Publié le 25 Mars 2009



Message du 25 mars 2009

 
« Chers enfants, en ce temps de printemps où tout se réveille du sommeil de
l’hiver, vous aussi, réveillez vos âmes par la prière afin qu’elles soient
prêtes à recevoir la lumière de Jésus ressuscité. Qu’Il vous rapproche de son
Cœur, petits enfants, pour que vous soyez ouverts à la vie éternelle. Je prie
pour vous et j’intercède auprès du Très-Haut pour votre sincère conversion.Merci
d’avoir répondu à mon appel. »

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #Medjugorje

Repost 0

Publié le 22 Mars 2009


     Rappel : les cloches s'en vont à Rome du "gloria" du jeudi saint jusqu'à fête de Pâques, elles quittent les offices dans un concert de sonneries pour revenir lors de la veillée pascale.

On dit que les cloches vont à Rome, de cette croyance découle l'espoir des enfants qu'elles rapportent les oeufs de pâques et les cloches chocolatées.
Cette tradition des cloches est remplacée par le lièvre de pâques en Alsace, voir notre article sur le sujet.


Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions

Repost 0

Publié le 22 Mars 2009

Qui est le Lièvre de Pâques ?





Rafraîchissons les mémoires...
Le lapin est un signe solaire, un symbole de la fécondité sur des fresques anciennes dès l'antiquité. Et aujourd'hui dans l'opinion et le langage courant le lapin est symbole de fécondité (une marque de photocopieur n'a-t-elle pas usé du lapin pour faire passer le symbole de vitesse de copies ) il en va de même dans le langage grivois. L’Australie aurait été entièrement peuplée de lapins par un couple importé et ceci en un laps de temps particulièrement réduit.
Il est assez étonnant de signaler que dans l'ouvrage encyclopédique alsacien d'Herrade , "Hortus Deliciarum" jadis conservé au Monastère du Mont Ste Odile (XI e siècle) le lapin est symbole du péché de chair. Les "incontinenti" (les incontinents sexuels ceux qui ne peuvent se contenir) ou "insatisfaits".

Le lièvre de pâques pond les oeufs
anomalie génétique ?
Le lapin qui a la particularité non seulement de distribuer les oeufs en Alsace et dans les pays rhénans mais aussi de les pondre et de les décorer. Sans que l’on ne sache trop pourquoi, il n’a pas toujours eu bonne presse ainsi le pape Saint Boniface, en 751 a 
(tout un symbole, l’agneau pascal symbole du Christ qui cède du terrain au lièvre de pâques)
décrété l'interdiction de manger du lièvre. Il s’agissait de  conspuer toutes les valeurs qu'évoquait cet animal. L'interdiction sera renouvelée par le pape Zacharie, mais la coutume n'en a eu cure en Germanie. On pourrait rapprocher le lièvre d'autres divinités notamment Ases.
Car on trouve une première théorie expliquant le lapin de pâques par une forme d’agneau de pâques qui aurait coulé ou se serait déformé lors de la cuisson pour donner un lièvre de pâques. La seconde, plus sérieuse réside dans le fait que les catholiques avaient pour coutume de peindre et de faire bénir des oeufs; En 1682, un médecin Johann Richier d’Heidelberg, dans une dissertation critique cette pratique comme une erreur du temps pascal. Et déjà il parle de “Haseneiern”, il dit qu’ils sont dangereux pour les estomacs citant un franciscain qui y laissa la vie. Dans le même texte il souligne la pratique que le “lièvre de pâques cuit ces oeufs et les cache dans les jardins”. Cette quête  dans les prés est répandue depuis le 18 ème siècle (1783 un texte parle du Grünndonnerstag ! jeudi saint, jeudi vert !! à Weimar dans la maison de Goethe !) parralèlement à la bénédiction des oeufs.  Les couleurs utilisées pour peindre ces oeufs avaient également des symboles très forts, jaune,   rouge et bleu notamment. 1  Les premières formes de lapins chez les chocolatiers datent du 19ème sicle.
Vers 1930 le lièvre de pâques n’est plus du tout marqué religieusement et a dépassé les clivages confessionnaux.
 
Un animal riche. 
Riche, il doit l’être pour pouvoir distribuer autant de chocolat aux enfants
Ne passons pas à côté des choses simples...



mais il doit être financé par le Père Noël, plus sérieusement
il évoque les riches symboles de l'abondance, la fertilité, la reproduction, le renouveau de la nature. Et si l'on sait que c'est l'animal favori de la déesse Ostara (nom que la fête de Pâques porte toujours en Alsace, Ostera = Pâques), célébrée à ce moment là de l'année, La boucle des traditions est bouclée.
Et on comprendrait mieux l'hostilité  des abbesses germaniques du Mont-Ste-Odile dans l'Hortus Deliciarum.
Bestiaire pascal
Une Carte 2  extraite de l'ouvrage d'A. de Benoist (Traditions d’Europe) montrant la diversité des apporteurs de cadeaux à Pâques, qui sont autant de symboles de fécondité.
La carte intitulée "Qui apporte les oeufs de Pâques en Allemagne et en Autriche" nous éclaire sur une répartition entre majoritairement le :
* lièvre de Pâques et
en quelques lieux, le bestiaire se complète d’autres animaux...
* les cloches de Rome (qui en passant se font bénir par le pape, elles partent le jeudi saint et ne reviennent (armées de chocolat, des cloches) qu’au Saint Jour de Pâques.
mais aussi la présence du coq (de Pâques dans le Gothard),
du coucou (dans les horloges et en Suisse Oster Kuckuck );
de la grue,
de la poule céleste ;
du renard en Westphalie (voleur mais au cœur tendre !)
ou encore de la cigogne en Thuringe (Osterstorch assez bizarement pas en Alsace le lièvre est trop présent), mais d’autres voient aussi l’agneau dans la Bavière du Nord, l’oiseau de pâques...  (A. de Benoist complète par la poule au Tyrol(ou encore l’Osterhenne), et dans les pays anglo-saxons à un sympathique animal, nommé EASTER-BUNNY,)
le lièvre de Pâques, Bunny, dont le nom est d'ailleurs déposé  de là à ce qu’un pays devienne la capitale du lapin de pâques après avoir crée la capitale du Père Noël et son aéroport (Rovaniemi en Finlande, sur le cercle polaire) ?




Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions

Repost 0

Publié le 22 Mars 2009


Processions de Rameaux : La fête des rameaux serait très récente, Statue du Christ Ressucité, Monastère de Schwarzach (Bade-Wurtenberg)

(photo : préparation des rameaux le samedi précédant lesrameaux, les enfants de la première communion préparent les rameaux avec des adultes on y accroche fleurs en papier crépon et des rubans multicolores)IMG_1568-copie-1.JPG



IMG_1570.JPG
à en croire, Van Gennep, l’église ne l’aurait institué qu’au milieu du V ème siècle. Elle l’ignorait au commencement du IVème siècle. 1 Ce ne serait qu’au cours du VIII ème siècle que la tradition de se tenir une palme à la main, le dimanche des Rameaux,  s’implanta partout en Europe. 2

Il était de coutume en Alsace, il l’est toujours dans le Tyrol et le Sud-Tyrol, de porter dans la procession des rameaux des arbres non seulement chargés de rubans, comme cela se fait encore ici et là en Alsace, mais aussi de bretzels, -comme ici à Traur près d’Innsbruck,  de pommes, de rubans multicolores, d’un Christ monté sur un âne, le tout porté au moyen d’un manche.

TRADITIONS DU TYROL ET DE L’ALSACE LIEES ...
On le voit dans les traditions de Noël, de Pâques, les similitudes sont fortes, saviez vous que l’Alsace et le Tyrol ont été liés sous les Habsbourg. Notamment sous la même régence d’Innsbrück. D’ailleurs un certain nombre de Tyroliens sont venus repeupler l’Alsace après la guerre de Trente ans.

DE DRÔLES DE NOM POUR CETTE FÊTE

Capitolavium   est le nom primitif de ce dimanche, par ce qu’on lavait la tête des fidèles. Dimanche des Paumes (dans le pays Messin), Pampies dans le Saulnois et le Pays vosgien. Ces noms s’appliquent souvent au nom des branches que l’on utilisait pour la procession.

PALMES A BRETZEL
C’est une tradition encore répandue dans les villages des environs de Mulhouse, du Sungau, Masevaux, vallée de Thann,3  pour le jour des Rameaux, l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, quelques jours avant sa crucifixion.
Dans la vallée de Thann, jusque dans les années 60-70 on trouvait trois modèles de palmes, éloignées dans la forme de celles utilisées dans la Tyrol, mais dont le contenu (les objets accrochés, rubans, bretzel, fleurs) est identique.


A la fin de la marche, les servants de messe tirent une statue du Christ (grandeur nature) monté sur un âne posé sur des roulettes.
Les processions évoquant un Christ monté sur un âne vivant sont attestées dans les rhénans dès le Xème siècle, le remplacement progressif par une statue du Christ sur un âne, posé sur des roulettes, est plus récent (vers le 14è siècle). Les musées alsaciens possèdent de rares exemplaires de ces Christ sur leur monture. Très rares sont celles du XVI è siècle4  car avec la Réforme nombre de ces œuvres furent détruites en Alsace et en Allemagne. La critique fut sévère, l’écrivain Johann Georg Jacobi en fit la description. On en retrouva jusqu’à la Révolution puis détruits peu d’exemplaires subsistent.  Quelques villes alsaciennes conservent encore ses statues et plus rares sont celles qui les utilisent pour des processions. Tel ce village tyrolien photo, ou ce village alsacien blotti dans le vignoble qui perpétuait la tradition.
En Allemagne, dans  la ville de KöBlarn, Bistum Regensburg, la tradition est attestée sans interruption depuis 14815   Plusieurs musées permettent de voir ces statues de Christ sur âne : Ulm, Bâle et Cologne. (p. 318). Certains de ces ânes avaient un ventre creux muni d’une trappe qui permettait d’en faire sortir des friandises pour les enfants.

L’âne est important dans la vie de la Sainte Famille, voir notre numéro de noël sur le noël des animaux.6
Un lancer de rameaux ?
Les rameaux ont les tient à la main pour la bénédiction et pour se souvenir du peuple de Jérusalem qui a bénit le Seigneur et l’a laissé être crucifié quelques jours plus tard. Saviez vous qu’au XVIème siècle, le curé de Saverne l’écrit, on pratiquait le “Palmenschiesst” soit des branchettes que l’on lançait vers la croix.

Geiler de Kayserberg virulent à l’égard de toutes les superstitions, Saint Nicolas, enfant Jésus, etc... n’y trouve rien à redire et il recommande même la conservation de ces rameaux bénits en vue de chasser les mauvais esprits et leur accorde la vertu d’éloigner les orages. On voit mieux pourquoi une telle tradition s’est conservée solidement dans notre région. 7

Que fait-on des restes de Rameaux ?
Tout ce qui est béni ne peut finir dans les ordures, on le détruit par le feu. C’est ainsi que les Cendres du mercredi des Cendres de l’année suivantes sont constituées par les restes des rameaux de la fin du carême précédent. Le nom date du  6 ème siècle. 

Jeudi Saint : quand la tristesse devient verte...
Gründonnerstag :  il a été ainsi nommé car ce jour on mange de la verdure. La maîtresse de maison se fait fort dans un plat de n”y ajouter que des ingrédients verts. On a ainsi des lieux où l’on présente des Soupes aux 7 plantes (poireau) ou des dents de loup (persil, salade,épinards,poireau,....) ou 9 légumes verts, en Souabe on sert des ravioles (Maultaschen) remplis de verdure, ailleurs ce sont des Beignets d’épinards, soupes de légumes verts, ou gâteaux de plantes. En fait le mot est une déformation de l’allemand qui dit “Greinendonnerstag” qui signifie “pleurer”et être “triste” comme le Christ au jardin des oliviers où il ressentit douleurs et angoisses.

Lors de l'office, je me souviens m'être servi en tant que servant de messe d'un Klepri, on dirait une crécelle, un petit marteau qui vient heurter une planche en bois. Il ne servait à Eichhoffen que pour cet office du jeudi saint au moment de la consécration et de l'élévation.
Mais d'autres ouvrages alsaciens nous signalent en avoir usité pour faire l'annonce des offices dans les rues de la paroisse.



par un mouvement de va-et-vient le "klepri" (ce qui décrit bien son bruit) le marteau frappe la planche des deux côtés au moment de la consécration eucharistique du jeudi saint. (collection personnelle, photo lanterne)








IMG_1373.JPG Représentation moderne de la crucifixion de Jésus,
Monastère de Schwarzach, Bade-Wuretenberg.

Pas de voyage

Jamais un Alsacien n’aurait entrepris un voyage, même une promenade un vendredi saint,
ainsi Elisa Rossignol raconte dans son livre de souvenirs d’enfance “pour rien au monde, (ma mère) n’eût effectué le plus petit voyage, la moindre promenade ce jour-là.” Cela aurait été un chemin de croix.
“Une petite coïncidence ou une secrète prérogative a voulu qu’elle fasse le grand voyage un vendredi saint.”.  8

Habillé de neuf pour pâques.
Non pour se faire voir, mais pour honorer le Ciel et la résurrection du Christ, les femmes se revêtaient d’une nouvelle robe, généralement faite par leurs propres soins  pour honorer la  cérémonie. 

L’offrande d’oeufs est fort ancienne elle date des Chinois ou des romains. A l’occasion de la fête de Cérès, déesse de l’agriculture, qui le 19 avril recevait une offrande d’oeufs et de pain pour gagner ses faveurs.

Les bénédictions d’oeufs par l’église datent du XII ème siècle, même le roi de France en distribuait.


Dessinez-vous des oeufs ? 
79 % des Allemands décorent la maison pour Pâques, et  65 % dessinent des oeufs, 55 % les cachent à cette occasion, 42 % participent aux offices de pâques, 19 % cuisent un agneau pascal (voir plus loin). Et vous ? 9 
Pour vous pâques,
c’est juste un long week-end ?


Le plus gros œuf pondu pendant la Semaine Sainte était offert au roi au XVIII è siècle10 .

Très mobile, Pâques (du 22 mars au 25 avril).
La fête de Pâques mobile a été fixée par le Concile de Nicée, en 325, définitivement au premier dimanche qui suit la première lune après l’équinoxe de printemps. L’année solaire comportant douze mois ne concorde pas avec l’année lunaire qui en comporte treize, ainsi la première lune peut-elle tomber à des dates variables. La règle veut que Pâques tombe un dimanche donc la fête pascale est très mobile dans le calendrier.
Un temps on a songé à figer la date de Pâques au 8 avril, mais ce ne serait pas toujours un dimanche. Le pape a aussi pris des contacts avec les orthodoxes afin de trouver un terrain d’entente pour fixer une date commune aux deux calendriers.
En vain jusqu’à ce jour.

Agneau vivant
On sait que le sacrifice du bouc-émissaire est resté dans la tradition à la  suite  du bouc offert, après qu’Abraham ait posé  son propre fils sur le bûcher  pour l’offrir à Dieu. Agneau est un symbole de l’Ancien testament offert pour la Pâques juive, rôti et non  bouilli, mangé en une seule fois, les restes étant brûlés... Il reste quelque chose de ce sacrifice juif, dans le village de Matrei, dans l’Ost Tyrol où un agneau vivant assiste à la Messe, avec de beaux rubans , de branches de romarin, fleurs, et une couronne de fleur sur la tête, signe vivant de l’offrande, le deuxième vendredi après Pâques. Des mois plus tôt il est acheté et mis dans une étable à part où il sera bien nourri. Quelques jours avant la procession, il sera lavé, sa laine n’a pas le droit d’être tondue, coiffée et brossée.
Après l’office il est vendu au profit d’une organisation caritative.
Jadis nous disent les livres, sa chair était véritablement distribuée aux pauvres.11

Les “jeux” de la passion ?
Voir notre article sur le sujet sur ce blog.








Hamele- Hämele - Làmele : biscuit de pâques

IMG_1353.JPGAgneau (agnus dei, lepus paschalis, agneau pascal et agneau de sacrifice) en biscuit, symbole du Christ dans l’Apocalypse,  cuit dans un moule traditionnel en terre cuite, une fois cuit il est saupoudré de sucre glace et décoré d’un drapeau aux couleurs blanche et jaune du Vatican. Même si aujourd’hui il en arbore également d’autres.
Se dévore à Pâques au petit déjeûner ou au dessert. 
Le principal composant est l’oeuf, en effet après le jeûne du Carême où l’oeuf était proscrit, les garde-mangers regorgaient de cet aliment c’était un excellent moyen de diminuer les stocks ainsi accumulés.
Cette tradition remonte au moins au XVI ème siècle,   chaque fiancé offrait à sa promise, pour pâques, un agneau. En 1519, l’auteur Thomas Murner souligne qu’on offrait un mouton en biscuit à sa promise.

IMG_1378.JPGPas de cloches :
Même si les chocolatiers sous influence des Français de l’intérieur (!) proposent maintenant aussi une ou deux cloches -pour la forme- le premier apporteur de cadeaux c’est bien le lièvre de pâques. En se fiant, selon certains, à son habitude de veille (il dort les yeux ouverts) ou à la tradition antique de fidèle compagnon de la déesse Ostara, célébrée à ce moment là de l'année. Selon l’ouvrage encyclopédique alsacien d'Herrade  , "Hortus Deliciarum" jadis conservé au Monastère du Mont Ste Odile (XI e siècle) le lapin est symbole du péché de chair. Les "incontinenti" (les incontinents sexuels ceux qui ne peuvent se contenir) ou "insatisfaits". Saint Boniface en 751 décrète l'interdiction de manger du lièvre pour conspuer toutes les valeurs qu'évoquait cet animal. L'interdiction sera renouvelée par le pape Zacharie, mais la coutume n'en a eu cure en Germanie.  Le lapin est aussi un signe solaire, un symbole de la fécondité sur des fresques anciennes dès l'antiquité. Et aujourd'hui dans l'opinion et le langage courant le lapin est symbole de fécondité
On peut rapprocher le lièvre d'autres divinités notamment Ases.
L’association du lièvre qui pond des oeufs et de Pâques est attestée depuis le XVIème siècle. Johann Fischart y fait clairement allusion en 1572 en utilisant haseneier  (c’est-à-dire des oeufs de lièvre !). Au XIX ième une chanson proclame :
“Dies Ei hat gelegt der Has
fer dich, min Schatz, ins grene Gras”.
(Cet oeuf a été pondu pour toi, mon trésor, dans l’herbe verte).
(Pour en savoir plus, lisez l’article dans ce dossier.)





Communion annuelle ?
Faire ses pâques, était jadis, se confesser et communier au moins à Pâques et à Noël. Chez les protestants c’est assister au moins à un office de la Semaine Sainte et de participer à la Sainte Cène.

(veillée pascale, bénédiction du cierge pascal par le Pape)
Samedi Saint
La fin du deuil liturgique.

Tout le deuil liturgique du vendredi saint, la fuite des cloches depuis la mémoire de l’institution de l’Eucharisitie (Jeudi Saint), est achevé dans la nuit de Pâques.
“Voilà la nuit, la sainte nuit qui s’illumine” s’exclame la liturgie. La formule éveille un parrallèle avec la nuit de noël.
Le feu pascal dans la nuit du même nom est le symbole fort de la résurrection. Au travers de ce que l’on nomme la “liturgie de la lumière”.
Avant la naissance du Christ, le Peuple marchait dans  la nuit des ténèbres dans l’attente du Messie, les premiers disciples sont la nuit du doute après la crucifixion de Jésus en qui ils fondaient tout leurs espoirs. Pâques révèle le message de la résurrection, comme Noël annonçait l’Incarnation. Le Christ étant la  lumière du monde,  on bénit le feu nouveau et on en appelle à l’espérance de la fête de l’éternelle lumière. (liturgie).
Ce feu préparé par les servants de messe ou les sacristains, quelquefois les futurs communiants est élaboré, dans certaines paroisses, avec des morceaux de vieilles croix de cimetières, d’anciens rameaux.
Il existe son pendant  (lorsqu’ils ne sont pas confondus) un feu d’enfants de choeurs  selon Michèle Bardout (in la paille et le feu) qui se nommerait “ brûler le juif” ou le symbole de la perte par le feu de l’enfer de ce 12ème apôtre, Judas, qui a trahit le Christ et dont l’évangile précise qu’il aurait mieux vallu pour lui qu’il ne soit  pas né. Le feu crée en Alsace pouvait même, dans sa version non liturgique, être surmonté d’un mannequin de paille, déformation d’une coutume carnavalesque,  dans le Jura alsacien.

La nuit pascale est riche de symbole, outre la bénédiction de l’eau qui peut servir aux nouveaux baptisés de la nuit de Pâques.

Au matin de pâques, le ciel lui-même trésaille de joie, ne raconte-t-on pas aux enfants que l’astre lui-même effectue tois bons joyeux sur l’horizon pour exprimer sa joie au Créateur. On trouverait ici un symbole solaire. Cette explication semble corroborée par les adeptes du culte païen solaire qui en de nombreux endroits s’en vont au matin de pâques admirer le soleil sur la colline.

Pâques : La messe du matin
la réssurection du Christ, s’accompagne du réveil des cloches, en fait de retour de Rome, la surprise du lièvre de pâques, un peu moins magique du fait de la prolifération de cette animal dans les vitrines des confiseurs et chocolatiers tout au long de la période du Carême, et bien évidemment la distribution du lièvre en sucre rouge cuit (traditionnel de l’Alsace et du pays de Bade) et des oeufs décorés qui ne sauraient manquer sur les tables ou dans les moussehiesele (nids en mousse préparés par les enfants dans les jardins afin que le lièvre y ponde ses oeufs décorés, et sujets en chocolat).



Le symbole du poisson : symbole pascal.
il est présent dans les ateliers de céramique de Betschdorf, où l’on fournit des moules à gâteaux vernissés et décorés en forme de poisson. Il est dépassé par celui de l’agneau, on en vend encore pour la seule décoration des cuisines mais il sert moins en pâtisserie. 
Le premier symbole du Christ est le poisson, bien avant celui de la Croix, car le Christ a multiplié les poissons dans le lac pour ses disciples, le pain et le poisson pour la multitude des fidèles qui l’avait suivie, après sa résurrection avec les disciples... Le poisson n’est donc pas un aliment anodin dans la symbolique. Mais plus encore il est le symbole du mot Christus.



1. Van Gennep, le folklore français, collection bouquins, page 973.
2.   certains ont fait le rapprochement avec un culte oriental Bérenger-Féraud, qui y voit un vestige du culte sabéiste et du paganisme.
3.   Michèle Bardout p 66
4.   la paille et le feu, traditions vivantes d’Alsace, par Michèle Bardout, espace des homme, Berger-Levrault p 70
5. Manfred Becker-Huberti, Lexikon der Bräuche und Feste  Herder, 2001 Freiburg in Brisgau.
6. numéro de noël 2002
7. déjà cité, La paille et le feu. page 65
8. page 179 Une enfance en Alsace, 1907-1918,  par   Elisa Rossignol chez Sand 1990, puis chez France Loisirs.
9. Becker-Huberti page 311 déjà cité
10.   Fêtes et traditions de France, Alain-François Lesacher, mémoires, Éditions Ouest-France 96-99
11.   Gianni Bodini, ein gang durchs Jahr riten und brauchtum im Alten Tirol, Tappeiner, Italie 1992

En résumé : Joyeuses Pâques à tous !!

IMG_1409.JPG





Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions

Repost 0

Publié le 22 Mars 2009

Le logo du sidaction en surimpression de la messe du dimanche de France 2.

Le logo a été imposé pendant la célébration liturgique, de ce dimanche 22 mars 2009.

Mgr Di Falco a fait part dans une publication (Radio Vatican) que le logo comme n'importe quel autre logo pour toute association ou manifestation  n'a rien à faire pendant la célébration liturgique.
Mgr Di Falco a fait savoir qu'il désavouait ce geste, il signale en outre que c'est une provocation, une volonté de réagir par rapport à tout ce qui s'est passé les jours précédents et je trouve, dit-il encore que c'est encore une plus grande maladresse.  (itunes, vatican.va, "le logo du sidaction sur la messe de France 2, une maladresse, selon Mgr Di Falco)

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #religion

Repost 0

Publié le 20 Mars 2009

Il est bon avant de dire qu'on a en assez de ce pape, comme un certain élu, ou de s'emporter et de se laisser manipuler par les médias, de relire (revoir) attentivement la Question et
la Réponse.
Ensuite on pourra juger, tout en sachant qu'en tant qu'homme de paix et de Vérité, le pape doit indiquer la perfection et le Chemin. Chacun ensuite fait en fonction de ses capacités.                         


On peut aussi voir le pape et sa réponse sur  le lien de KTO
http://www.ktotv.com/cms/actualite_detail?id=70288fb46e6a9f56d0a10cd17a5385e8
link


Question - Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?
Réponse :

Benoît XVI - Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l'Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n'y met pas l'âme, si les Africains ne s'entraident pas, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème.
La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un avec l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent.
Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Église, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font".

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #religion

Repost 0

Publié le 19 Mars 2009

Apparition annuelle à Mirjana Dragicevic-Soldo, le
 18 MARS 2009



Plusieurs milliers  de personnes se sont rassemblées pour la prière d chapelet à la Croix Bleue.
L’apparition a commencée à 13:52 et a duré jusqu’à 13:58.




“Chers enfants, aujourd’hui je vous appelle à regarder sincèrement et longuement  dans vos coeurs. Qu’allez-vous y voir? Où y est mon Fils et le désir de me  suivre vers Lui? Mes enfants, que ce temps de renoncement soit le temps où vous
vous demanderez : qu’attend mon Dieu de moi personnellement? Que dois-je faire?  Priez, jeûnez, ayez le coeur plein de miséricorde. N’oubliez pas vos bergers.  Priez pour qu’ils ne se perdent pas, qu’ils demeurent en mon Fils afin d’être de
bons pasteurs pour leur troupeau." La Vierge a regardé toutes les personnes présentes et a continué : Je vais  encore vous le redire : Si vous saviez combien je vous aime, vous  pleureriez de
bonheur. Merci.




Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #Medjugorje

Repost 0

Publié le 13 Mars 2009

Mise au point du Pape, dans une lettre aux évêques, au sujet des troubles dans l'église depuis la levée de l'excommunication des 4 évêques, premier fait,
les déclarations négationnistes de Mgr Williamson, deuxième fait,
la médiatisation à outrance et le mélange des thèmes dans l'opinion publique qui a été orchestrée depuis contre le Pape.
 Le texte publié par le pape et lisible sur le site de zenit.org (rubrique de la date du 13 mars, documents, la lettre est datée du 10 mars) rappelle la période troublée que subit le pape.

Le pape après avoir rappelé les faits,

"Le fait que le cas Williamson se soit superposé à la levée de l'excommunication
a été pour moi un incident fâcheux imprévisible. Le geste discret de miséricorde
envers quatre Évêques, ordonnés validement mais non légitimement, est apparu
tout à coup comme totalement différent : comme le démenti de la réconciliation
entre chrétiens et juifs, et donc comme la révocation de ce que le Concile avait
clarifié en cette matière pour le cheminement de l'Église. Une invitation à la
réconciliation avec un groupe ecclésial impliqué dans un processus de séparation
se transforma ainsi en son contraire : un apparent retour en arrière par rapport
à tous les pas de réconciliation entre chrétiens et juifs faits à partir du
Concile - pas dont le partage et la promotion avaient été dès le début un
objectif de mon travail théologique personnel. Que cette superposition de deux
processus opposés soit advenue et qu'elle ait troublé un moment la paix entre
chrétiens et juifs ainsi que la paix à l'intérieur
de l'Église, est une chose que je ne peux que déplorer profondément."


Le pape se faut quelques reproches, le fait d'avoir négligé internet et la communication autour de l'affaire,   mais aussi de n'avoir pas  mesuré la force de la manipulation médiatique.  Que cette  déclaration négationniste enregistrée des mois auparavant soit publiée aussitôt après la connaissance dans les milieux romains de la future levée de l'excommunication.
"J'en tire la
leçon qu'à l'avenir au Saint-Siège nous devrons prêter davantage attention à
cette source d'informations."
Ensuite il souligne le manque d'explication de ces mesures.

Pas de brouille avec les autorités juives :

Le pape rappelle que le lien avec les Juifs est un objectif de fond de son pontificat, une bonne atmosphère a nouveau rétablie : je remercie d'autant plus les amis juifs qui ont aidé à dissiper rapidement
le malentendu et à rétablir l'atmosphère d'amitié et de confiance, qui - comme
du temps du Pape Jean-Paul II - comme aussi durant toute la période de mon
pontificat a existé et, grâce à Dieu, continue à exister.




Il refuse d'être un bouc-émissaire et il analyse très bien le phénomène du groupe bouc-émissaire, la mise au ban de la société par manque de charité fraternelle :  Peiné par les réactions de certains catholiques : "J'ai été peiné du fait que même des catholiques,
qui au fond auraient pu mieux savoir ce qu'il en était, aient pensé devoir
m'offenser avec une hostilité prête à se manifester"
Et plus loin,

"Et ne devrions-nous pas admettre que dans le milieu ecclésial aussi sont ressorties
quelques discordances ? Parfois on a l'impression que notre société a besoin
d'un groupe au moins, auquel ne réserver aucune toléra
 nce ;
contre lequel pouvoir tranquillement se lancer avec haine. Et si quelqu'un ose
s'en rapprocher - dans le cas présent le Pape - il perd lui aussi le droit à la
tolérance et peut lui aussi être traité avec haine sans crainte ni réserve
.",  écrit-il.


La Fraternité saint-Pie X :
"La levée de
l'excommunication était une mesure dans le domaine de la discipline
ecclésiastique : les personnes étaient libérées du poids de conscience que
constitue la punition ecclésiastique la plus grave. Il faut distinguer ce niveau
disciplinaire du domaine doctrinal. Le fait que la Fraternité Saint-Pie X n'ait
pas de position canonique dans l'Église, ne se base pas en fin de comptes sur
des raisons disciplinaires mais doctrinales. Tant que la Fraternité n'a pas une
position canonique dans l'Église, ses ministres non plus n'exercent pas de
ministères légitimes dans l'Église. Il faut ensuite distinguer entre le niveau
disciplinaire, qui concerne les personnes en tant que telles, et le niveau
doctrinal où sont en question le ministère et l'institution. Pour le préciser
encore une fois : tant que les questions concernant la doctrine ne sont p
 as
éclaircies, la Fraternité n'a aucun statut canonique dans l'Église, et ses
ministres - même s'ils ont été libérés de la punition ecclésiastique -
n'exercent de façon légitime aucun ministère dans l'Église.
"

Le problème doctrinal est donc maintenant géré par la Congrégation pour la doctrine de la Foi puisque le fond du débat repose sur Vatican II.

Il souligne que le but d'unité des chrétiens qui le guide est motivé par le refus de négliger les  "491 prêtres, 215 séminaristes, 6 séminaires, 88 écoles, 2 instituts
universitaires, 117 frères, 164 soeurs et des milliers de fidèles ",
le pape n'y est pas "indifférent", il veut éviter toute rupture ou cristallisation "dérive", "Mais la grande Église ne devrait-elle pas se permettre
d'être aussi généreuse, consciente de la grande envergure qu'elle possède ;
consciente de la promesse qui lui a été faite ? Ne devrions-nous pas, comme de
bons éducateurs, être aussi capables de ne pas prêter attention à différentes
choses qui ne sont pas bonnes et nous préoccuper de sortir des étroitesses
? "
D'autres expériences de rapprochements ont porté des fruits positifs de par le passé. "leur climat interne a changé ; que le
retour dans la grande et vaste Église commune a fait dépasser des positions
unilatérales et a atténué des durcissements de sorte qu'ensuite en ont émergé
des forces positives pour l'ensemble."

Ne comprenant pas cette férocité dont il a été la cible,
Les paroles tuent dit-on,  il cite Paul aux Galates et la bouche qui dévore ....
"Si vous vous
mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous
détruire les uns les autres !" J'ai toujours été porté à considérer cette phrase
comme une des exagérations rhétoriques qui parfois se trouvent chez saint Paul. (Galates 5,13-15)
Sous certains aspects, il peut en être ainsi. Mais malheureusement ce "mordre et
dévorer" existe aussi aujourd'hui dans l'Église comme expression d'une liberté
mal interprétée. Est-ce une surprise que nous
 aussi
nous ne soyons pas meilleurs que les Galates ? Que tout au moins nous soyons
menacés par les mêmes tentations ? Que nous devions toujours apprendre de
nouveau le juste usage de la liberté ? " 
Il invite ensuite à l'amour du prochain.


L'avant Concile, le Concile, et l'après Concile : 

Pour Benoît XVI c'est vraiment la doctrine de la continuité, il insiste dans les deux sens, aux membres de la Fraternité de reconnaître le Concile "ceci doit être bien clair pour la Fraternité" et aux Concilaires de ne pas oublier les racines de l'église. Et "Celui qui veut obéir au Concile, doit accepter la foi professée au
cours des siècles et il ne peut couper les racines dont l'arbre vit."

 
Les Objectifs du Pontificat sont rappelés : "La première priorité pour le Successeur de Pierre a été fixée sans équivoque par
le Seigneur au Cénacle : « Toi... affermis tes frères
» (Lc 22, 32).
Et donc il revient au Saint Père de "Conduire les hommes vers Dieu, vers le Dieu qui parle dans la Bible : c'est la
priorité suprême et fondamentale de l'Église et du Successeur de Pierre
aujourd'hui. "



Soutien des fidèles
Dès les premiers temps nous avons souligné le succès du blog et de la pétiion en faveur du pape "soutien à benoît XVI" (lien dans notre blog link) Le Pape remercie ceux qui l'ont soutenu dans l'épreuve :

"Je voudrais ainsi remercier de tout coeur tous ces nombreux Évêques, qui en cette période
m'ont donné des signes émouvants de confiance et d'affection et surtout m'ont
assuré de leur prière. Ce remerciement vaut aussi pour tous les fidèles qui ces
jours-ci m'ont donné un témoignage de leur fidélité immuable envers le
Successeur de saint Pierre. Que le Seigneur nous protège tous et nous conduise
sur le chemin de la paix !
"

(zenit.org pour les citations la lettre est datée du 10 mars 2009)

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #religion

Repost 0

Publié le 12 Mars 2009

Si vous cherchez des informations sous l'oeil chrétien, des faits qui interrogent, allez voir :

Vérité et espérance 3000, revue catholique réalisée par des laïcs et des prêtres en Belgique, dans sa dernière édition, en dernière page, relate à ses 3500 lecteurs notre existence, celle  de votre petite lanterne. (devenue lucarne  au détour d’une métaphore)  ainsi que  l'adresse de notre blog.   

Notre but est en effet  commun trouver les faits marquants dans notre  actualité  dans une vision chrétienne. (Souvenez-nous un écho dans notre n°144 à propos du tableau de la Cène montrant Jésus et ses disciples se tapant du saucisson !! )  On peut obtenir un numéro en écrivant à vérité et espérance 3000  http://verite-esperance.blogspot.com/

ou Vérité & Espérance 3000, B-5002 Saint-Servais

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #religion

Repost 0

Publié le 9 Mars 2009


Une fête récente, pleine d'espérance, instituée par Jean Paul II. Il décedera le jour de cette fête, une semaine après Pâques, ce dimanche dans l'octave de pâques est aussi appelé "dimanche de quasimodo".

Pour faire le point :



Au delà de l'apparence de cette image du Christ avec cette image surprenante, pas kitch mais au dessin contemporain et aux couleurs un peu vive, nos contemporains peuvent passer outre. Tous nous l'avons déjà aperçus dans les boutiques d'objets de piété. Peut-être sans y faire attention. J'ai reçu une de ces images de la famille de notre aimable et compréhensif logeur à Medjugorje lors de notre dernier pèlerinage dans l'autre cité mariale. L'image était en polonais ainsi que le texte au dos. Je l'ai conservé mais je n'ai guère accordé plus d'importance à cette image aux couleurs lumineuses, spiritualité de l'est, c'est vrai nous étions le dimanche après Pâques, dimanche de quasimodo mais aussi de la divine miséricorde. Certes la traduction manquait, elle était pourtant d'importance : "Jésus, j'ai confiance en Toi !",elle s'adressait plus particulièrement à la Pologne, aimée d'un amour particulier, si elle demeure fidèle je l'élèverai en puissance et en sainteté lirai-je plus tard et c'est d'elle "que sortira l'étincelle qui préparera le monde à mon ultime venue" annonce le petit journal de Soeur Faustine.
Revenons à l'image :  Jésus est ressuscité,  il est important de le voir sur l'image, il apparait lumineux dans un cadre plus ou moins obscur selon les deux versions du tableau qui circulent, on y reviendra, et il bénit les hommes, les regarde dans les yeux, montre son côté lumineux, embrassant et embrasant, mais beaucoup moins sulpicien que celui de Marie Alacoque de Paray-le-Monial, qui incommode les modernistes. Mais le sens est le même.




Il nous faut maintenant en dire plus que la simple image, une de plus, sans doute belle et éloquente, mais elle va au-delà, elle a du sens.
De plus la fête n'est pas anodine puisqu'elle fut reconnue et instituée par un pape (polonais certes) qui cultivait cette dévotion et avait tout fait pour canoniser soeur Faustine, ce qui fut fait le 30 avril 2000 et placée le dimanche suivant (le deuxième dimanche de Pâques, ou le dimanche dans l'octave de Pâques) Pâques. Cette fête sera aussi le jour le la disparition de Jean-Paul II.

(link vers la page audio (en écoute gratuite, d'un extrait, mis en ondes par exultet -excellent site audio de téléchargement de livres et de conférences catholiques- on peut ausi télécharger le livre de soeur Faustine gratuitement sur un autre site, faites une recherche sur google avec ces mentions)

Soeur Faustine (1905-1938)  est une fille pauvre d'une familel de 10 enfants, elle a 7 ans lorsqu'elle entend l'appel de Jésus.
Elle cheminera vers son couvent, sans que la famille n'accepte cette vocation.
Dans son couvent, elle vit un soir dans sa cellule, Jésus vêtu d'une tunique blanche une main levée pour bénir, la seconde touchant sa poitrine, de son côté s'échappent deux grands rayons dit-elle "l'un rouge, l'autre pâle. En silence, je fixais mon regard sur le Seigneur, mon âme était saisie de crainte, mais aussi d'une grande joie. Après un moment Jésus me dit :"Peins un tableau selon l'image que tu vois, avec l'inscription "Jésus, j'ai confiance en Toi" Je désire qu'on honore cette image, d'abord dans votre chapelle, puis dans le monde entier.
Je promets que l'âme qui honorera cette image ne sera pas perdue. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis dès ici-bas, et spécialement à l'heure de la mort. Moi-même, je la défendrai, comme ma propre gloire", écrit-elle dans son "petit journal".   (à suivre ....)

 (l'article complet est paru dans le  numéro 145 de la petite lanterne, Pâques 2009,

demandez un exemplaire  du n° 145 en indiquant votre adresse postale (terrestre) à redaction@petite-lanterne.com. (envoi dans la limite des stocks disponibles).

Pour recevoir le feuillet (dans la limite des stocks) "prier la divine miséricorde" faites une demande à redaction@petite-lanterne.com (il en reste quelques uns)
 




Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #religion

Repost 0