Articles avec #traditions de noel tag

Publié le 18 Octobre 2009


Dernière minute :

 

Une correspondante nous signale l'oubli de la crèche suivante à Rhinau (Bas-Rhin) !  :

20 décembre, 27ème présentation de la crèche :

 

on peut avoir un aperçu en vous rendant sur la site cinaeferme-agf.wifeo.com. link

et photos de cette crèche vivante à l'adresse :

link

 




Du 28 novembre au 24 décembre

BERGHEIM : Chemin des crèches - parcours original à la découverte de plus de 50 crèches artisanales : nativités crées par les habitants et les associations du village de Bergheim, mises en scènes dans l’écrin naturel de la cité illuminée et décorée aux couleurs de Noël - à découvrir en circuit libre ou visites guidées tous les week-ends à 18H00

 

           

           

 

 

Du 25 novembre au 6 janvier

BETSCHDORF : Sentier des crèches

 

Du 25 novembre au 6 janvier

MASEVAUX : Circuit enchanté des crèches - une heure de balade féérique au coeur de Masevaux pour découvrir les 8 crèches - un thème différent pour chacune d'entres elles avec des histoires, des légendes...

 

Du 29 novembre au 4 janvier

ROSHEIM : Crèche baroque en l'église Saints Pierre et Paul

 

5 décembre

SOULTZBACH LES BAINS Crèche vivante à 16H30

 

6 décembre

SOULTZBACH LES BAINS Crèche vivante à 16H30

WASSELONNE Crèche vivante de 14H30 à 18H00

 

11 décembre NEUF BRISACH Veillée de Noël - présentation de la crèche vivante à 20H30 en l'église Royale Saint Louis

 

12 décembre

BREITENBACH HAUT RHIN Crèche vivante

NIEDERENTZEN Crèche vivante à 16H00

URMATT Crèche vivante

 

13 décembre

BREITENBACH HAUT RHIN Crèche vivante

NIEDERENTZEN Crèche vivante à 16H00

SAINT JEAN LES SAVERNE : Crèche de Noël géante de 14H00 à 17H00 en la chapelle Saint Michel

URMATT Crèche vivante

 

18 décembre

EGUISHEIM Jeu scénique autour de la crèche vivante à 18H00

 

19 décembre

EGUISHEIM Jeu scénique autour de la crèche vivante à 18H00

TURCKHEIM Le jeu de la crèche à 17H20

 

20 décembre

EGUISHEIM Jeu scénique autour de la crèche vivante à 18H00

FRELAND Crèche vivante à 17H00 à la salle des fêtes

SAINT JEAN LES SAVERNE : Crèche de Noël géante de 14H00 à 17H00 en la chapelle Saint Michel

SAVERNE Crèche vivante

TURCKHEIM Le jeu de la crèche à 17H20

 

 

 à Rhinau (Bas-Rhin) !  :

20 décembre, 27ème présentation de la crèche :

 

on peut avoir un aperçu en vous rendant sur la site cinaeferme-agf.wifeo.com. link

et photos de cette crèche vivante à l'adresse :

link

 

 

 

 

24 décembre

BURNHAUPT LE HAUT Crèche vivante à minuit en l'église Saint Boniface

27 décembre

SAINT JEAN LES SAVERNE : Crèche de Noël géante de 14H00 à 17H00 en la chapelle Saint Michel

3 janvier 2010

SAINT JEAN LES SAVERNE : Crèche de Noël géante de 14H00 à 17H00 en la chapelle Saint Michel

 

10 janvier 2010

SAINT JEAN LES SAVERNE : Crèche de Noël géante de 14H00 à 17H00 en la chapelle Saint Michel

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2009

 

Crèches à voir :

Nous prenons un peu d'avance sur le calendrier, après le calendrier de l'avent, la couronne et d'autres éléments (dossier traditions de Noël, voyez les "articles publiés, liens à gauche), une de nos études sur le thème de la crèche, ses origines, ses différentes versions selon les cultures. Je suis certain que vous ne savez pas tout sur la crèche.

D'ailleurs il n'est jamais mauvais de s'y replonger et découvrir des messages cachés derrière la crèche elle-même.

Les animaux de la crèche et les autres personnages feront l'objet d'autres articles sur le blog.


Pour les plus pressés : il suffit de lire ceci :

Au sens strict : représentation de la naissance de Jésus avec ses parents.

 


Pour les autres,

 

La première date de 1223/1224 selon les auteurs et on l’attribue à Saint François d’Assise dans la grotte de Greccio. (voir le mot grotte). Les crèches couvrent la période du déplacement de Marie et Joseph, la Nativité, l’Adoration des mages, l’Epiphanie, mais aussi la fuite en Egypte, des scènes de Jésus Enfant, les Noces de Cana  jusqu’à la Crucifixion. Ces crèches complètes existent encore dans certaines églises baroques ou tyroliennes. 
On le verra de nombreuses représentations de la naissance existent pourtant avant ces premières crèches.

Opposition aux crèches : La crèche combattue :
Non par soucis de laïcité, pas encore ce qui a été fatal au Saint Nicolas dans la France républicaine, mais le caractère papiste de la crèche fut dénoncé au moment de la réforme par Conrad Dannhauser, au XVII ème siècle, qui y voit “un papisme aveugle, il y a beaucoup de superstitions lors de la fête de Noël. Les gens faisant partie des ordres (religieux), se donnent beaucoup de peine et mettent beaucoup de zèle à confectionner de belles crèches avec de l’or et de l’argent, de la soie, des perles et des pierres précieuses, ils les déposent dans les églises, y couchent un enfant Jésus, déposent Marie et Joseph, bœuf et âne à côté, les gens les contemplent et les admirent tels des badauds, ils (ne) se préoccupent (que) de la coquille et n’apprécient pas le noyau.”

 

 

(crèche en boi sculpté figurant sur le marché de noël de Freiburg / Bade-Wurtenberg, en taille réelle)

 


 

Crèche
Lorsque noël s’offre une maison

Représentée dans les églises et l’artisanat populaire, présent dans -presque toutes les maisons chrétiennes en France- dans toutes les demeures chrétiennes du monde, elles semblent faire partie intégrante et indéboulonnable de la fête de Noël.
Tous les chrétiens n’adoptent pas la crèche, les témoins de Jéhovah et certaines branches (adventistes) refusent les anniversaires et expliquent que  par la date (choisie pour la célébration de Noël, l’anniversaire de la naissance de Jésus) on se rapproche du paganisme. (voir noël et la date.) On refusant une fête généralement admise cela crée de nombreux troubles dans les familles (les non-témoins, le « monde ») et dans leur environnement (école, amis, quartiers). (voir le livre de Dany Bouchard, « dans l’enfer des témoins de Jéhovah » éditions du Rocher, 2001, le premier chapitre est consacré aux fêtes, à cinq ou six ans, c’est son « dernier noël » embrigadé par le mouvement auquel appartient toute sa famille).

Remontant dans la nuit des temps, il nous semble que jamais l’on n’a fêté Noël sans crèche et sans sapin.  Cette impression est pourtant fausse. Les anciennes représentations familiales de noël alsaciens rassemblées ou croisées pour préparer ce livre montrent assez rarement des crèches. Les ouvrages sur ce sujet ne sont pas légion, et on a quelques mal à aller au delà des répétitions, même G.Leser souvent éloquent sur l’Alsace et ses rites n’y consacre guère que 6 pages sur 245 dont plusieurs d’illustrations !   La raison est simple, la crèche en Alsace a longtemps été un élément réservé à l’église. Voici donc pour votre plaisir, une visite guidée et approfondie  en terre de Bethléem à la source de la crèche, et sous le sapin alsacien. 1


REPRÉSENTATIONS POPULAIRES ALSACIENNES
PRÉCÉDANT LA CRÈCHE

L’art populaire Alsacien fait une juste place à la crèche, peut-être un peu faiblarde tantôt par rapport aux vraies richesses crées et exposées en Autriche ou en Bavière.
On la retrouve sur les carreaux des poêles en faïence, sur les plaques de fonte de Zinswiller, sur les moules à gâteaux en bois (spécifiquement rhénans).
La plus ancienne sculpture de la nativité alsacienne qui nous soit parvenue, se trouve sur l’église de Baltzenheim (date du XI ième siècle). Le plus ancien dessin date de l’Hortus Deliciarum (encyclopédie de l’abbesse du Mont-Ste-Odile Herrade de Landsberg).
Mais l’on peut trouver parmi les plus anciens documents le retable des Dominicains de Martin Schongauer et le retable d’Issenheim de Mathias dit Grünewald,  Ces représentations seraient, selon Alfred MATT symboliques du  Christ, exprimant une croyance nouvelle. Né entre le bœuf (symbole des sacrifices païens) et l’âne le monde juif. (voir ces mots bœuf/âne) Tandis que les trois bergers et les trois rois figurent outre le symbole trinitaire, les 3 âges de la vie. Mais depuis il y a le 4ème et le 5ème âge, il va donc falloir rajouter des santons. (Les 3 rois provenaient aussi des trois seuls continents connus à l’époque).
(les icônes représentent à la manière orientale toutes les scènes des évangiles de l'enfance, l'annonce aux bergers, les anges, les rois mages...)



Ailleurs
On trouve à Rome, sur les reliefs de “sarcophages -datant de 343 selon le folkloriste Van Gennep- , des scènes de la Nativité sculptées (IV ième siècle), mais aussi sur des “ustensiles liturgiques”  (selon Krippe, chez Taschen) on y voit des représentations de “l’Enfant reposant sur sa couche avec sa mère Marie et les Rois mages en Adoration” 3 
Selon Origène, on trouve une crèche vers 250. St Jérôme en évoque une autre  première demeure de Jésus faite d’argent en 350 qui remplace une crèche d’argile.
Au 5ème   la future église Sainte-Marie Majeure abrite une crèche inspirée de celle de Bethléem. “, selon Alain de Benoist “Fêter Noël”.
Il semblerait que ce soit la première du genre lui valant le nom de Basilica liberiana, et le pape Sixte lui attribuera le nom explicite de S. Maria ad praesepe (Sainte-Marie-à- la-crèche).
Et au 7 ième siècle, se serait la première représentation de la grotte de la Nativité -en Occident- à Rome, à Santa Maria Maggiore où l’on révérait “un fragment de la grotte de la nativité” et l’auteur précise que l’on plaça une auge de bois, de laquelle proviennent les petites planches que nous vénérons aujourd'hui encore comme faisant partie de la crèche de l’enfant Jésus. (page 7)


Situation biblique de Bethléem
Notre article sur les anges évoque la scène de la nativité et cite les passages évangéliques nous ne ferons donc pas de redondance, mais le trajet entre Nazareth et Bethléem était de 150 km, sur des routes médiocres, on devait compter, selon Daniel Rops, quatre jours pleins, voir cinq jours, de trajet à dos d’âne sue des sentiers cahoteux qui s’effectuaient pour plus de sécurité par caravanes.
 On traversait donc la plaine d’Esdredon, la Samarie, la Judée, pour arriver à Bethléem à 800 mètres d’altitude sur les flancs de colline.  Il est à signaler que dès l’origine le lieu de Bethléem « maison du pain » a été vénéré. Après la seconde révolte juive (132-135) l’empereur Julien se vengeant contre les juifs et les chrétiens, qu’il semble avoir du mal à distinguer, tente de déshonorer le site en y plantant un bosquet sacré à Tammouz-Adonis. (dictionnaire de la bible, André-Marie Gérard, Bouquins, Robert Laffont, page 162) . Qui n’était pas vraiment un dieu très honorable. Si ce lieu avait été symbolique, jamais les chrétiens ne l’auraient relevé de l’abomination de la désolation (la profanation).

 

(crèche dans une vitrine d'Eguisheim, Bas-Rhin)

 

Les scènes de noël jouées en Alsace
Une origine souvent oubliée par les ouvrages est celle des représentations aux VI et VII ième siècle  des jeux de l’Avent ou de la Nativité. On conserve des traces écrites de ces représentations en 1462 dans la ville de Colmar, en 1553-1556-1558-1617-1690.
Dans l’année 1690 on a réuni pour l‘occasion 20 garçons et 22 filles dans le cimetière de la ville pour une Weihnachtskrippline écrit et mis en scène par le prêtre Johann Ludwig Schenkel4 .

En Allemagne,  les scènes  se jouaient dans l’église  et évoquaient la naissance de Jésus. Pour marquer davantage les esprits du public, les personnages se répondaient. Ces jeux prenaient le nom de l’instant où une jeune fille, retirait le petit enfant Jésus de la crèche et le berçait dans ses bras au rythme de la musique, c’est-à-dire le Kinderwiegen” (bercer l’Enfant JÉSUS)

 

D’autres représentations alsaciennes ancêtres de la crèche
Des représentations sont citées dans l’Hortus deliciarum (le jardin des délices) de  Herrade de Landsberg.  Puis, plus tard au XV e siècle, une nonne de Schönensteinbach en parle. Sa santé ne lui permettait plus de sortir de sa chambre . Elle transforme donc sa chambre à coucher en crèche (dans son abbaye de Dominicaines). On en trouve dans l’église d’Erstein en 1651
“I Christkindlein in der Krippe item das Xkindlein so vor die Kanzel gebracht wird”.
“L’enfant Jésus de la crèche, ainsi que l’enfant Jésus  qui est déposé devant la chaire”. 5
Dès 1690, un chapelain venu de Fulda en installe une à Türckheim sans que cela ne soulève d’hostilité.


Puis on trouve une crèche à la cathédrale de Strasbourg au XIX ème siècle,  en grand format dans celle de Saint Étienne de Strasbourg. (en 1823), puis en 1829 et 1853 à Saint Pierre le Jeune.
Un ami du prédicateur de Geiler de Kaysersberg, qui ne pardonnait pourtant aucun papisme ou écart, affirme en posséder une dès le 18 ième siècle. 6

ORIGINES
Si la crèche semble relativement récente c’est que bien longtemps l’Eglise elle-même n’a pas célébré cette fête.
Elle semble n’être apparue en Occident que vers 330 sous le nom d’ADVENTUS DOMINI (la Venue du Seigneur).
Elle se serait substituée aux fêtes du solstice et au culte de Mithra, dieu de la vie, dieu qui lutte contre les ténèbres et le mal auquel on sacrifiait en Perse un jeune taureau (analogie au bœuf de la crèche ? ).

Mais en Alsace,  si l’on a longtemps célébré Mithra, ou bien évidement les dieux germaniques (Oddhin, déesse Freya...). Il semble que Mercure ait eu une place particulière.
Pour les chrétiens, et du fait du canon adoptées par l’Eglise -bien avant la réforme- c’est le texte biblique du nouveau testament qui  constitue la Référence des artistes et des artisans, le texte de Saint Luc nous explique que la place pour la Sainte Famille manquait à l’auberge, en fait une salle commune, où l’on imagine mal la parturiente donnant naissance à l’enfant Jésus devant l’assemblée.
Le divin couple choisit donc un lieu, à l’écart, dans une mangeoire à bestiaux, une sorte d’auge, une crèche.

Selon la tradition, François d’Assise, le “poverello”,  trois ans avant sa mort, en 1223, semble avoir eu l’idée de généraliser avec la permission du Pape Honorius III. Jugeons de l’importance de cette autorisation dans la culture populaire, de reconstituer à Greccio avec le comte Giovanni Volita de Greccio, au petit village des Abruzzes, la Nativité, mais non en porcelaine, mais en chair et en os.
Avec au centre ce qu’il nomma le “Petit Jésus”. On affirme qu’il y place « une bible au centre » dans la mangeoire, voulant signifier que Jésus était le Verbe de Dieu, texte que l’on lit le jour de Noël le 25 décembre. “Il porta dans la forêt de Greccio toute proche d’Assise une mangeoire de bergerie, amena un bœuf et un âne afin que toute la population soit mieux à même de comprendre la liturgie de Noël, car quelques années plus tôt et en réponse aux excès »,  car en 1207 le pape Innocent III avait  interdit toute représentation de la crèche dans les églises.

François d’Assise aurait même célébré au milieu de cette scène vivante la messe.
C’est par cette première crèche vivante, dans une étable, comme quelques siècles plus tôt dans la pauvre contrée de Bethléem, le prophète Michée avait honoré la ville d’une citation :”Et toi Bethléeem, la fertile, petite parmi les milliers de Juda, tu n’es pas la moindre, car c’est de toi que sortira un chef qui conduira mon peuple d’Israël” (Michée, V,1).  Et c’est le roi Hérode qui se serait inquiété de cette citation bien avant la naissance de Jésus.

Selon Van Gennep, rares auraient été les églises en Alsace où l’on trouvait des crèches au Moyen-âge, mais elles auraient été plus nombreuses dans les couvents et les monastères féminins.
Mais on a une preuve de leur existence à travers les chants à la crèche ou les nombreux cantiques rédigés pour cette occasion à la fin du XVII ème siècle.

Bethléeem a en outre l’honneur de se nommer “la maison du pain” ce qui pour celui qui a apporté le “pain de vie” est une coïncidence qui ne peut en être une. (Le hasard commence souvent par un D… comme Dieu dit un proverbe, ou un clin d’Dieu)  et comportait en 1944 quelques 9 000 âmes, selon Daniel Rops.10.
Les artistes ont ensuite généralisé ou immortalisé cette représentation théâtrale.
Mais pour les spécialistes, la caractéristique principale des crèches est la mobilité des pièces, ce que François d’Assise n’aurait pas respecté. Et donc il faudra attendre le 15 ième siècle où les personnages se détachent des retables, en relief et séparables.



LA SORTIE DES CRÈCHES DE L’EGLISE, C’est ainsi que les folkoristes distinguent les étapes de la représentation de la nativité, tout d’abord sous forme de gravures ou de fresques, puis
les jeux de la nativité,
les crèches d’églises et de monastères,
les crèches familiales.

Saint François d’Assise pourrait ne pas être à l’origine de la crèche, mais aurait au moins contribué à la sortir des églises.
Vers 1252, elle franchit donc les Alpes grâce aux moines franciscains. Le concile de Trente de 1545-1563 autorise l’adjonction d’autres personnages que ceux de la Bible, ce qui donna naissance à la profusion de personnages non bibliques. (métiers divers, toutes les strates de la société contemporaine, multiplications de figurines et de matériaux).

L’Eglise craignait tout d’abord des représentations irrévérencieuses qui aurait fait perdre le sens du sacré, telles les représentations de l’Avent sur le parvis des églises, chassées du chœur. On avait ainsi représenté un ange (dans un tonneau) qui descendait le long de la façade de l’église, on le surnommait l’ange acrobate. De là à ce que cela devienne un cirque, le risque était grand de tendre vers une pastorale provençale, une pagnolade avant l’heure !
Il n’en fut rien. Les marionnettistes ont bien été sortis des églises, interdits de parvis, représentés des théâtres mobiles de crèche, car une marionnette n’est pas libre,le fil évoquant trop la destinée, alors que les personnages de la crèche sont dotés de leur libre arbitre, et le « oui » de Marie a racheté la faute du premier couple, en quelque sorte le « non » d’Eve.

Le rôle d’enseignement accompli auprès de la population que visait le povorello n’est pas négligeable, plusieurs grandes pages de l’évangile à travers plusieurs  scènes (crèches de noël de pâques, de carême...)étaient ainsi explicitées auprès d’un public analphabète ou peu instruit . La petite crèche connut quelques temps plus tard au moment de la réforme un coup d’arrêt, puis tard au siècle des lumières ou l’on les considérait comme des enfantillages.

La crèche partout...
“Krippe” en Allemand, en francique : “kripja”, ancien provençal “crepcha”, du latin “praesepe” qui donne l’espagnol “pesebre”.  En anglais  on utilise donc le terme général et imprécis de “nativity scene” ou celui de crib.


Tyrol-Allemagne, un succès précoce, le berceau des crèches...


Les plus belles crèches, dans la profusion de matériau sont sans doute les superbes crèches tyroliennes, car c’est du Tyrol que les crèches vont conquérir l’Allemagne à la fin du XV ième siècle, riches de bois, plus proches de la sensibilité rhénane que les crèches un peu “trop sudistes” de la Provence.
On doit noter le rôle du maître John Brabender, sculpteur de crèche, de personnages habillés et articulés pour l’horloge de la cathédrale de Münster en Westphalie.
Dès 1571, on les mentionne dans les cours de Bavière, Westphalie, Rhénanie, Palatinat, hesse, Silésie, Saxe et Poméranie.
1601 à Altötting, 1607 à Munich, 1608 à Innsbruck, Hall....
Dès 1700 elles vont pénétrer dans les familles autrichiennes.

La plupart des crèches autrichiennes domestiques ne sont pas très grosses, mais généralement auto-produites, elles sont améliorées ou agrandies par les habitants de la demeure au long des noëls successifs de génération en génération d’inspiration en inspiration.
Dans le pays de Landeck (Tyrol) et dans ses alentours, il semble que la tradition elle ait très vite trouvé sa place grâce à sa facilité d’accès ferroviaire.  Ce qui n’est pas le cas pour d’autres villages -moins bien desservis-  comme Pazbaym. Le Dr Haider, écrivit en 1890,  que le premier arbre de noël de la vallée de Paznaun ne fut planté à l’école de Ischgl qu’en 1890, que dans de nombreuses maisons on n’en plantait pas au début du 19ème siècle, mais on y trouvait bien une crèche.
Au XVIII è siècle, les crèches connurent quelques hauts et bas, à tel point qu’en Bavière en 1802 on les interdit dans les églises et l’on perdit ainsi un certain nombre de crèches d’églises, mais sous le roi de Bavière Ludwig I  (Louis 1er) (1825-1848) elles retrouvèrent leur place dans les églises.11


On évoquera tout à l’heure les crèches de carton et de papier qui connurent un grand succès en Alsace et en Allemagne au XIX ième siècle.

En France, d’abord les cours royales et ensuite les églises.
La plus ancienne des crèches françaises subsistant serait conservée à Chaource12  avec des pièces mobiles et date du XVI ième siècle. Dès le XVIII les églises françaises ont connu des crèches avec des mannequins de bois aux mains et tête de cire, ou des personnages et animaux en verre filé de Venise.


Mais cela se cantonne au domaine de l’église, il faudra que sous le règne de Louis XIV se généralise dans les riches demeures tout d’abord, puis les autres, des représentations familiales.
Un écrit italien du 16 ième siècle l’inventaire du château de Piccolomini à Cela en 1567 précise l’existence d’une crèche privée au château appartenant à Constanza Picccolomini, duchesse d’Amalfi avec 116 figurines dans deux coffres.
La première crèche aux personnages habillés serait espagnole et aurait été apportée en Italie par les Jésuites aux XVII ième siècle.
Philippe V, roi d’Espagne aurait ainsi initié son fils au montage de la crèche. Devenue roi de Naples et de Sicile, le jeune roi Charles III en 1734 consacre fortune et temps à l’élaboration de crèches.

Les “santonniers” ont un ancêtre Marseillais, Jean-Louis Lagnel (1754-1822) qui donna naissance au premier objet “santoum” en 1775. Laurent construit la première crèche monumentale de Provence.
Les santons, “latin santorume, provençal santoun, italien santoni “bons saints” littéralement “petits saints” symbolisent les hommes, leurs métiers, leur fragilité aussi, car un santon doit être comme l’humain, fragile et cassable et donc mortel.
Il est fait de terre comme Adam et Ève sont fait de la terre et du souffle de Dieu. Les moules se transmettent de génération en génération, une fois cuits ils sont colorés de couleurs vives et/ou habillés.

Crèches napolitaines
Goethe raconte dans son “Voyage en Italie” ses impressions des Crèches napolitaines : “Naples, le 27 mai 1787, voilà bien un endroit où s’exprime, incontestablement, une des passions du peuple napolitain : il s’agit de l’art des crèches. La tradition veut que la crèche soit placée jusque sur les toits en terrasses des maisons de la joyeuse cite. On construit alors une cabane en bois léger, on plante autour des arbres et des buissons, toujours verts.”....

La profusion de bois de sculpteurs, la maîtrise de la technique du polychrome donnent  ainsi des représentations très explicites et riches de détails. Le matériau plus noble que la terre leur donne aussi une durée de vie supérieure permettant de constituer des collections de crèche dans les musées tyroliens ou bavarois.
La crèche eut quelques difficultés à conquérir le Nord, plus protestant, et largement ouvert au culte de la paille (bouc de paille, objets en paille, voir notre ancien numéro de noël sur la question)  et opposé un temps à ces crèches et à ces excès. On vit la première crèche suédoise installée en Scandinavie seulement en 1870 !!

Dans les particularités locales, nous nous limiterons ici à l’Europe pour des questions de place. Nous voulons citer la Corse où le toit des crèches est fait d’algues séchées, à Marseille se sont des pierres que l’on utilise pour le mur des crèches, en Thuringe se sont des crèches soufflées en verre, ou en cristal (KristallKrippe) la plus grande se trouve au musée du cristal de Viechtach en Bavière, elle se compose de 30 minéraux provenant du monde entier et pèsent ensemble 3 quintaux. Il en existe aussi une en « nouilles » dans le musée italien des pâtes de Rome à proximité de la fontaine de Trevis.

Grotte, étable ou bergerie, où Jésus est-il né ?
La grotte de la Nativité aujourd’hui
Aujourd'hui,  l’église de la Nativité n’a plus rien d’une grotte. Elle est  toute majestueuse, une porte basse et quelques meurtrières. Le sol est empli de marbres et de pierres précieuses, de bougies et de lampes.
Quel contraste semblait dire déjà,  St Jérôme car “ce n’est pas dans l’or et l’argent que vint au monde le Seigneur mais dans la boue”. (cité par Rops, page 123)

La crèche ne se limite pas à la scène de la naissance, elles peuvent comporter dans les églises, les retables, plusieurs tableaux.
La reproduction placée à la cathédrale de Strasbourg l’an passé l’a ainsi fait, ainsi par exemple :  l’Annonciation, la Visite de la cousine Élisabeth mère de Jean Baptiste, la Nativité du Seigneur, la visite des rois mages, la fuite en Égypte et le massacre des Innocents.
On a même vu certaines scènes représenter les noces de Cana en arrière plan. Il existait dans les monastères des crèches dites annuelles où l’on pouvait représenter successivement tous les événements de l’année liturgique y compris passion et pâques, que l’on nommait alors crèche de carême.


Si l’on a en mémoire des chansons de noël sur les santons, on sait que “de grand matin joyeux noël prend fin” et les “santons retournent dans leur boîte de carton”. En fait en Alsace, dans les pays rhénans, si le temps de l’Avent débute dès la Saint Martin (11/11 au plus tôt) il ne s’achève qu’avec la démolition du sapin pour la chandeleur. (en principe, soit le 2 février). Il n’en va pas tout à fait de même pour la crèche qui sera construite et remplie de tous les personnages exceptés les rois, et l’Enfant Jésus, elle ne sera démolie qu’au deuxième jour du mois de février. (Fête des relevailles de la Vierge Marie, fête dite de Marialiechtmess. 14 )

 

 

 


(scène de la nativité, sur un stand du marché de noël de Colmar)

 

Spécificités alsaciennes
la tentative des crèches en terre de Betschdorf
Réputés pour leurs vases et leur artisanat populaire, les potiers de Soufflenheim et de Betschdorf ont tenté la production de personnages en terre cuite à “l’alsacienne” force est de constater que les fiers alsaciens n’ont pas été couronnés de succès.
Par contre,  il existe de très belles représentations du début du siècle sous verre que l’on accrochait dans la Stubbe qui évoquent la crèche et les personnages. Elles sont aujourd'hui prisées par les collectionneurs. On a vu également se développer des crèches mécanisées “crèches à voûte”.

 Les crèches portatives alsaciennes, nommées "les paradis"
Les crèches portatives sous verre, les crèches dites d’appartement, en relief sont des spécificités de l’artisanat populaire. Elles comportent des figurines en terre cuite peinte, rocaille, bergers et bourgades, présentées sous vitrine d’une hauteur de 80 cm. Elles sont selon G. Klein “les sources vivantes d’une profonde piété”.15
Il explique que les ciriers (Wachzijer) créaient des personnages et que des âmes du village ou des religieuses les habillaient ou créaient un décor. Ces tableaux nommés “paradis” étaient composées de fleurs séchées, de velours, de paillettes de verroteries, de mousses, d’arbres, d’animaux en cire, en bois sculpté, se rapprochant par leur naïveté des santons provençaux avec leurs métiers et leur monde rural et régional.
Une des plus belles crèches d’appartement serait celle la chapelle des pèlerinages de Maria sur Aych, N-D des Chênes, de Plobsheim, elle date du XVIII ème siècle.

Les crèches en papier
Crèches bannies des églises, au XIX ème siècle,  elles seront adoptées par les familles qui achètent aux marchands de papier des planches de crèches des plus naïves aux plus raffinées, venues de chez Wentzel ou Silbermann.
L’enfant créait un décor et par son agilité contribuait à enrichir la maison d’un objet religieux. L’ouvrage de Maître François Lotz, spécialiste en images populaires,  en présente quelques exemplaires.16
Notons celle qui est reproduite page 27 de son livre, une crèche vers 1850, on trouve aussi des images d’Epinal, avec gravure sur bois et coloriage au pochoir.
On trouve aussi en Autriche et en Allemagne à l’époque rococo des crèches de carton à monter dont les anciens exemplaires sont très précieux.  L’une d’elle de Moravie (sans relief) est exposée au Musée des crèches de München. L’art de la crèche de carton semble atteint au 19ème siècle par le peintre Wentzel Fieger, peintre depuis sa 14 ème année.

Sous le sapin, il semble que la coutume se généralisa qu’au cours des années 30.
Avec la confection d’étables maison puis de véritables maisonnettes autour de la crèche.

Les images de pains d’épices crèche
On en note trois catégories, celle qui évoque la crèche orientaliste avec palmier et exotisme, la deuxième formule qui montre la crèche dans un monde européen, la troisième dans  un univers de conte et de magie souvent naïf où les personnages sont entourés d’animaux  (biches, lapins…) tel un dessin animé de Walt Disney.

La crèche demeure un sujet de choix pour les dessinateurs, les peintres tout l’art chrétien en témoigne.  Mais même les artistes de Bande-dessinée sont inspirés par la naissance de Jésus. L’exposition « la grande BD de noël » que les sœurs d’Oberbronn un exposé jusqu’au 28 février dernier (à la maison d’accueil des Sœurs du Très Saint Sauveur) nous montre que les artistes alsaciens contactés par Alsace-Média ont su raconter Noël à tous, avec leur crayon. Les messages de Noël en bulles.

La crèche et les relations avec la réforme au XVI ième siècle  :  “papisme aveugle”.

Si les jeux de Noël du Moyen-âge ont inspirés les réformateurs, il en va de même pour Saint Nicolas (dont le marché fut débaptisé et dont le calendrier fut modifié), du Christkindel (instrument du papisme), du sapin (un peu moins durement) et bien évidemment de la crèche.
La critique fut vive à l’égard des jeux de Noël du moyen âge, par Geiler de Kaysersberg à la page XIII de Evangelibuch 1513 (voir l’ouvrage de G. Leser qui reproduit son texte).
Mais sur la crèche elle même on sait que cet incisif proclamateur possédait lui aussi une crèche, mais elles furent combattues au XVII ième siècle par Dannhauer Concard, qui y vit un “papisme aveugle, il estimait que les gens “dans les ordres mettent beaucoup de zèle à confectionner de très belles crèches... les contemplent et les admirent tels des badauds sans apprécier le noyau ils se contentent de la coquille”.
Il faut ainsi se remémorer les monastères et les couvents où la figurine de la crèche placée le soir de la nativité sur un coussin de velours apporté à l’assemblée des fidèles réunis pour la messe de nuit, était souvent brodé ou parés de bijoux. On voit ainsi dans les collections des monastères des divins enfants de la fin du XV ième siècle recouvert de d'une profusion de dentelles, de soieries. 

Si l’on comprend sa  préoccupation, quel témoignage de foi laissé aux héritiers que nous sommes de ce travail !
Ce sera même l’occasion de recentrer le travail sur la crèche, la Contre-Réforme les incitera à cette belle évolution. 

(représentation moderne d'une scène de la Nativité sur le livre de contes ci-dessus)

 

 

Disons un mot de l’iconographie orthodoxe (grecque ou non), où tout est symbolique, porteur de sens, dans le parallélisme  des formes, les couleurs et l’expression. La représentation de la nativité n’échappe aux règles strictes empruntent de spiritualité qui régissent l’établissement des icônes. Ainsi Marie représentée assise signifie qu’elle a eu un enfantement virginal sans douleurs. L’enfant Jésus est souvent représenté couché emmailloté tel un linceul ou posé sur un autel de pierre (signe du sacrifice eucharistique). Notons ici la lumière divine qui fait un lien avec son Fils Jésus. Les Mages à gauche ont trois âges différents. Notons au passage que dans les icônes Marie semble avoir un goitre, en fait c’est le souffle de l’Esprit Saint que symbolise cet air que lui a promis l’ange Gabriel le jour de l’Annonciation.  Dans celle-ci on distingue bien la grotte, collection personnelle de l’auteur.
 (la nativité dans l’art byzantin, Crête, Grèce, en fait la scène de la naissance, adoration des mages, annonce faites aux bergers).

Ce ne sera qu’en 1940 que la “paix des crèches” sera conclue, un texte paru sur le thème de la crèche adressé aux protestants les encourageant vivement à en faire in Evangelischen Gemeindebrief explicite l’aspect indissociable de la crèche et du sapin. 


LA MISSION DE LA CRÈCHE
“branche reconstructrice de l’art sacré”, elle doit aider “l’homme pieux à avoir le sentiment qu’il pénètre sur le scène de l’histoire sainte et l’encourager à méditer le plus profondément possible sur la voie qui mène au Salut”. Rudolf Berliner (1955)


Les crèches vivantes sont une tradition qui reprend vie, au sein des marchés de noël, des associations ou des regroupements de jeunes. Il s’agit de faire interpréter chacun des rôles par une personne. Citons l’exemple de Forstheim ou le noël campagnard a regroupé 500 personnes à la recherche d’un vrai sens pour noël. Ils ont ainsi marché une poignée de kilomètres en forêt pour rejoindre –en suivant les étoiles- la crèche vivante crée en pleine nature. A Drusenheim au sein de l’église…. Pour ne citer que deux exemples. Ces jeux de noël nous rapprochent des premières représentations du moyen-âge face à un public religieux mais peu instruit. Le sens de noël échappe souvent à nos contemporains.  (voir Noël et les sondages). Ces représentations naïves, charmantes redonnent un sens souvent perdu, elles atteignent leur objectif, si elles  ne focalisent pas l’attention des plus petits sur les animaux et non sur celui qu’ils doivent entourer. 
 
Laissons vivre la tradition tout en mesurant la dimension spirituelle de la représentation de la Venue dans notre Humanité de Jésus, elle est une association à la démarche d’amour du Christ.
Au moment où Noël glisse de la naissance à la fête de l’enfance - mercantile- la crèche, elle invité à la beauté et au recueillement. La crèche qu’elle soit en cire, en biscuit, en bois ou en stuc, invite au recueillement.
Rappelons  pour conclure, la citation qui invite à la réflexion de Henri Tisot : 
Le trésor de l’ancien testament ce sont les tables de la loi, le trésor du nouveau testament : c’est l’étable tout court”;

(Vierge à l'enfant, fresque, chapelle St Jean le Baptiste Eichhoffen, Bas-Rhin)

 



sources consultées et pour en savoir plus lire :


Krippen, nativity scenes, crèches, Bayerisches nationalmuseum München, chez taschen, trilingue, texte de Nina Gockerell  1998
la crèche et son histoire par Yolanda Ruegg, préface de Walter Schwimmer, les éditions Ronald Hirlé 1999
Fêter Noël, par Alain de Benoist, Pardès 1994, première édition Atlas 1982
fêtes et traditions de France, par Alain-françois Lesacher, éditions Ouest-france, mémoires 1996/1999
images de Noël, traditions d’Alsace, le verger éditeur, Colmar
feiern feste jahres-Zeiten, lebendige Brâuche im ganzen jahr, Manfred Becker-Huberti chez Herder, Freibourg in Breisgau 1998
Notes pour la crèche :
la paille et le feu, traditions vivantes d’Alsace, espace des hommes, Berger-Levrault, par Michèle Bardout.



Particularité alsacienne le Remplissage de la crèche : coutume alsacienne de faire remplir avec un brin de paille équivalant à une bonne action la crèche du Seigneur.
 Sorte de B.A. de noël, il fut une tradition qui semble perdue dite du “Fleiβkärtschen” ou “Strohhalmlegen” ou “Krippe füllen”, il s’agit de monter la crèche vide au premier dimanche de l’avent et la faire remplir par les enfants de la maison à coup de brindilles de foin à chaque bonne action effectuée. Le but étant que l’Enfant Jésus ait une crèche pleine de foin et de bonheur libéré par ces bonnes actions.
Cette accumulation dure durant  tout le temps de l’avent, elle est en quelque sorte  remplie de bonnes actions

voir aussi notre article sur les calendriers de l'avent.... Calendriers de l'Avent : apprendre la patience...

 


MISE A JOUR 2013  :

BERGHEIM : Chemin des crèches - parcours original à la découverte de plus de 50 crèches artisanales : nativités crées par les habitants et les associations du village de Bergheim, mises en scènes dans l’écrin naturel de la cité illuminée et décorée aux couleurs de Noël - à découvrir en circuit libre ou visites guidées tous les week-ends à 18H00

 

Du 25 novembre au 6 janvier : Masevaux : Circuit enchanté des crèches. Une heure de balade féérique au coeur de Masevaux pour découvrir cette année les 13 crèches. Un thème différent pour chacune d'entres elles avec des histoires, des légendes... Les thèmes choisis cette année sont : La Crèche Alsacienne
La Crèche de la Tour
Un soir de Noël en Alsace
La Crèche des enfants
La Crèche Ecrasée
La Crèche de l'Eglise
La Crèche de l'Espoir
La Crèches des Oiseaux
La crèche de Glace
La crèche du Musée Historique
La crèche de la Maison de Noël
La crèche de la Forêt
La crèche Bric-à-brac.


Haguenau : Du 22/11/2013 au 30/12/2013
Place d'Armes, exposition de crèches.  
Neuf-Brisach : Du 29/11/2013 au 19/1/2014, à l’église Royale de Saint-Louis. Expo de crèches.
Obernai : Du 30/11/2013 au 31/12/2013 exposition de crèches.
Rosheim : Du 30/11/2013 au 12/1/201, à la fabuleuse église romane Saints Pierre et Paul, exposition de crèches.

Sarre-Union : Du 30/11/2013 au 5/1/2014
Place des Tilleuls, Sarre-Union
Saasenheim : Du 30/11/2013 au 4/1/2014 à l’église Saint-Jean Baptiste. Du 30/11/2013 au 1/12/201

Kertzfeld :  30/11/2013 au 22/12/2013.  (Parmi d’autres, qui méritent d’être vues dans vos villes et villages d’Alsace, elles sont le centre et l’origine de la fête !)

           

           

 

 

 

BETSCHDORF : Sentier des crèches

 

 

MASEVAUX : Circuit enchanté des crèches - une heure de balade féérique au coeur de Masevaux pour découvrir les 8 crèches - un thème différent pour chacune d'entres elles avec des histoires, des légendes...

 

 

ROSHEIM : Crèche baroque en l'église Saints Pierre et Paul

 

 

SOULTZBACH LES BAINS Crèche vivante

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2009

 

Saint Nicolas, fêté en Alsace et en Lorraine reste un mythe pour les enfants. Ces derniers mettent leurs bottes devant la porte afin que Saint Nicolas, patron des écoliers leur rapporte le 6 décembre : des friandises ainsi que pains d’épice et clémentines.

Mais n’oublions pas notre “Männele” en brioche qui est également l’un des symbole de cette fête.

 

 

 

 

 

 

 

 


4 novembre

ARTOLSHEIM Passage du Saint Nicolas à 17H00

 

28 novembre

MUNSTER Rencontrez Saint Nicolas et ses amis à 17H00 - place du marché

RORSCHWIHR Marché de la Saint Nicolas de 10H00 à 19H00

 

29 novembre

HUNINGUE Marché de la Saint Nicolas

KERTZFELD Passage du Saint Nicolas à 15H00

MUNSTER Rencontrez Saint Nicolas et ses amis à 17H00 - place du marché

 

3 décembre

WESTHALTEN Soirée de la Saint Nicolas à 18H00 en l'église Saint Blaise - payant : 3,00 €

 

4 décembre

BISCHWIHR Fête du Saint Nicolas à partir de 17H00

EGUISHEIM Passage du Saint Nicolas à 18H00

HOHROD Passage du Saint Nicolas à 19H00

OHNENHEIM Tournée du Saint Nicolas - départ devant la caserne des pompiers à 18H00

SAVERNE Arrivée du Saint Nicolas à 14H45

WIDENSOLEN Marché de la Saint Nicolas

 

5 décembre

FERRETTE Foire Saint Nicolas - Cortège à 17H00 - départ à l'ancien tribunal en haute ville

LAPOUTROIE Marché de la Saint Nicolas de 16H00 à 22H00

MITTELBERGHEIM Fête de la Saint Nicolas de 17H00 à 19H30

MUNSTER Rencontrez Saint Nicolas et ses amis à 17H00 - place du marché

NATZWILLER Passage du Saint Nicolas

ORSCHWIHR Marché de la Saint Nicolas de 11H00 à 18H00

RANSPACH Passage du Saint Nicolas à partir de 14H00

TURCKHEIM Passage en calèche du Saint Nicolas à 16H30

WALBACH Passage du Saint Nicolas à 18H00

WIDENSOLEN Marché de la Saint Nicolas

 

6 décembre

BENFELD Cortège du Saint Nicolas à 17H00

BLOTZHEIM Passage du Saint Nicolas entre 14H00 et 15H00

DAMBACH LA VILLE Fête de la Saint Nicolas à partir de 14H30

HEGENHEIM Passage du Saint Nicolas à 16H30

HERRLISHEIM PRES COLMAR Passage de Saint Nicolas à 17H30

INGERSHEIM Marché de la Saint Nicolas de 10H00 à 18H00

KAYSERSBERG Visite de Saint Nicolas à 15H00

LAPOUTROIE Marché de la Saint Nicolas de 14H00 à 20H00

MASEVAUX Fête de la Saint Nicolas

MOLSHEIM Venue du Saint Nicolas à 15H00

MUNSTER Rencontrez Saint Nicolas et ses amis à 17H00 - place du marché

ORSCHWIHR Marché de la Saint Nicolas de 11H00 à 18H00

SCHERRWILLER Saint Nicolas de 13H00 à 19H00

SELESTAT Saint Nicolas - fidèle au rendez-vous, Saint Nicolas, accompagné du Père Fouettard, vient saluer avec sa calèche les enfants venus l’accueillir et distribuer des bonbons aux plus sages… à partir de 16H30

SELTZ Le tour du monde avec Hans Trapp et Saint Nicolas à 17H00

VOLGELSHEIM Fête de la Saint Nicolas

WASSELONNE Marché de la Saint Nicolas de 10H00 à 18H00

WIDENSOLEN Marché de la Saint Nicolas

WISSEMBOURG Visite du Saint Nicolas à 16H30

 

7 décembre

FELLERING Fête de la Saint Nicolas à partir de 14H00 au foyer communal

 

9 décembre

STOTZHEIM Saint Nicolas des enfants à 14H00

 

12 décembre

HERBSHEIM Fête de la Saint Nicolas à partir de 14H00  

 

13 décembre

MOLLAU Fête de la Saint Nicolas à partir de 15H00

 

 

 

 

 

en attendant le père noël, voici déjà l'âne du saint nicolas....

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2009

Les dates des marchés de Marchés de noël rhénans Alsace-Bade-Wurtenberg les dates 2010 c'est ici !!!

 

 

 

Dates des marchés de noël en Alsace et dans la zone rhénane en 2009


Les Marchés de Noël 2009
 
Tradition attestée en Alsace à Strasbourg et dans toute la zone rhénane depuis 1577. Revoici venus les marchés éphémères et ceux qui, permanents,couvrent toute la période de l’Avent. Vous saurez tout en lisant ces lignes, pour les plus pressés, les  dates des marchés de noël

alsaciens viennent en deuxième partie de l'article


 

Les marchés de Noël 2009 , rhénans, quelques dates :


Heidelberg : 25.11.2009 bis 22.12.2009

Karlsruhe : 26 /11 au 23/12.

Stuttgart : 25.11 au 23.12 2009, 280 stands (stuttgarter-weihnachtsmarkt.de), le plus grand des marchés de noëls alentours, autour du château et des palais. «Vaut le voyage» comme dirait le Michelin.

Nuremberg 
: du vendredi 27 novembre au  mardi  24. Décembre 2009 ;  le site est à voir : www.chirstkindlesmarkt.de




link




Ulm : 23 novembre jusqu’au 22  décembre

Freiburg/Fribourg (B-W) du 23 novembre au 23 décembre de 10 à 20 .30 et le dimanche de 11.30-19.30.
Le 23/11 ouverture à 14 h 00 sur la place du marché.

Basel/ Bâle : (Suisse) 26 novembre au 23 décembre, de 11 à 20h

Lörrach du 03 décembre au 13 décembre  sur la place du vieux- marché.
Esslingen : marché de noël médiéval et marché médiéval : du 24 novembre au 22 décembre de 11 à 20 H 30, animations, reconstitutions, costumes d’époque, friandises et plats médiévaux. Un moment très dépaysant.

Baden-Baden : 26.11 au 27.12.2009 de 11:00 à 21:00.







 

Les marchés de Noël ALSACIENS en continu  2009:

 

informations obtenues grâce à l'office du tourisme



Du 22 novembre au 3 janvier :

STRUTH : Le plus petit marché de Noël d'Alsace de 10H00 à 18H00 - fermé le 25 décembre

 

Du 25 novembre au 31 décembre : HAGUENAU : Marché de Noël du mardi au dimanche de 10H00 à 19H00 - le lundi de 14H00 à 19H00

 

Du 24 novembre au 27 décembre : Mulhouse  : Marché de Noël sur la place de la Réunion.

 

Du 25 novembre au 31 décembre (sauf le 25 décembre :) : Colmar - du dimanche au jeudi de 10H00 à 19H00, les vendredis de 10H00 à 20H00 et les et samedis de 10H00 à 21H00.

 

 

Du 27 novembre au 24 décembre : THANN : Marché de Noël

 

Du 28 novembre au 20 décembre : Riquewihr : Marché de Noël de 10H00 à 19H00 le marché se tient toute la semaine, mais est plus étendu les week-ends.

 

Du 28 novembre au 31 décembre : Obernai : Marché de Noël - fermé le 25 décembre

 

Du 28 novembre au 31 décembre : Strasbourg : thème annuel : Noël le sens du partage - depuis 1570, Strasbourg accueille chaque année le marché de Noël, le fameux 'Christkindelsmärik' (marché de l'enfant Jésus, ce nom ayant changé au moment de la réforme, il se nommait précédemment marché de St Nicolas).

Essentiellement consacré à l'artisanat et aux décorations de Noël, ce marché a su préserver l'authenticité et l'âme de la période de Noël - de 10H00 à 20H00 - fermé le 25 décembre. Afin de satisfaire les touristes, l'Alsace étant devenue le "pays de noël" (?) une version allégée se tient jusqu'au jour de l'an.

 

 

 

Du 4 au 23 décembre : EGUISHEIM : Marché de Noël pittoresque et intime abordant les coutumes et traditions alsaciennes


Du 6 au 20 décembre : HIPSHEIM : Marché de Noël de 14H00 à 18H00

 

 

 

 



Les marchés de Noël à dates variables :


Chaque village, emporté par la fièvre de noël réalise dans ses murs, un petit marché de l'avent, ils débutent souvent très tôt, vous le lirez ci-dessous.


11 novembre (!!!!) à croire que la Saint Martin n'est plus une fête et que noël sera fêté fin novembre !!! Ils débutent tous le plus tôt possible, imitant les supermarchés ! Nous le citons néanmoins, en espérant que les marchés ne débuteront pas en octobre l'an prochain. On croyait qu'Andlau serait définitivement le premier (24 novembre en général, les voilà doublés d'une belle tête !!!) D'ailleurs ils devraient se nommer marchés de l'avent, comme était leur nom d'origine.

Donc, le 11 novembre :  PULVERSHEIM Marché de Noël

 


19 novembre

Comment faire les petits gâteaux de noël ? Question magistrale en Alsace, ciel déjà le 19 novembre et je n'ai pas encore fait un seul bredele (petits gâteaux secs de noël, si cette année vous voulez en faire, des vrais, des bons, des artisanaux, les trois sont compatibles. Et n'en déplaisent aux commerçants, ils ne s'achètent pas, s'offrent, se dégustent, voici la solution à des bredlamarik (marché aux gâteaux de noël)

 

Réponse à MUNSTER avec son Bredlamarik de 9H30 à 19H00, voir aussi Mittelbergheim plus bas.

 

 

 

 

 

 


 

21 novembre

ANDLAU Marché de Noël

SAINT JEAN LES SAVERNE Ventes de l'Avent à partir de 16H00

 

22 novembre

ANDLAU Marché de Noël

OSENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 17H00

 


25 novembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

26 novembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

27 novembre

EGUISHEIM Marché de Noël de 9H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MUNSTER Bredlamarik de 14H00 à 17H00

SALMBACH Marché de Noël de 16H00 à 20H00

 

28 novembre

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BERRWILLER Marché de Noël à l'école élémentaire

BISCHWIHR Vente de Noël à partir de 9H00

BUHL Marché de Noël

EGUISHEIM Marché de Noël de 9H00 à 20H00

ISSENHEIM Marché de Noël

JEBSHEIM Marché de Noël de 14H00 à 20H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KERTZFELD Marché de Noël de 17H00 à 23H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

LA BROQUE Fête de l'Avent

LAUTENBACH Marché de Noël

LE FRENZ Marché de Noël de 15H00 à 19H00

MERXHEIM Marché de Noël de 9H30 à 14H00

MUNSTER Bredlamarik de 9H30 à 19H00

ODEREN Bredalamarkt de 8H00 à 18H00

ROTHAU Marché de Noël à partir de 10H00

ROUNTZENHEIM Vente de l'Avent

RUSTENHART Marché de Noël de 18H00 à 21H00

SELTZ Marché de Noël de 14H00 à 21H00

SICKERT Marché de Noël de 14H00 à 18H00

VOLKSBERG Marché de Noël à partir de 18H00

WATTWILLER Vente de Noël

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00

 

29 novembre

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BUHL Marché de Noël

DAUBENSAND Marché de Noël de 13H00 à 19H00

DESSENHEIM Marché de Noël dès 10H00

EGUISHEIM Marché de Noël de 9H00 à 19H00

GOXWILLER Fête de l'Avent à partir de 10H00

GUEWENHEIM Marché de Noël des écoles

INNENHEIM Marché de Noël de 15H00 à 19H00

ISSENHEIM Marché de Noël

JEBSHEIM Marché de Noël de 11H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KERTZFELD Marché de Noël de 10H00 à 19H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

LAUTENBACH Marché de Noël

LE FRENZ Marché de Noël de 10H00 à 18H00

MARCKOLSHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H00

ODEREN Bredalamarkt de 8H00 à 18H00

OERMINGEN Marché de Noël

ROTHAU Marché de Noël à partir de 10H00

RUSTENHART Marché de Noël de 10H00 à 18H00

SCHAEFFERSHEIM Marché de Noël à partir de 16H00

SELTZ Marché de Noël de 10H00 à 19H00

SICKERT Marché de Noël de 14H00 à 18H00

STATTMATTEN Marché de Noël

SUNDHOUSE Marché de Noël

WEINBOURG Vente de l'Avent

WEITERSWILLER Marché de Noël de 10H00 à 18H00

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00

 

2 décembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

3 décembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

4 décembre

CERNAY Marché de Noël à l'institut Saint André de 14H00 à 17H30

HOLTZWIHR Marché de Noël à la ferme de 16H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MUNSTER Bredlamarik de 14H00 à 17H00

MUNSTER Marché de Noël au foyer Caroline de 14H00 à 17H30

SOULTZ HAUT RHIN Marché de Noël de 18H00 à 22H00

WINTZENHEIM Marché de Noël de 16H00 à 20H00

 

5 décembre

BARR Marché de Noël de 14H00 à 20H00

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BIESHEIM Marché du gui de Noël de 15H00 à 22H00

BLOTZHEIM Marché de Noël de 8H00 à 21H00

CERNAY Marché de Noël à l'institut Saint André de 14H00 à 17H30

ENSISHEIM Marché de Noël

ERSTEN Marché de Noël de 9H00 à 19H00

HERRLISHEIM PRES COLMAR Marché de Noël de 14H00 à 18H00

HILSENHIEM Marché de Noël

JUNGHOLTZ Marché de Noël de 14H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MATZENHEIM Marché de Noël de 15H00 à 22H00

MOLSHEIM Marché de Noël

MUNSTER Bredlamarik de 9H30 à 19H00

MUNSTER Bredlamarik de 9H30 à 19H00

MUNSTER Marché de Noël au foyer Caroline de 14H00 à 17H30

NEUBOIS Noël dans la vallée de Villé

OBERHASLACH Marché de Noël de 14H00 à 20H00

RANRUPT Marché de Noël à partir de 15H00

RIBEAUVILLE Marché de Noël Médiéval de 10H00 à 21H00

Rosheim Marché de Noël

SOUFFLENHEIM Marché de Noël des potiers de 10H00 à 18H00

SOULTZ HAUT RHIN Marché de Noël de 14H00 à 22H00

SOULTZBACH LES BAINS Marché de Noël de 14H00 à 19H00

VOEGTLINSHOFFEN Marché de Noël à la cave Marcel Immelé de 14H00 à 20H00

WATTWILLER Marché de Noël à partir de 14H00

WINTZENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 20H00

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00

 

6 décembre

BARR Marché de Noël de 10H00 à 19H00

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BIESHEIM Marché du gui de Noël de 10H00 à 19H00

BLOTZHEIM Marché de Noël de 8H00 à 21H00

CERNAY Marché de Noël à l'institut Saint André de 14H00 à 17H30

ENSISHEIM Marché de Noël

EPFIG Noël autour de la chapelle de 10H00 à 18H00

ERSTEN Marché de Noël de 9H00 à 18H00

GERSTHEIM Marché de Noël à partir de 13H00

GRAUFTHAL Marché de Noël de 10H00 à 20H00

HEGENHEIM Marché de Noël

HERRLISHEIM PRES COLMAR Marché de Noël de 10H00 à 18H00

HILSENHIEM Marché de Noël

JUNGHOLTZ Marché de Noël de 10H00 à 18H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

LAUTENBACH ZELL Marché de Noël de montagne de 16H00 à 21H00

MATZENHEIM Marché de Noël de 13H00 à 19H00

MITTELBERGHEIM Bredlemarick de 10H00 à 18H00

MOLSHEIM Marché de Noël

NEUBOIS Noël dans la vallée de Villé

NIEDERHERGHEIM Marché de Noël à partir de 14H00

PFAFFENHOFFEN Marché de Noël de 13H00 à 19H00

RANRUPT Marché de Noël à partir de 14H00

REICHSHOFFEN Marché de Noël de 14H00 à 18H00

RIBEAUVILLE Marché de Noël Médiéval de 10H00 à 18H00

RIEDSELTZ Marché de Noël à partir de 11H00

Rosheim Marché de Noël

SOUFFLENHEIM Marché de Noël des potiers de 10H00 à 18H00

SOULTZ HAUT RHIN Marché de Noël de 14H00 à 20H00

SOULTZBACH LES BAINS Marché de Noël de 14H00 à 19H00

STEINBOURG Marché de la Saint Nicolas à partir de 14H00

VOEGTLINSHOFFEN Marché de Noël à la cave Marcel Immelé de 10H00 à 18H00

WINTZENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 19H00

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00

WUENHEIM Marché de Noël de 14H00 à 18H00

 

9 décembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

10 décembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00


11 décembre

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MUNSTER Bredlamarik de 14H00 à 17H00

NEUF BRISACH Marché de Noël d'antan de 14H00 à 19H00

NIEDERNAI Marché de Noël à partir de 17H30

SAALES Marché de Noël des produits de montagne de 15H00 à 18H00

SOULTZ HAUT RHIN Marché de Noël de 18H00 à 22H00

 

12 décembre

BARR Marché de Noël de 14H00 à 20H00

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BOUXWILLER Marché de Noël de 11H00 à 19H00

BREITENBACH HAUT RHIN Marché de Noël de 14H00 à 19H00

ENSISHEIM Marché de Noël

GUEBERSCHWIHR Marché de Noël Alsace Provence de 14H00 à 19H00

GUEBWILLER Marché de Noël de 10H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MOLSHEIM Marché de Noël

MUNSTER Bredlamarik de 9H30 à 19H00

MUTTERSHOLTZ Marché de Noël et arrivée du père Noël en barque sur l'Ill - de 14H00 à 21H00

NEUF BRISACH Marché de Noël d'antan de 10H00 à 21H00

NIEDERBRONN LES BAINS Marché de Noël de 14H00 à 19H00

RIBEAUVILLE Marché de Noël Médiéval de 10H00 à 21H00

Rosheim Marché de Noël

ROUFFACH Marché de Noël de 14H00 à 18H00

SAINT JEAN LES SAVERNE Ventes de l'Avent à partir de 16H00

SOULTZ HAUT RHIN Marché de Noël de 14H00 à 22H00

URMATT Marché de Noël de 14H00 à 19H00

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00

 

13 décembre

BARR Marché de Noël de 10H00 à 19H00

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BOUXWILLER Marché de Noël de 11H00 à 19H00

BREITENBACH HAUT RHIN Marché de Noël de 10H00 à 18H00

DETTWILLER Marché de Noël de 14H00 à 19H00

ENSISHEIM Marché de Noël

GUEBERSCHWIHR Marché de Noël Alsace Provence de 10H00 à 19H00

GUEBWILLER Marché de Noël de 10H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MOLSHEIM Noël d'antan à partir de 11H00

MUNSTER Bredlamarik de 9H30 à 19H00

NEUF BRISACH Marché de Noël d'antan de 10H00 à 19H00

NIEDERBRONN LES BAINS Marché de Noël de 14H00 à 18H00

REICHSHOFFEN Marché de Noël de 14H00 à 18H00

RIBEAUVILLE Marché de Noël Médiéval de 10H00 à 18H00

Rosheim Marché de Noël

ROUFFACH Marché de Noël de 10H00 à 18H00

SOULTZ HAUT RHIN Marché de Noël de 14H00 à 20H00

URMATT Marché de Noël de 14H00 à 20H00

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00

WITTISHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H00

 

16 décembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

17 décembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

18 décembre

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MUNSTER Bredlamarik de 14H00 à 17H00

SAINT AMARIN Marché de Noël de 18H00 à 21H00

 

19 décembre

BARR Marché de Noël de 14H00 à 20H00

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BENFELD Marché de Noël de 16H00 à 23H00

GUEBWILLER Marché de Noël de 10H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KEMBS Un Noël dans l'espace - marché de noël, animations à partir de 14H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MOLSHEIM Marché de Noël

MUNSTER Bredlamarik de 9H30 à 19H00

NIEDERBRONN LES BAINS Marché de Noël de 14H00 à 19H00

Rosheim Marché de Noël

SAINT AMARIN Marché de Noël de 14H00 à 19H30

STOSSWIHR Ferme de Noël : ferme Heinrich de 13H00 à 19H00

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00


20 décembre

APPENWIHR Marché de Noël

BARR Marché de Noël de 10H00 à 19H00

BEBLENHEIM Marché de Noël de 10H00 à 18H30

BENFELD Marché de Noël de 16H00 à 23H00

GUEBWILLER Marché de Noël de 10H00 à 19H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KEMBS Un Noël dans l'espace - marché de noël, animations à partir de 14H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

MOLSHEIM Marché de Noël

MUNSTER Bredlamarik de 9H30 à 19H00

NIEDERBRONN LES BAINS Marché de Noël de 14H00 à 18H00

NIEDERSTEINBACH Marché campagnard de Noël de 11H00 à 18H00

ORBEY Fête du Ogey - marché de Noël de 10H00 à 19H00

REICHSHOFFEN Marché de Noël de 14H00 à 18H00

Rosheim Marché de Noël

SAINT AMARIN Marché de Noël de 14H00 à 19H30

SAINTE CROIX AUX MINES Marché de Noël artisanal et paysan de 10H00 à 18H00

STOSSWIHR Ferme de Noël : ferme Heinrich de 13H00 à 19H00

WISSEMBOURG Marché de Noël de 11H00 à 19H00

 

21 décembre

BENFELD Marché de Noël de 10H00 à 18H00

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

 

22 décembre

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

 

23 décembre

KAYSERSBERG Marché de Noël authentique de 11H00 à 20H00

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

24 décembre

KIRRWILLER Marché de Noël des artistes de 11H00 à 19H00

 

 

 


 

et prolongations pour les visiteurs qui découvrent l'Alsace :

 

 


 

27 décembre

MUNSTER Marché de l'an neuf de 10H00 à 19H00

 

28 décembre

MUNSTER Marché de l'an neuf de 10H00 à 19H00

 

29 décembre

MUNSTER Marché de l'an neuf de 10H00 à 19H00

 

30 décembre

MUNSTER Marché de l'an neuf de 10H00 à 19H00

 

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 2 Janvier 2009



Voilà c'est reparti, les vitrines des pâtissiers en sont pleines, elles vont augmenter nos kilos pris pendant les fêtes, il y en aura à la cantine, à la réunion d'entreprise, aux réunions associatives.... les galettes. Amis Fabophiles tenez-vous prêts !

Mais saviez-vous qu'elles étaient jadis OFFERTES par les boulangers-pâtissiers à leurs clients pour les remercier de leur fidélité, quand on voit les prix de ces morceaux de beurre enduits  dans les vitrines on doit se pincer !!
Vous lirez plus bas que c'est bien vrai.
Bon attention aux dentistes, ils font aussi leur beurre en réparant les dégâts des goûteurs trop gourmands, c'est moins graves que le service "mains" qui voit défilier des mutilés des pétards du 31 décembre après les ouvreurs d'huîtres maladroits et les malchanceux qui ont vu brûler leur voiture le 31 !

C'est dangereux les fêtes en résumé !!!


Fève : cachée à l’intérieur de la galette des rois. La fève est devenue un objet de collection. Elle est tirée tout au long du mois qui suit le 6 janvier, date traditionnel (jour férié dans de nombreux pays européens) de  l’épiphanie (révélation) aux mages. (faits « rois » par la tradition, voir ce mot) . Elle est à l’origine feuilletée à Paris et briochée ailleurs, découpée par l’ancêtre mais guidé par le benjamin, qui sous la table ou les yeux bandés, attribue les parts.  La coutume voulait aussi que l’on laisse une part au pauvre, la part de Dieu, le morceau était réservé aux ancêtres de passage ou encore donné aux pauvres. Le rite est païen, certaines sectes protestantes refusent que leurs adeptes s’y adonnent. (les Témoins de Jéhovah notamment, voir le livre de Dany Bouchard : "dans l'enfer des Témoins de Jéhovah" paru aux éditions du Rocher en mars 2001)


Les fèves,
bien étrange légume
Dont nos ancêtres  consommaient  sans modération

Depuis l’Antiquité, la fève est considérée comme “symbole des morts”.
Signe de leur existence,
offrande à leurs descendants,
retour du bon temps.

Mais il est aussi symbole de l’embryon,
 l’enfant à naître y est représenté, et à la fois l’âme d’un ancêtre, dans une conception de renaissance, les Égyptiens imaginaient la vallée de la mort, comme un” champ de fèves” en attendant la réincarnation,
phase de la vie,
symbole du cycle de la vie,
et donc selon les Pythagoriciens manger des fèves c’est manger ses ancêtres et se couper de ses éventuels descendants.
Car en mangeant vous couper le flux de la vie.

La fève a néanmoins connue d’autres destinées gastronomiques,
fruit des offrandes lors des cérémonies de mariage et des labours.

En Occident, le retour de la fève, christianisé, se fera à l’occasion de l’Epiphanie,
ou le roi élu mordra d’abord sur une fève, symbole de son élection d’un jour.
Sorte de petit Jésus, petit enfant, sauveur.


La coutume voulant que celui qui découvre la fève paye à boire, nombreux étaient les "chanceux" qui préféraient avaler la fève plutôt que de payer une tournée ou la fête entière. On a donc amélioré la fève, plus grande, moins digeste et inavalable... gare néanmoins aux dents fragiles.

Tradition ancienne.  En fait l’acte d’élire un roi est connu chez les Grecs et les Romains qui utilisent des fèves noires et blanches. Le roi est soumis à contribution financière, il finance les dépenses de la fête.   Ce drôle de légume avait une importance toute particulière chez les Romains (esprit des morts, les Lémures), il symbolisait l’ancêtre et les descendants. La vie contenue dans le légume, une vie qui peut germer a été compris par les Romains. La forme de ce légume est également très proche d’un bébé emmailloté. (Yvonne de Sike, fête et croyances populaires en Europe, chez Bordas, le signale).  La fève serait également la représentation de l’âme de l’ancêtre, don aux ancêtres.

Dans le Christianisme, le choix par le hasard, la main de Dieu.
Néanmoins on la retrouve dans les monastères pour élire leur nouveau supérieur, laissé au choix du hasard, c'est-à-dire à Dieu. Ils s'inspiraient ainsi d'une tradition venant des apôtres qui ont laissé le hasard décider pour le remplacement de Judas qui avait trahi le Christ et s'était suicidé.

En Alsace : Plus récemment on a remplacé le légume, la fève, par une pièce de porcelaine ou d’ivoire puis par le plastique. Cette coutume est attestée depuis le XIV  siècle, en 1625 à Strasbourg et 1713 des témoignages nous sont rapportés.
Si les galettes des rois sont devenues une pâtisserie assez coûteuse, il paraît assez « croustillant » de signaler que le galette était un cadeau (donc donné à titre gratuit) par les boulangers aux clients jusqu’en 1828. La corporation colmarienne y mit un terme, les boulangers jugeant qu’ils ne percevaient rien en échange et n’étaient même pas toujours payés. Cela engendra un fort courrier de protestation au journal jusqu’en 1829, date à laquelle la décision de ne plus offrir gracieusement ce produit fut reprise par la corporation de Strasbourg. Depuis ils font leur beurre avec !

On m'a raconté qu'en Lorraine, on placait plusieurs fèves dans la même galette, mais une seule d'une couleur déterminée désignait le gagnant.  La fève elle-même, à l'instar des moules de pâtisserie est devenue objet de collection et d'artisanat populaire très prisé.





(allez voir aussi mon article sur les rois mages, l'histoire des rois mages  le Kougelopf Kougelopf, kugelhupf...Kougelhopf (ce sont eux, selon la tradition qui offrirent le moule à un alsacien), l'étoile qui sont des thèmes proches....  L'Etoile de la crèche ? Comète ?  bonne lecture et bonne galette des rois....)

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 2 Janvier 2009


Rois Mages :


(ds rois mages à Lörrach, Bade-Wurtenberg, à la frontière suisse quêtent pour une bonne oeuvre)


Apporteurs de cadeaux pour la fête du 6 janvier. Gaspar, Melchior et Balthazar (et un 4ème qui selon la légende erre toujours) qui apportèrent Or, Encens et Myrrhe, les Stersinger (enfants à l'étoile qui quittent et visitent les maisons en annonçant la bonne nouvelle aux familles de la naissance de Jésus, les oboles vont actuellement aux bonnes oeuvres) symbolisent cette volonté de se mettre en route et d’annoncer la bonne nouvelle de la naissance dans chaque maison. Les mentions C+M+B outre une mention de bénédiction latine inscrite à la craie sur les linteaux des maisons visitées, évoquent les initiales des mages dans la tradition populaire.
Les rois mages ....
 Rois Mages à Ribeauvillé : Les rois mages ont donc laissé une trace à Ribeauvillé.
Saint Thomas est allé, selon la tradition, évangéliser le peuple oriental, il aurait rencontré les rois mages (ce qui n’est pas impossible, on les imagine mal ayant vu le Christ, la Sainte Famille, les évènements de la naissance, ayant été impressionnés par lui et étant retournés à leur vie de sages, de scientifiques ou de voyants sans rien faire, dire, « tristes sires que ces rois ! » mais bien plus en témoins du Christ sur les lieux de leurs vies, l’Orient). Le proto-évangile de Thomas (6ème siècle) signale qu’il les baptisa, et les auraient nommé Evêques (« prêtres et évêques » selon Paul Guérin, dans la vie des saints, selon la même source ils sont morts consécutivement en l’an 53, et l’auteur rajoute sans préciser « martyrs ») . Ils auraient été enterrés et proclamés saints par le peuple des fidèles. Au 4ème siècle à l’initiative de Ste-Hélène (qui est également à l’origine de la découverte de la vraie croix), la mère de l’empereur Constantin on transféra les reliques. On aurait retrouvé leur corps intacts, transférés à Constantinople dans la basilique Sainte-Sophie. Puis leurs reliques auraient été transportées à Milan suite à une donation de l’empereur de Byzance à Eustrogio, l’évêque de la ville de Milan.


En 1164, Frédéric Barberousse (Frédéric premier de Hohenstaufen) détruit la ville, mais donne l’ordre à l’évêque Rainaldo (Reinal von Dassel) de Dassel, de Cologne et chancelier de Barberousse, de placer les reliques à Cologne dans le dôme afin de préserver la ville et d’inciter les pèlerins à venir dans la cité. Cologne devient alors une ville de pèlerinage fort réputée. Sévissait une vague « collectionniste » de reliques. Elles reposent dans une châsse des Rois mages, fleuron de l’art médiéval, châsse dorée incrustée de pierres précieuses d’une valeur inestimable. Le dôme de la cathédrale est surmonté d’une étoile d’or rappelant le cheminement des rois mages vers l’étable de Bethléem.
 La possession de cette relique a servit à justifier le caractère sacré ou divin, de l’empire germanique. Etoile, couronne figurent sur nombre d’armoiries et de blasons.
 
Le voyage de l’évêque vers l’Italie a donné lieu à diverses hypothèses, mais on sait de manière certaine qu’il est passé à Pavie, Vercelli, la Savoie, la Bourgogne, l’Alsace et le Rhin pour passer rapidement à Cologne. Ce qui fut fait le 23 juillet 1164.
En 1980, le journal l’Alsace (8/02/1980, relate la découverte d’une petite relique des trois rois, quelques minuscules fragments d’une très vieille étoffe qui provoquèrent des recherches afin de savoir si la nature de l’étoffe pouvait être complémentaire avec celle de la relique de Cologne dont nous venons de traiter. Ce même article explique qu’un frère capucin alsacien Paul Linck de Ribeauvillé avait découvert la relique dans une cassette avec un texte expliquant l’attribution aux rois mages. Le tout fut envoyé à Lyon où un chercheur en textiles confirma que le fragment est un « texte de soie dans une technique de tissage du 2ème siècle après Jésus-Christ ». Les autorités de Cologne firent ensuite une comparaison du fragment avec l’étoffe. L’étoffe (le « matériau ») et la « technique » « montre une étrange identité ». Les ossements devaient en général être enveloppés dans des textiles contemporains.

Dans l’église gothique Saint Grégoire de Ribeauvillé, édifiée du 13ème siècle au 15ème siècle, qui intègre un transept de 1876, une Vierge à l’Enfant en bois polychrome du 15ème siècle et les orgues les plus anciens d’Alsace. Et dans l’église de Bergheim à 3,7 km de Ribeauvillé, l’église gothique de grès rouge représente dans le tympan du Portail : l’adoration des mages.


Rois mages à Niedermunster elle est célèbre pour avoir reçut les reliques à dos de chameau. Trace curieuse d’un animal, qui en principe, n’est pas très habitué à nos climats. Pourtant les légendes récurrentes le confirme, la fondation de la célèbre abbaye a été rendue possible grâce à des reliques précieuses amenées à dos de chameau. Le chameau est sur les bornes des circuits du club vosgien et jalonne un sentier de 490 mètres. Du temps de Charlemagne, racontent les chroniques, trois chevaliers auraient ainsi escorté un chameau à travers la France. C’est le comte Hugues de Bourgogne, dit Hugues-le-Peureux, qui aurait confié les précieuses reliques à ce pauvre animal. Et la mission confiée aux deux chevaliers était la suivante : à l’endroit où l’animal se coucherait, il fallait laisser ces précieux témoins des amis du Christ. C’est ainsi qu’en 803, le chameau arriva devant la porte de l’abbaye située au pied du Mont-Ste-Odile. (Les archéologues attestent de la fondation à l’époque de Charlemagne du monastère). Dans son paquetage : un voile de la Vierge, la relique du bras de Saint-Basile, une relique de Saint Denis, le prépuce du Christ (le premier sang versé), le tout dans un croix monumentale, c’est pourquoi on représente l’animal portant une croix. Couverte d’argent et attachée au dos de l’animal. Comme à Cologne, le fait de confier à la dévotion de telles reliques provoquerait de nombreux pèlerinages et l’afflux de richesses.
Les reliques restèrent jusqu’au XVI ème siècle dans ces lieux, puis partirent pour Molsheim, où une représentation de l’animal existe toujours. Le chameau devint le précieux témoin et la figuration imagée de l’abbaye. (La date de 1778 que l’on trouve sur certains sentiers ne signifie que la modification de l’abornement (changement de bornes et non la date de la fondation). (Avec la documentation de l’abbé Joseph Loeb)

Une légende raconte aussi une récompense offerte par les mages a été le Kougelopf (voir ce mot), une autre signale leur passage annuel au champ du feu de Cologne vers Bethléem. Ils éloigneraient par leur passage les esprits mauvais de la forêt  au moyen de leurs précieuses offrandes destinées à l’Enfant Jésus. Les esprits apeurés se replient sur le Haut-Wald. (Hohwald)

Théologiquement , saint Grégoire de Nazianze prétend qu’au moment où  les mages, guidés par l’étoile, adorèrent le nouveau roi, le Christ marqua la fin de l’astrologie, parce que désormais les étoiles tournaient selon l’orbite déterminée par le Christ.  (Cité par Benoît XVI in Spe Salvi, Sauvés dans l’espérance).



Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2008

J'ai le plaisir de souhaiter à nos nombreux lecteurs du blog,

visiteurs et amis de passage,


une très belle fête de la Nativité de Notre Seigneur,


que les quelques instants que vous passez avec nous sur ce blog,
vous apportent un peu de bonheur.


Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 23 Décembre 2008

Poste du Père Noël, Poste  de Noël, sous ce vocable existent selon les pays la correspondance adressé à l'apporteur de cadeaux, qu'il se nomme Christkindel, Nicolas ou Père Noël.


Christkindel :

On peut écrire au Christkindel (dans un bureau autrichien dans le village de Christkindl. (A. 4411 Christkindl) dont le bureau de poste est ouvert chaque année entre le vendredi précédent le premier dimanche de l’avent et le 6 janvier inclus, ceci depuis 1950.   Mais ce village est aussi un lieu de pèlerinage « au Christkinl » à l’enfant Jésus.
 
Ecrire au Saint Nicolas, mais aussi au Père Noël au village du père noël, FIN 96930 Cercle polaire Finlande qui se baptise « berceau du père noël » et traite son courrier toute l’année en l’utilisant comme outil touristique. (A  proximité de Rovaniemi).
 
Une réponse est aussi obtenue si l'on écrit à Nikolausdorfen Allemagne (Basse-Saxe), à Himmelpfort (port du Ciel, poste du Père noël allemand, Weihnachtsmann, 16798 Himmelpfort), ou à Himmelstadt ( Ville du Ciel, 97267 D)
Toutes ces adresses répondent et gratuitement ! Ce qui n''est plus le cas du bureau de poste de Rovaniemi sur le cercle polaire. Toutes ces adresses répondent au moyen d'un timbre spécial de noël, d'un cachet et d'une enveloppe spécifique. Du pain bénit pour les philatélistes et collectionneurs de tout poil.

Pour ceux qui veulent tenter d'écrire plus loin, on peut joindre Santa Claus dans l’Indiana.  (D'Autres pays ayant un secrétariat du père noël, selon Libourne, Alaska, Allemagne, Angleterre, Australie, Autriche, Belgique, Canada (1 million de lettres par an, adresse « pôle nord HOH OHO » ) ( !!), Danemark, Etats-Unis, Groenland, Islande, Italie, Norvège (Droeback), Nouvelle-Zélande, Suède (à Gesunda au parc Santa World), Suisse.


La tradition d’écrire au Père noël semble avoir naquit dans les familles aisées de nombreux pays, au XIX e siècle, en Europe du Nord, aux Etats-Unis et au Canada. Ils disposaient alors leur courrier sur le rebord de la fenêtre. De 2000 lettres de 1962, les enfants ont été 449 232 à faire une lettre individuelle en 1996, 18418 depuis leur classe pour la France. Contre seulement 1478 pour l’étranger et 85 classes. Ayant abouti à plus de 806 703 cartes envoyées en 2000. Il a triplé depuis 1975, avec un rôle croissant des écoles qui s’en servent comme instrument pédagogique et d’éveil.
Selon le sociologue Jean Marie LAVAUD, c’est un nouveau rite qui s’installe. Et étrangement, mais est-ce aussi étrange que cela, sur l’échantillon étudié par le chercheur  UNE SEULE LETTRE proclame “Vive le père noël, vive Jésus.”Les références chrétiennes sont rarissimes confirme-t-il.


PÈRE NOËL, EST VRAIMENT PSYCHOLOGUE
Ainsi on racontait que seule la France répondait au courrier du père noël hexagonal, c’est donc bien faux, mais c’est en 1962 qu’il vint l’idée au service d’acheminement du courrier en souffrance de donner une réponse avec une carte dessinée par René CHAG 2 .  Le ministre des postes était, à l’époque, le frère de Françoise DOLTO, Jacques MARETTE, qui outre le fait d’être la maman de Carlos, a été  celle qui ne voulait à aucun prix complexer nos chers petits. En 1962 ce furent 5000 réponses qui émanèrent de ce service du courrier de Libourne (Gironde 33500), qui depuis change l’image et le texte pour ne pas lasser les plus fidèles correspondants du Père en tenue rouge.
Ce sont deux secrétaires particulières connaissant l’anglais et le russe qui sont recrutées à cette époque afin de répondre au courrier des pays étrangers. Ils répondront même aux lettres en braille ou exprimées dans une langue étrangère particulière, on recrute alors des personnels extérieures pour accomplir au mieux cette tâche. Le service utilise les enveloppes “prêt -à-poster” pour  les réponses individuelles, une enveloppe pré-timbrée sur le thème du père noël, et un second modèle plus résistant pour les réponses aux écoles. Deux textes généraux pour les uns et les autres sont envoyés. L’enveloppe porte le cachet “père noël Libourne”.
Car les enfants sages se posent des questions “pourquoi ne descends tu pas plus tôt”,  ou encore « pourquoi faut-il être sage ? »  ils joignent dessins et croquis, photos de leurs cadeaux préférés, avec références et prix... A trois ans ce sont des legos, à dix des Nike... Ou l’on joint des cadeaux friandises, guirlandes pour l’arbre personnel du “gros plein de gelée” selon le voeu du dessinateur quand il rira on entendra de la gelée bouger.
Les enfants ont aussi un coeur et souvent ils réclament la paix pour leurs frères et soeurs... Et ce contait une chanson de Tino Rossi “Noël et l’enfant”3  où il demande à voir ses parents ensemble ce soir-là se retrouve aussi dans les textes et donc les esprits des bambins.

Mais les enfants ne sont pas les seuls à lui écrire, et même par eux on n’arrive pas à déterminer un âge moyen de l’écrivain au père noël. Autant de garçons que de filles, mais aussi des adolescents et adolescentes, des personnes âgées, malades, seules...  Et le vieux Monsieur Noël ne se transformer en messager du coeur. A Papa Noël de l’informer du feu qui brille dans un autre coeur. “je veux partager ma vie avec elle. Je te laisse ses coordonnées ainsi tu pourras lui écrire..” ou encore “je désirerais donc que ce soit toi, le plus illustre incarnateur (dixit) de mes rêves, qui annonce à celle que j’aime que je l’aime”.
Quand ce n’est pas carrément lui qu’ on demandera en mariage, exemple : “je t’aime beaucoup est-ce que je peux me marier avec toi”.
Ou en recours de l’incarnation de la paix ou du bonheur mondial.
Mais crise économique oblige, on lui demandera aussi d’aider à trouver un emploi

Cadeaux offerts au père noël (joints à la lettre) :
Argent, autocollants, ballons, biberons, carte de parking pour Disneyland, chaussettes, dessins, fève, friandises, lego, préservatif, qcm pour cp, playmobil, timbres et enveloppes pour réponses, parfum, pâte à modeler, millionnaire, loupe, journal de Barbie, images...  Ils sont comparés par le sociologue précité à des offrandes à un culte. Mais le rite dépasse nettement le personnage de noël.

Cadeaux demandés au père noël :

Poupée Barbie, poupée Cindy ou Dora, la création de bijoux.... pour les Garçons : Batman, Playmobil, Lego, tortue Ninja, voitures téléguidées... commun : VTT, les DVD, CD, vidéos des films à la mode ; les jeux vidéo, les peluches... ils sont éventuellement découpés dans les imprimés des grandes surfaces ou dans les catalogues de Vente Par Correspondance.

ET LE RESTE DE L’ANNÉE, TU FAIS QUOI....
Si l’on s’interroge sur la sincérité de ces textes il suffit de songer aux “je t’embrasse très fort” “je ne t’oublierai jamais” qui convaincrait le plus frileux de l’amour porté. Une demande d’une photo de toi est courante, ou une inquiétude quand à son occupation “que fais tu le reste de l’année”.4 .. Alors on bulle Santa ?
Ou encore “es-tu marié ?” et une seule consigne : répondre par “oui ou par non”. Car enfin si la mère noël existe pourquoi elle ne donnerait pas un coup de main... et réussir le coup de force des deux visites annuelles ....
Si l’on écrit au père noël durant les vacances d’été (une fois arrivé le catalogue des deux grandes marques de VPC) le courrier sera mis de côté jusqu’à l’ouverture du secrétariat du père noël fin novembre.
Lorsque l’on recense toutes ces questions, on comprend mieux certains scénarios de films mettant en scène le Père Noël notamment le film “PÈRE NOËL5 6 ” (Super noël)sortit l’an passé en vidéo par les studios WALT DISNEY. A la suite d’une chute du père noël, le 24/12, sur le toit, le héros endosse  le costume (traînant seul sur la neige) faisait de l’acteur automatiquement LE père noël. ainsi était expliqué aux enfants le renouvellement éternel et l’allure universel inchangée et le même film s’offrait de faire visiter les ateliers des elfes et des trolls chargés de la confection et de la gestion mondiale des cadeaux adressés à la progéniture mondiale.


PÈRE NOËL AGENT DE L’OUEST

Le centre de Libourne emploie 40 personnes en décembre ! à plein-temps pour répondre exactement aux demandes des enfants. Ainsi avant la chute du mur de Berlin, les enfants de l’ex-Union soviétique se servaient du Père noël pour avoir des correspondants derrière le mur du communisme. Et le secrétariat a déniché des enfants comprenant le russe afin de leur écrire régulièrement. Des échanges eurent lieu entre les petits écoliers des villes russes de Kiev ou encore de Moscou et ceux de Libourne

Les adresses sur les enveloppes ne manquent pas d’originalité, en voici quelques-unes parmi 60 des plus originales : (les fautes des enfants n’ont pas été corrigées afin de correspondre exactement aux lettres originales)
rétro :
M. le père Noël
4 ème nuage à gauche
dans le ciel
Rue de la Neige

Mr le Père noël
Maison de l’esprit de Noël
Portion du paradis
00 000 Pôle Nord.

Père Noël
Rue du 25 décembre
24 minuit

humoristique :
Monsieur Père Noël
3 rue du renne qui éternue
nébulostratosirofrigostellapolaris
Cercle polaire arctique

Monsieur le facteur :
à remettre au père noël


Spacial:
Pour le père noël
1 passage du Ciel
Galaxie 3
Constellation 24

Petit papa noël
à Betleem ou ailleurs je sais pas bien où tu habites.

Père Noël
avenue des 7 sapins
1995 la crèche.

BP Nuage magique
Ciel cedex.

LETTRES TOUCHANTES D’ENFANTS : (avec fautes d’origine)
“J’ai quelque chose à te dire, je ne suis pas gentille avec papa et maman et je dit toujours des gros mots, alors maman me dit que tu ne m’amènera rien du tout le jour de Noël. C’est pas vrai ? Je peux te passer ma commande si des fois tu passer. Je te promets Père Noël que je serais gentille autrement tu viendras chercher touts ce que tu ma amené” (SIC)


“n’oublies pas ma Maman, mais lui de l’argent, dans ces chaussettes, remplies bien. Comme cela elle pourra s’acheter une jupe et un pull de taille 40. Car elle est malade, suite à son opération du coeur”.

“Je t’écris ce petit mot pour te demander s’il te serait possible de redonner un peu de joie au coeur à ma maman et à ma soeur, car nous avons perdu notre papa fin octobre”

“Je te donne les sucettes et les biberons et toi tu me donnes une grue et un bureau”.

“Je suis un jeune de 30 ans et je voudrais que tu m’aides à l’occasion des fêtes de Noël à me réconcilier avec mon ancienne amie. Si tu lui écris directement elle sera davantage touchée et peut-être me pardonnera t’elle car j’ai pris de bonnes résolutions et je l’aime. Cher père noël, tu restes mon seul espoir, car j’ai déjà tout tenté. Merci de tout coeur.”

“Je voudrais que tu m’aides pour aimer Gauthier. Une petite amie qui s’appelle Janie ma  voler mon amour Gauthier et comme toi, tu peux vivre tout seul, avec la mère noël, les  elfes et les nains, est-ce que tu peux faire de la magie pour moi. Quand ça va être mon anniversaire, je veux qu’il ramène une bague qui coûtera 165 FS. Je veux me marier quand j’aurai 20 ans et lui 19”

Et Si certains enfants RÉCLAMENT .
“l’année dernière tu ne m’a rien envoyer je suis fâché contre toi...” ainsi s’exprimait un enfant. Ou encore, “l’année dernière, je n’ai pas reçu de réponse, pourtant tu es bien venu à la maison. “ En effet,  le service chargé du courrier est un véritable lieu de traitement du courrier sans adresse complète, exacte... il lui faut souvent mener des enquêtes dignes de Sherlock Holmes, mais quelquefois c’est en vain. D’ailleurs si plusieurs enfants sont cités dans la lettre, le service se doit de ne pas en oublier un seul !

ET SI ON POUVAIT LUI PARLER...
Les petits qui voulaient être sûrs que le vieil homme ait bien noté la commande, ne font confiance qu’au téléphone.Les “petits malins”, souvent requins des minitels roses (et de toutes les couleurs) ont trouvé le filon avec des numéros de téléphone, qui débutent pas 08 qui coûtent au bas mot, 2,19 la minute ou plus encore... Car ces boîtes vocales ont des messages numérisés, qui sont différents chaque jour, les meilleurs textes étant écrits par des écrivains, que raconte le Père Noël. L’objectif étant de garder l’enfant en ligne environ 20 minutes sur des lignes surtaxées. Ces boîtes vocales peuvent engranger jusqu’à 150 000 appels avant et pendant les fêtes. Soulignons que la lettre au père noël est gratuite !
CYBER PERE NOEL
Mais il attendait encore qu’un serveur père noël i se mette en place, et nous venons de l’apprendre au  moment de boucler cet article, le père noël es depuis 1997 sur l’lnternet sous l’égide de la poste qui l’héberge une fois de plus et sous l’adresse                                        “www.laposte.fr”.



Deux modèles de réponse du père noël de Libourne, les textes sont écrits au dos des cartes colorées dont nous reproduisons le texte et le recto:
Ci-dessous une réponse à une lettre de classe.
Mes chers petits,
le facteur vient de me rendre la hotte que je lui avais prêtée, et qui lui a permis de m’apporter tous vos dessins, tous vos messages ! Ils ont l’éclat de vos cris dans la cour de récréation  Ils ont les couleurs de vos rêves ! Je suis obligé de les tenir hors de portée de mes rennes qui sont myopes et très gourmands, et qui ont tendance à trouver très appétissantes vos lettres multicolores ! Je n’oublierai pas de combler vos souhaits le jour de Noël, mais au-delà de la fête, des bons plats et des cadeaux échangés, chacun de vous pourra vérifier la trace discrète de mon passage à son réveil : au déplacement infime d’un objet, d’une chaise, d’un rideau, à la trace de buée sur le carreau...
Vous saurez ainsi que vous me manquez déjà et que je m’ennuie de vous 364 jours par an !
Le Père Noël
Ci-dessous, réponse à une lettre individuelle d’enfant, pouvant correspondre à une lettre type, sinon ce sont les secrétaires qui s’en chargent
Mon tout petit,
Mon coeur battait très vite lorsque le facteur m’a remis ton message : je l’attendais avec tant d’impatience !
A présent, je compte avec toi les jours qui nous séparent de la nuit de Noël : le temps n’en finit pas de s’écouler...
Les couleurs de ta lettre semblent refléter la tendresse de ceux qui t’aiment et qui veillent sur toi.
Le 24 décembre, pour combler tes rêves, je prendrai le temps de t’écouter dormir.
je ne ferai pas plus de bruit que les flocons de neige qui tombent des étoiles : petites plumes bercées par le vent d’hiver, aussi légères que ton souffle, aussi douces que ton sourire. Et lorsque le jour te réveillera, je serai parti depuis longtemps, mais la buée de ma respiration sur les carreaux de ta fenêtre te dira mon passage et la chaleur de mon affection.
Le Père Noël.


Pour cet article : remerciements  particuliers au service client courrier (LIBOURNE 33515) , qui traite le courrier du père noël en France et en particulier à Hervé LABARTHE directeur adjoint pour sa documentation et les réponses aux questions.

Notes pour cet article :
1. Le Figaro, la vie des voyages, jeudi 02 octobre 1997
2. P.SPIERS, R.DESBOIS, JEAN LAVANDE (C’est-à-dire Tino Rossi lui-même, c’est un pseudonyme !) en 1961
3. L’album des fêtes de Noël et du Nouvel an autour du monde  Chez Horay,par Sophie Lounguine, 1995 , 22 bis, Passage Dauphine 75006 PARIS, richement illustré et assez facile d’accès pour toute la famille.
4. Santa Clause (en allemand), PERE NOELS...  Walt Disney home video n°40007367

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2008

Stolle (Christstolle, gâteau de noël, à ne pas confondre avec les Fruchtrot, Christbrot, Stutenbrot et Striezl qui sont eux des pains de fruits confits ou pains aux fruits) . Le stolle est une  pâtisserie très riche composée de fruits confits, de raisins, d’épices et quelquefois de massepain.  Il évoque un enfant emmailloté dans la crèche, exclusivement confectionné pour le temps de l’Avent, ce gâteau revigorant fait la fierté des pâtissières allemandes.  Il existe depuis au moins 1474 en Saxe et en Thuringe, une autre façon de dire les délices du Christ.
Déjà le nom en soi est particulier et difficilement traduisible, le même terme signifiera une construction horizontale montagnarde ; un élément d’une chaussure de sport, d’un meuble ou d’un lit, on est loin de la magie de la Weihnachtsbäckerei (la cuisine de noël)
althochdt.: stollo = Pfosten.
Mais nous parlons bien de cette dernière pâtisserie que l’on croit originaire traditionnellement de Dresden. Deuxième erreur, en fait, si Dresde est devenue sa patrie d’accueil, elle est née à l’Est, vous le lirez plus loin, par contre la ville a tout fait pour en conserver la spécificité, Il y a bien plus de 500 ans. La pâtisserie a un seul point commun avec le « poudding » anglais, celle de devoir être préparée bien à l’avance et de vieillir. Gâteau aux fruits, plutôt que pain, fourré de Massepain, servi chaud ou froid et composé d’épices. Gâteau de fin d’année, mais que ne l’a pas toujours été. Il est maintenant associé à celles-ci. Il était donné aux pauvres, dans les villes, dans les campagnes la richesse de sa composition était en corrélation avec la richesse de ses confectionneurs. Ses composants : beurre, miel (puis sucre) un mélange subtil d'épices, d'écorce confite de citron et d'orange, de raisins parfumé au rhum et au kirsch  étant tous les éléments relativement chers.
 
Un exemple de fabricant : Stollenbäecker, à Mendig-Obermendig en Allemagne, fabricant de Stollen depuis des générations qui gagne chaque année les oscars du meilleur stollen
Il existe plusieurs variétés de "Stollen". Un auteur francophone parle d’un aspect de « grosse crêpe fourrée » ? C'est en fait un gâteau truffé de fruits confits macérés dans le rhum, farci d'une crème d'amande, mais n’a rien à voir avec un strudel aux pommes.
Un enfant couché dans les langes : Si on l’observe mieux on se trouve attiré par cette forme particulière symbolise l'enfant Jésus emmailloté dans ses langes, couché dans la mangeoire, « pain de vie ».

 

2010-6542-copie-1.jpg

(un four attenant à une maison alsacienne, en situant le four à pain, à l'extérieur, le refroidissement se faisait automatiquement tout en protégeant la maison de flammes ou de surchauffe, maison alsacienne de Reichstett, Alsace)

 

Petite histoire du Christstollen : Il ne vient pas Dresde !
Déjà à l’époque payenne l’on réalisait la cuisson de 103 pains pour le salut des âmes des trépassés. Ils étaient réalisés dans les nuits de « Rauhnächte ». Ces pains d’offrande portèrent plusieurs noms que l’on retrouve dans les confiseries de noël « Hützelbrot, Kletzenbrot, Birnenwecken, Stolle, Striezel , Christbrot en Saxe ». La transformation en Christbrot paraît ainsi suspecte aux analystes ou semble être une christianisation.
Selon certains auteurs, on trouve la trace de ce produit en 1329 dans un privilège donné aux boulangers de Naumberg, avec le droit pour eux de faire deux Stollen.  
 
Selon une autre source, la boulangerie Sarodnick à Dresde c’est une tradition qui remonte très loin dans le temps puisqu'on en fait mention en 1330 dans le Naumburg an der Saale de la Guilde des boulangers où il est clairement défini que la fabrication du stollen est un privilège épiscopal. On retrouve des traces de sa fabrication à Dresde en 1400 mais c'est un siècle plus tard que la tradition devient hautement populaire. Les "pains du Christ de Noël" sont vendus au marché de Striezel, le plus vieux marché de Noël d'Allemagne.

En 1474,   une facture de l’hopital de Dresden de St Bartholomäus, on y découvre que les Stolle ont été offerts et distribués aux pauvres de la ville. Deux ans plus tard, ces pains étaient largement connus et répandus dans la ville que les  magasins et les marchés en vendaient.
On enregistre en 1560 deux stollens de près de 18 kilos qui ont été offerts au châtelain. (Dresdner Bürgermeister, soit le maire, selon une autre source cf note précédente).  Chacun était transporté par 8 boulangers dont 4 Maîtres-boulangers. Cette coutume s'est perpétuée pendant de nombreuses années.

Les conflits entre les villes productrices de Stolle se sont même envenimés, si bien que les boulangers concurrents n’avaient même plus accès à la ville et aux marchés. (MeiBen et Siebenlehn). On a aboutit ainsi à un quasi monopole.

La composition, fort riche, de ce produit a également suscité les critiques en période de carême, car nous l’avons dit, ce produit n’était pas exclusivement vendu à noël, ils ont alors remplacé durant le carême et la période de l’avent (qui était une période de jeûne, comme elle reste chez les orthodoxes) par le l’huile de plantes.  Cela semble avoir gâché l’appétit de tous et notamment des frères Kurfürst Ernst et son frère Albrecht se rendirent donc à Rome en 1470 (1647 selon une autre source). Le pape jugea leur requête favorable et envoya une "lettre de beurre" autorisant l'emploi de lait et de beurre dans leur stollen, avec sa bénédiction, à la condition de payer un droit juste et raisonnable. Il était permis d’y réintroduire du beurre.
 
C'est Auguste, le puissant, qui commanda le plus gros stollen de tous les temps en 1730, une autre source précise même qu’il fut réalisé par un boulanger de Dresden Johann Andreas Zacharias,  Il pesait 1,8 tonne et devait être réalisé par la guilde des boulangers à l'occasion du Zeithainer Lustlager où on devait accueillir 24 000 invités et il lui fut offert précise une autre source. On fit pour l’occasion un four spécial 60 apprentis boulangers râpèrent les amandes, lavèrent les raisins, tamisèrent la farine, remuèrent et pesèrent la pâte. 8 chevaux transportèrent ce « gros chef d’œuvre » au château, il fut coupé par un couteau ad hoc de 160 cm de long dont on fit une réplique pour un exploit futur. 

En mémoire de ce défi, en 1994 on réalisa un Stollen de 2000 kg, 4 mètres de long et 1,65 de large ; 70 cm de haut. Il a cuit 20 heures sous la direction de 24 maîtres boulangers. Il fut ensuite découpé en 4000 portions. 
Chaque samedi avant le deuxième dimanche de l’avent les boulangers réalisent un maxi-Stollen de 3000 kilos.

Une ancienne gravure sur bois montre « les stollens sont terminés » ce qui en 1897 attire toute la famille lorsque la maîtresse de maison rentre avec sur une grande planche, sous une serviette, un grand stolle dont elle ne dévoile qu’un petit bout, tandis qu’il neige abondamment au dehors.

Reste maintenant à s’y lancer, il semble comme le terme de « Stolle » l’indique que ce n’est guère évident et ceux achetés dans le commerce recèlent de conservateurs parfumant abondamment la confection.
Les recettes varient abondamment :
500 g de farine
2 jaunes d'oeuf
1/2  paquet de levure de boulanger (fraîche en cube)
1 pincée de sel
1 verre de lait (tiède)
75 g de sucre
150 g de margarine
1 zeste de citron
175 g d'amandes (concassées)
125 g de raisins secs
150 g de beurre
125 g de fruits confits, massepain.
sucre glace pour saupoudrer.
Faire un levain avec la moitié de farine lait et levure.
Laisser gonfler dans un endroit chaud recouvert d'un torchon 1 h 30 au-.
Pétrir avec ce levain, le tout: farine beurre sucre oeufs fruits confits(si vous aimez).
Former le stolle:


Abaisser à la main, surtout pas de rouleau à pâtisserie !!! sur une longueur de 30 cm et 10 cm de large.Ne pas dépasser au+3 cm d'épaisseur.
Pincer la pâte dans son milieu sur toute sa longueur pour former un boudin, que vous laisserez retomber légèrement roulé,pour former cette bosse sur le dessus.Façonner un
petit peu.
Laisser gonfler encore 1 heure.
Enfourner à four chaud Th : 220°C à 240°C (7/8).20 à 30 min environ.
Il faut le laisser reposer dans un torchon dans une armoire bien sèche pendant au moins deux semaines.

Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0

Publié le 12 Décembre 2008

En savoir plus sur les boules de Meisenthal, cliquez ici

link

Puis laissez vous guider dans le monde fascinant de la création des magiques boules de noel dans cette cité qui a lancé -dans le 57 du moins- la boule argentée. La grande production en série s'est éteinte (voir notre article sur la décoration du sapin) les artistes et le savoir-faire sont restés et revenus la faire revivre.

La décoration du sapin de Noël domestique (pour la décoration du sapin)



Voir les commentaires

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0