L'Alsace : une vraie région historique

Publié le 17 Octobre 2014

 

Monsieur le premier ministre vient d' affirmer "qu'il n'y avait pas de peuple Alsacien".

 

 

Lorsque nous bouclions le dernier numéro (171) l’Alsace historique était reliée à la Lorraine dont elle n’a jamais été totalement unie (quelle Lorraine d’ailleurs ?). Posant plus de questions qu’apporter de réponses, qu’en est-il du Concordat pour des départements qui n’existeraient plus, du droit local, de la sécurité sociale locale, des jours fériés locaux, de droit foncier de la chasse... et d’autres choses. Un numéro plus tard, la grande région à force de découpage regrouperait aussi la Champagne-Ardennes... pourquoi pas le Nord-Pas-de-Calais... ! Quitte à réunir des régions qui n’ont aucune histoire en commun et pourquoi pas relier l’Alsace à la mer !  Elles font penser aux découpages, de FR3 de mon enfance : «Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes»... nous voilà renvoyé 35 ans en arrière !
Nos régions historiques, avec lesquelles l’Alsace travaille et conclut des pactes transnationaux, ce sont les trois frontières, le Bade-Wurtenberg et la région de Bâle. L’Eurodistrict (pour mémoire, Freiburg- Centre et Sud Alsace) fonctionne déjà et n’a pas besoin ni des autorités parisiennes, ni de celles de Berlin pour regrouper les objectifs des populations et des entreprises, elle a d’ailleurs une identité propre.
Tout le reste n’est qu’une pure construction d’un esprit parisien bien éloigné des réalités du terrain. Ménagez vos réflexions, voici l’Europe existante qui ne demande pas à être inventée car elle fonctionne déjà !
Les plus optimistes disent que l’Alsace en a vu d’autres dans sa longue histoire et que toutes les autorités, démocratiques ou non, n’ont jamais eu raison de son histoire, une région qui existe historiquement ne peut être annihilée. Les tripatouilleurs de l’histoire devraient s’en souvenir. Quel beau cadeau à près d’un siècle après la Constitution de l’Alsace (1911) lui octroyant une autonomie et un Landtag élu au suffrage universel direct, que d’offrir la fin à une région historique -dont il n’existe que trois exemplaires en France, la Bretagne, la Corse-  sa fin pure et simple.Il est étonnant que l’on n’ait pas osé toucher aux deux autres entités, sans doute moins dociles que les Alsaciens, éternels dindons de la farce politique parisienne. Mais le dindon est une cigogne et le plat n’est pas digeste.Surtout si le dindon docile devient agressif ! Haut-Rhin et Bas-Rhin viennent enfin de se réveiller pour s’unir et rattraper le référendum loupé de l’an passé pour créer une seule entité, qui aurait permis d’éviter tout ce gâchis. Loin de l’égoïsme dont nous accusent certaines régions, l’Alsace ne veut tout simplement par disparaître, car dans ses gênes réside une véritable existence historique.  alsace-ma-region2.jpg

 

 

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Repost 0
Commenter cet article