefftz) mais aussi avec des chaînes et des grelots.Dans le Palatinat, on lui donne de nom de “Stampes”. C’est la version de Joseph Lefftz.

 Le personnage historique a donné bien des soucis à la ville de Berbelstein ou Berwartstein (selon les orthographes, l’orthographe des noms de famille n’a été figé que très récemment) près de Wissembourg, Membre de la Décapole, maréchal du Pfalzgraff Philip à la fin du XVème et début du XVIème siècle. Il est mort en 1503. Excommunié pour ses turpitudes qui feraient passer nos délinquants en cols blancs pour des saints hommes . Il a fait office de croque-mitaine de “kinderpopanz” (épouvantail à enfants).  Notamment nous apprend Agnès Ball dans le magazine l’Outre-Forêt (IV-1990 n°72) en barrant la Lauter empêchant le flottage du bois, interdisant de ramasser du bois dans ses forêts alors que c’était un usage cher à la population paysanne d’avoir le droit de glâner bois et baies sauvages. Il fit creuser des digues (sur la Wieslauter  dans la vallée et lorsqu’un lac fut formé, il fit démolir le barrage) et ainsi il engloutit les cultures. Susanne Mayer, dans l’Alsace du 5.12..1981,  parle de « Wissembourg  sous les eaux ».  « Hans voulait aussi que son frère soit admis au chapitre de la cathédrale » nous signale Susanne Mayer.   L’abbé qui s’opposa à Hans partit pour Rome afin de le faire bannir, l’homme mourut sur le chemin du retour, mais Rome avait excommunié le comte en 1493.
Les valets de  cet homme suivirent l’exemple de leur maître et rançonnèrent les commerçants. L’église n’apprécia guère plus,  qu’ avec « 2000 hommes,  il s’empare du château de Saint-Rémy, une des 4 défenses extérieures de l’abbaye de Wissembourg. « Il dévasta notamment le Mundat inférieur ». (Agnès Ball, Outre-Forêt, page 4, IV-1990, n°72). Il prit aussi, selon Suzanne Mayer, des villages de Steinfeld et Kapsweyer. Les habitants durent payer des rançons pour se débarrasser de lui et de ses hommes.
 On comprend mieux  l’excommunication prononcée par l’église puis retirée par le troisième pape par le biais de la médiation de l’évêque de Spire. ( voir aussi Jean-Jacques Mourreau, dictionnaire sincère de l’Alsace singulière » Séguier, Atlantica, Anglet 2002, article Hans Trapp).  Mais apprécié pour ses qualités militaires il sera proclamé  par l’empereur « chevalier de la Toison d’Or » distinction suprême.
 


 (carte de l’Alsace du 5.12.1981, article de Susanne Mayer)








On lui découvre  encore une autre origine selon E.Seinguerlet y voit le souvenir d’un soudard de la guerre de Trente Ans. (1618 – 1648)

Dans les alentours de Munster, on pensait qu’il vivait dans les bunkers de la première guerre mondiale disséminés dans les forêts proches.

Une représentation du Journal illustré  du 1er janvier 1878 (p 5) le montre même avec une bête féroce (un loup ?) tenu en laisse (personnage négatif) un ange à ses côtés (personnage positif). On s’interroge comment on pouvait jouer cette scène ?





 Après son passage si l’enfant s’était mal conduit, il laissait dans les bottes des épluchures, des noisettes trop dures ou des restes de gâteaux ! Bref vraiment pas très sympathique l’ancien homme que ce soit son côté historique qui ressorte ou son côté homme des bois et tête d’âne.
S’il porte un sac c’est non pour se donner une contenance,ou distribuer des gâteries mais bien pour emporter d’éventuels mauvais garnements 4 , qui pourront le cas échéant s’enfuir après une raclée méritée. Le moins crédule commence à y croire emporté dans son sac. Des parents actuels nous racontent avoir été emporté sur quelques mètres dans un sac et reçu quelques taloches de ce Hans Trapp visitant les familles.

Une Benfeldoise de 78 ans (12-2006)  nous a raconté qu’avant guerre  dans sa famille,  on avait reçu la visite de ce Hans Trapp. Elle en avait eu bien peur, il avait un manteau brun foncé et une barbe, portait un « rüet ». Mais ne nous a rien fait. En fait, dit-elle je l’ai reconnu lorsqu’il parlait c’était le voisin, mort depuis longtemps raconte-t-elle, qui s’était déguisé.  « Warte nur ! der Hans Trapp soll dich Hole » était la formule que les enfants redoutaient car elle évoquait la menace d’être emportée dans le sac du Rubelz.

Voici un poème récité par la mère avant la venue du Hans Trapp5  :
Die Kinder wo grîne
Die holt d’r Hàns Tràpp
Der wurd Eich erschïne
In sinere Pelzkàpp
E zottiger Màntel
Hät’er éwer sich gelejt
Der lehrt Eich e Wàndel
I ha’s ni schon gseit !
Er kommt nie als im WInter
In’s Hïsele nï
Dert holt’r e Stacka
E bissigi Rüet
Er schlàjt eim in d’r Nacke
Uff d’Hoser fer güet !
(Les enfants qui pleurent seront cherchés par Hans Trapp, il va vous apparaître en bonnet de fourrure avec un manteau rapiécé qu’il porte sur lui il vous apprendra à changer je vous l’ai déjà dit il ne vient qu’en hiver dans la maison là il prend un bâton une verge mordante il vous frappe dans la nuque et sur les pantalons pour de bon !)






Quand Hans Trapp apparaît enfin, les enfants récitent :
I will folje in d’r Mamme
Im Pàpa noch meh
in alle zwei zamme
Oh ! màch m’r nit weh
Will’s Katzele nimm riswe
Am Wadele, àm Bein,
Ném schlàje, némm bisse, Némm werfe mit Stein
Némm d’Höseler verbrenne
Némm fische im Bach
Das alles versprich i
Im güete Hans Tràpp !
(Je promets d’écouter mamIMG-0601.JPGan et papa encore plus d’obéir à tous les deux  ; oh ! ne me fais pas mal je ne veux plus tirer le petit chat par la queue , ni aux pattes, plus le frapper, plus le mordre, plus le blesser avec des pierres, je ne veux plus brûler mes pantalons plus pécher dans le ruisseau tout ceci je le promets au bon Hans Trapp !)

On le voit le texte ne manque pas d’humour et de recherche de pittoresque d’un personnage négatif supprimé, on en vient à sourire et à rendre grâce à ce méchant qui joue un rôle de justicier, la menace plus forte que la sanction en quelque sorte !  Les dérives que signalent ceux qui jouent les pères noëls à domicile. Outre une récompense à apporter, une tétine ou un doudou à confisquer, ils sont chargés de menacer.

Aux Pays-Bas, c’est “Pierre le Noir” (nommé aussi zwarte Pieten, dont certains dictons sont encore porteurs d’un sens proche en Alsace, il sera alors utilisé dans l’esprit de mouton noir, de bouc émissaire), accompagné de “Maures” en souvenir sans doute des invasions musulmanes du Sud du 8ème siècle. Ces deux personnages, deux valets maures  (Maures),  sont alors les  héritiers des saltimbanques du Moyen-âge, faisant tours, acrobaties et se promènent au visage noirci.

Au contraire, le Père Fouettard est vêtu de foncé, hirsute, ou encore de paille,  pileux agite avec force cloches et fouets (telles les divinités anciennes pour porter bonheur on secouait les fouets,  et l’on tapait avec des verges, ces rites interdits par le christianisme ont, selon toute probabilité,  été transformés en rites autorisés ou du moins tolérés). D’ailleurs l’origine serait la théorie de Arnold Von Gennep Hans Trapp serait d’origine  Jésuite datée du 18ème siècle.
Quand Knecht Ruprecht monte à cheval (en opposition avec la simplicité de l’âne de Nicolas) on donne le nom de “SLUPINIS” à rapprocher du  nom de Sleipnir. Son proviendrait d’un ancien qualitatif traditionnel du dieu “Wotan”, “Wuotani ruoberath “ du vieil haut allemand “hruot”, renommée et “beraht” “brillant”.

KRAMPUS  !!!!

http://3.bp.blogspot.com/_eDRC7FznR9Y/SVlR9WNmoNI/AAAAAAAAA24/N7nhotGAS7w/s400/Krampus+still+looking_st.+Nicholas+looks+on.jpgcette image provient du site :
 : therecoveringdissidentcatholic.blogspot.com/2. (même dans les liens nous ne sommes pas sectaires !!)


exemple de Krampus qui attaquent : (le folklore à l'heure actuelle : (Exemple d'une tradition vivante ! On peut couper la musique si nécessaire)

http://www.youtube.com/watch?v=jmu6L2KzKXQ&feature=fvw

link
  Ou moins virulent : ici : http://www.youtube.com/watch?v=kYS0OSDVpVs&feature=related
link




Quand un “diabolique KRAMPUS” accompagne le dieu de Noël....
KRAMPUS, un drôle de diable fouettard autrichien  !
Le personnage qui m’intrigue le plus est bien ce fameux KRAMPUS, inconnu dans notre Alsace, Hans Trapp survivant et occupant bien son rôle, nul besoin d’aller voir ailleurs.
Et pourtant, il est bien effrayant, régnant en Autriche et dans certains Lands allemands et  à la frontière italienne. Il ressemble à d’anciennes représentations des dieux de l’hiver à cornes et sabots, mêlant à plaisir leurs atours les moins recommandables, diable, chèvre, boucs, cornes...
Les quelques illustrations de notre livre en témoignent. Les enfants en raffolent tout de même. Des peluches, images, et des formes en chocolat Krampus étant disponibles  au-delà des frontières. Attirance dans l’air du temps pour le croquemitaine ou les personnages négatifs, jamais les publicitaires n’auront eu de produit « diablement bon, à s’en damner, c’est l’enfer devient une formulation positive » chassé l’angélique « saint-Marc » et sa lessive pour être « diablement efficace ».

Les Hollandais recherchent la signification originelle dans le dieu Odin (comme le Père Noël) (dit aussi OEL) qui épiait les enfants qui par les fenêtres ou les trous de cheminées (expliquant ainsi sa couleur de suie délictuelle).
 
Un autre nom Hans Muff est cité dans les ouvrages germaniques comme personnage équivalent au Hans Trapp. Dans l’Alsace bossue, on désigne le personnage par le quolibet : “Müllewitz” qui proviendrait du moyen-haut-allemand “bilwitz” = “le kobold,” ou lutin domestique.

Un certain Hans Trapp était vu à Orschwihr, qui entrait la tête sous le bras, et les dents de cuir ”Ladrigi Zähn”, et son derrière se trouvant dans le “Schnappsack”.(la poche permettant de glisser le flacon de kirsch ou d’eau de vie )
La Baronne d’Oberkirch, née Waldner de Freundstein, le décrit dans ses mémoires tel qu’elle l’a vu lors de son passage à Strasbourg en 17857  :
“...mais on craint aussi le Hans Tràpp qui doit chercher et punir les enfants désobéissants et méchants.. souvent on entend la voix  rude et sévère de Hans Tràpp, qui paraît même quelquefois armé d’un martinet, et vêtu de rouge et de noir comme Satan.” Ce rapprochement n’est pas vain, on l’a vu avec un certain KRAMPUS

CHARLES-QUINT, Un autre Père fouettard Lorrain… Le père fouettard lorrain est Charles Quint (1500-1558) où l’on se servit de l’homme pour accompagner le vénéré saint Nicolas à des fins politiques.


Cela constitue la forme la plus originale de Père Fouettard, celle usitée en  Lorraine. Le croque-mitaine ressemble à l’empereur Charles-QUINT avec un bicorne  au long nez (dans la ville de Metz) il avait en effet fait le siège devant Metz en 1552,alors que le Roi Henri II l’avait conquise, voulant reconquérir la ville.  Les tanneurs avaient retenu un personnage grotesque au long nez, avec fouets, suivants et branchettes  qui accompagnait Saint Nicolas dans la ville. Façon de résister au siège de la ville par le roi, de soutenir le moral et convertir les enfants contre l’assiégeur. or pendant le siège de Metz afin de soulever le courage de ses hommes, “la corporation des tanneurs avait inventé un personnage grotesque, armé d’un fouet, qui faisait la chasse aux jouvencelles et bachelettes, petits valets et damoiseaux au long des rues affamées de Metz. ce personnage personnifiait Charles Quint, le tyran qui voulait conquérir la ville”.  Le siège ne fut levé qu’en janvier 1553. L’année suivante, le retour du Fouettard (local) est effectué sous l’impulsion de la confrérie des Tanneurs. Elle persiste en l’espèce toujours actuellement.

Mais il en existe encore d’autres Pelzbock et Russelbock en Allemagne (bouc velu et bruyant) ,  Schmultzli (du verbe verschmutzen : salir, donc signifiant le sale) en Suisse, ou  Rumpleklas (Allemagne).

Un Homme à tête d’âne, à Munster
L’âne accompagnateur à 4 pattes devient un homme masqué
Citons un cas plus alsacien de la vallée de Munster, que nous rapporte Gérard Leser, dans Wihnachte en Alsace, édition du Rhin,  qui ne manque pas de nous interroger, un homme accompagnant le Christkindel est vêtu d’une tête d’âne ou encore  d’une tête d’âne avec un bec d’oiseau  (A Munster, portant le dom de “d’r Schnàwelesel”  soit “l’âne à bec”.) Il comporte un sac en toile de jute grise, portant une cloche autour de son cou, et des chaînes bruyantes. Parfois ils poussent des cris épouvantables.
En guise de récompense il recevait une piécette. Alors que l’âne à 4 pattes accompagnant le donateur recevait une carotte, une botte de foin.
Il circulait les dimanches soirs de l’Avent, et quelquefois les jeudis soirs après la Saint Nicolas.
Il ne rentrait avec le Saint Nicolas qu’à condition d’y être expressément invité. 

Et on peut se risquer à  tracer  un parallèle avec les premières critiques visant les débuts du christianisme, on a ainsi trouvé des graffitis représentant les Chrétiens comme des adorateurs d’un âne. Sans doute l’entrée de Jésus à Jérusalem a marqué les esprits et une ressemblance entre deux mots. 
Il existe des personnages équivalents en dehors de l’Alsace, le Schnabbucke  du nord de l’Allemagne ou les Habergeissen  du sud de l’Allemagne, et pour la Suisse, les Spräggele d’Ottenbach près de Zurich8 .  
Cette coutume n’est pas spécifiquement européenne, on en retrouve des traces (sans doute exportées) dans la péninsule d’Oga au Japon, où le Namahague portant cornes et crocs et frappant violemment sur une marmite passe la nuit du 31 décembre à demander :”Y-a-t-il des bons à rien ici ?”.
Hans Tràpp crie bien:“Qui n’était pas gentil ici ?” faisant mine de l’emporter avec lui.

Cette Bonne interrogation toute emprunte d’esprit philosophique oblige à l’examen de conscience, d’un retour sur soi et invite  l’humilité des citoyens du pays du soleil levant. Chez les Indiens, le MARIWINE, selon Nadine CRÉTIN 9  a la particularité de se déplacer accroupi et visite plusieurs fois par an les enfants, avec plumes et une  épaisse couche d’argile sur le corps. La bouche cerclée de boules de Kapok.

Si le sapin de Noël né à Sélestat a fait le tour du monde, il faut bien croire que notre Hans Tràpp a des cousins, des voisins, des ancêtres, mais aucune copie réelle. On note bien des ressemblances, mais la dizaine de noms et de comportement l’isole  de sa progéniture.

Ces personnages négatifs à rapprocher donc des masqués de l’hiver, ont croisé l’histoire à Metz, en Alsace (Hans von Trotta) pour donner un personnage mystérieux destiné à la fois  à mettre en valeur le bon saint, l’enfant Jésus (La modernisation de Ste Lucie à l’époque du Concile de Trente et du bannissement provisoire de Saint Nicolas10 ) ou le Père Noël, mais aussi à diriger l’enfant vers le bon chemin, celui du Bien, de la Vérité et Krampus est bien la démonstration du Mal des démons et des conduites à  ne pas suivre. S’adressant ainsi au passé des adultes et à l’avenir des enfants, en les interrogeant chacun à leur niveau sur leur conduite et leurs actes.

D’autres noms pour les compagnons du Saint Nicolas :
De drôles de noms pour de drôles de compagnons :
Certains sont assez comiques, leur nom provient souvent de déformations des bruits qu’ils font ou expliquant leur allure, ou encore de la déformation d’un personnage historique comme Hans Trapp / Jean de Dratt.
Knecht Ruprecht,
 Père Fouettard, Rubelz, Hans Trapp (Jean de Dratt), Pelzenickel (Nicolas à fourure), d’r Beses, Buzemann,  Müllewitz (vient de bilwiz : lutin domestique), Perchten, Peckeresel (Péckeesel) :  en Alsace
Hans Muff, Düvel,Bock, Beelzebub, Böser Klaus, Ascheklas, Bullerklas, Klas Bur,
Zwarter Piet : Pays-Bas (Le Pierre noir, un jeune page noir compagnon du saint)
Pietermann, Pulterklas, Ruklas, Rupsack, Pelzebock, Pelzebub, Pelznickel, Butz, Rumpelklas, Schmutli, Düsseli, Semer, Klaubauf, Krampus (Autriche), Schiachtperchten, Partl, Bartl, Leutfresser, Biggesel, Schwarz Käsperchen, Spitzbarl, Erbsbär, Grampeler, Klaubauf, Ganggeler, Piggerler, Tuiff…Teufel
Buttmandeln (Bavière),  Treichler…
Le Maure, Nickel, Robert.

Le blason de Jean de Dratt
Ce qui prouve son existence historique porte des motifs décoratifs mais encore un corbeau tenant une bague au bec ainsi qu’un renard.

Le corbeau correspondrait à la mésaventure de l’oncle du personnage, un jour évêque.
Il s’aperçoit qu’on lui a substitué sa bague. Il soupçonne un de ses valets, que l’on exécute.
Mais quelques temps plus tard, la bague est retrouvée dans un nid de corbeau se prenant pour une pie.
L’homme aurait ainsi, en signe de repentance avant l’heure, fait figurer le voleur dans son blason, à défaut de valet innocent.

Le renard, loin du conte de La Fontaine, serait un rajout symbolisant la ruse : qualité attribuée à Jean de Dratt.




Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0
Commenter cet article