Une grande voix s'est envolée...Adieu à Ivan Rebroff.

Publié le 1 Mars 2008

Chagrin en lisant la presse ce jour, cela fait deux jours que les anges chantent mieux au ciel... Une grande voix russe (même s'il était allemand) celle d'Yvan (Ivan) Rebroff s'est  tue... Il est né un 31 juillet, comme Louis de Funès et plus modestement comme votre serviteur. (plus exactement le 31/07/1931)

Dans un blog sur l'Alsace cela peut paraître étonnant de parler de lui et pourtant, nombre de fois il s'est produit dans les églises alsaciennes (catholiques ou protestantes) lui il était orthodoxe, passait ses congés  sur une île grecque...  il a chanté de nombreux chants religieux, cela ne lui ouvrait pas les portes des grands medias, apolitiques et laïques (du moins en France)... On le voyait un peu moins à la TV, mais il chantait toujours et bien ! 

Voilà un  an et quelques mois, il s'était produit dans l'église protestante de Barr, un peu plus maigre, en s'appuyant qui sur sa chaise impériale, qui sur sa canne, mais quelle voix !!  Quelle prestation...
Les chants religieux étaient sublimés... Un grand moment assuré.


Et quel service après vente, il en avait besoin de ce contact avec le public.  Plusieurs fois au cours de son tour de chant il le signale, tout à l'heure il dédicacera.
Effectivement, Il signe les disques, les programmes, mais donnera aussi une photo dédicacée à celui qui n'a rien à lui tendre, le tout avec le sourire, avec un petit mot, il se plie de bonne grâce aux  photos,  écoute, sourit, parle, détendu.... A 75 ans après un tour de chant de près de 2 heures... Quel artiste,  même s'il a participé plusieurs fois  à l'émission célèbre, il n'a pas pris la grosse tête, même s'il était riche !! (ah ! si j'étais riche !)

Vocalement, on pense bien sûr aux succès Kalinka, les succès russes,  aux  avé maria, aux dix voleurs, à plaine,  ma plaine, aux yeux noirs, patrouille des cosaques, aux deux guitares, mais il  y avait bien plus, à écouter le cd "ich bete an die Macht der Liebe" on trouve des extraits bien plus difficiles, agonie de Bizet, Nächltliches Ständchen de Schubert, on oublie aussi ses prestations dans les grands extraits opéras,  (cd "seine gröBten Opernerfolge, loin des sentiers battus Verdi, Nicolai, Rossini, Cornelius, Moussorgsky, Gounod...   Ou  plus ouvert sa prestation dans la chauve-souris de Johann Strauss..., ses chansons grecques sur un cd komm nach Hellias (qui révèle  son histoire d'amour pour son île d'adoption, où il a acheté une maison.)



Ce grand père  à la voix d'or manquera aux mélomanes et on regrette qu'une seule prestation (en Australie) ait été commercialisée en DVD (et cassette vidéo).  Il était encore sur les planches en novembre dernier, puis a annulé ses concerts, ce qui semblait impossible à ce perfectionniste proche du public et exigeant, on a évoqué à nouveau ses problèmes de dos, qui l'avait déjà condamné à rester sur un fauteuil.  Mais disait-il en concert, il n'y a pas de disques dans la gorge ... donc je peux chanter !


"Les cavaliers que tu interprétais si bien avec les claquements de la langue, tout en chantonnant s'éloignent déjà et ils t'emportent au pays des chanteurs disparus que le public n'oubliera jamais ...


Adieu Ivan". Merci M.Rebroff


Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Repost 0
Commenter cet article