histoire de lanternes voyageuses qui n'arrivent jamais à destination...

Publié le 27 Janvier 2013

cartebonneann--e.jpgLoin de moi l’idée d’accabler les postiers, heureux hommes qui rendent heureux 65 millions de français, créent dit-on dans les gazettes pompeusement du «lien social» en leur adressant missives heureuses ou malheureuses d’organismes aussi agréables que les Assedic, les assurances, ou le centre des impôts -rebaptisé tout aussi élégamment hôtel des finances publiques, mais lorsque des lanternes nous reviennent avec des mentions aussi définitives, frustrantes et traumatisantes pour un artisan de l’édition que «refusé» ou «boîte non identifiable» ou encore «n’habite pas à l’adresse» et qu’à la réexpédition (aidée par un nouvelle Marianne offerte à la poste) elle arrive ! Ceci seulement un mois et demi après l’avoir expédié ! Ou encore si l’on prend la plume et une autre enveloppe, l’on recevra une missive aussi étonnée que la notre, où l’on apprend que c’est le facteur, extra-lucide et force de proposition à l’instar de ce que lui a recommandé son chef de service, dans un soucis d’alléger votre boîte aux lettres et d’augmenter votre temps libre, ait cru bon vous épargner un souci de lecture et puisse refuser à votre place la lanterne que vous désiriez pourtant lire pendant le temps de l’avent ! 
On s’étonne et je m’inquiète, faut-il donc expédier notre lanterne à deux reprises, une fois pour voir si elle peut arriver et la seconde pour qu’elle  arrive à destination  !
Ce cas n’est pas isolé, malheureusement ! Un autre lecteur n’avait plus de nos nouvelles et pensait la lanterne «éteinte» !  Et de notre côté  la flamme du lecteur éteinte !
Donc notre cher facteur, que nous couvrons d’éloges et d’étrennes, n’a pas partout la même valeur et le même dévouement puisque certains journaux non distribués finissent tout de même par me revenir ! Et il semble que l’employé de la Poste à certains lieux,  souffre davantage sur des vélos plus surchargés ou moins électrisés qu’ailleurs ! L’augmentation du timbre (nous faisant dépasser largement nos pays voisins) devrait améliorer la recharge électrique des vélos et par conséquent la distribution  et le zèle postier !
J’espère que tous les amis qui n’ont pas réussi à recevoir ou ne reçoivent plus leur lanterne nous contactent, par courriel, celui-là a aussi des humeurs et des boîtes surchargées ou introuvables, mais a le mérite d’être gratuit ! Même si le deux-roues est surchargé ou si l’équipe des préposés aux postes du lundi souffre un peu d’un week-end surchargé alourdissant les jambes et rendant les boîtes  inaccessibles ou les yeux lourds les boîtes non identifiables, du moins le lundi matin !   Et plus sérieusement que les personnes concernées  se plaignent auprès des services postaux locaux !  Ainsi donc, nous avons des lecteurs qui nous pensent décédés, et les abonnés que nous pensons fâchés ! La belle affaire et nous ne sommes pas dans des relations commerciales, alors imaginons les conséquences économiques pour les entreprises !        Bonne lecture -même aux postiers-    FS

 

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Repost 0
Commenter cet article