Fatima : les apparitions portugaises qui bouleversèrent le monde...

Publié le 21 Février 2008

On  parle beaucoup cette année de Lourdes, voir notre blog article d'il y a quelques  jours,

c'est peut-être l'occasion de souligner que l'on considère les apparitions du matin de Lourdes,

de midi à Fatima,

et du soir à Medjugorje, comme un signe de l'avancée du temps.... et de la Parousie (retour du Christ) proche. Mais tel n'est pas notre propos, nous voulons redonner quelques éléments pour comprendre Fatima.

L'an passé 2007 (1907) était l'année du jubilé des apparitions de Fatima. Fatima a été bouleversante en ce sens qu'un message confié  à de modestes bergers portugais visait la Russie et sa nécessaire consécration afin d'éviter qu'elle ne tombe avec l'Europe dans de graves dangers... La consécration ne fut qu'imparfaite, les secrets délivrés ont annoncés des éléments assez douloureux, dont l'attentat contre l'homme en blanc -le pape Jean-Paul II- et le communisme qui atteint la Russie...

(l'article ci-dessous est paru dans notre petite lanterne, en l'an 2000, il a été modifié en 2008 après la publication du 3ème secret avant le décès de la dernière voyante)

fatima.jpg
A l’heure où Medjugorje (en ex-Yougoslavie) perce un peu le boycott des médias, des spécialistes et ce malgré une campagne assez vive contre ce lieu pourtant riche en fleurs et fruits...(comme l’impose le Nouveau Testament). Fatima connait une double consécration dans un lieu prédestiné car autrefois baptisée “terra de Santa Maria” dans la montagne entourant Fatima on trouve une chapelle ancienne à 13 km de Cova da Iria qui date de 1385. Le pays a donc toujours été fortement marial. Il est normal en ce mois de mai où nous rédigeons ce dossier, mois traditionnellement consacré à Marie, dont le rôle est (re)découvert et valorisé par les protestants, nous évoquions un lieu d’apparition important.1

La première par le biais de la nouvelle visite du souverain Pontife2 , qui ne s’est pas contenté de venir prier sur ce lieu d’apparition, mais le 13 mai 2000 il a, pour la première fois, béatifié deux jeunes enfants non martyrs. Il s’agissait des deux cousins de Soeur Lucie (Lucia dos Santos, religieuse de clôture, retirée au Carmel  de Coïmbre) bergers de Fatima, Jacinta et Francisco.
S’ils sont béatifiés aujourd’hui c’est qu’ils ont quelque chose de très important à transmettre à notre société actuelle, a-t-on pu entendre à Radio Vatican. Quoi ? L’obéissance aux injonctions de la prière dès l’apparition des anges, la progression dans la foi, et le contact avec les mystères surnaturels dans ce monde et en tous les cas dans le monde d’après cette vie.

Francisco a ainsi été touché par la tristesse du Christ dans le parc de Géthsémanie et fait des sacrifices pour le consoler. Jacintha offrait ses prières.
Souvent les ouvrages ont présenté ce garçon, qui a cru sans entendre, comme inférieur aux autres voyants, ou pire telle une sanction à l’égard de son comportement ou de son sexe. Il n’avait pas  bénéficié de  l’apparition complète, pourtant il semble bien que sa foi ait été encore plus vive du fait de cette vision imparfaite ou incomplète. La Vierge disant qu’il devait prier encore beaucoup avant d’aller au Ciel.
Lucie interrogeait la Vierge sur le sort de chacun d’eux, après avoir parlé d’elle, de Jacinthe, et enfin François, Elle répond à la jeune Lucie: “Oui, lui aussi. Mais il aura à dire beaucoup de chapelets”. Ce beaucoup étant plus une idée de temps que de prières à faire pour devenir digne d’entrer au Ciel.
D’autres ont présenté ce jeune garçon comme un peu mièvre sa vocation résidant dans le désir de “consoler le Christ”. On y a vu de l’enfantillage : “Je pensais que Dieu est si triste à cause des nombreux péchés. Si, au moins je pouvais le consoler”. La théologie spirituelle explique cela par une sensibilité surnaturelle d’un garçon endurci par la vie rude, trempée d’une intuition de la Grâce à l’image de la petite Thérèse de Lisieux. 
Message clair rappelé lors de la messe de béatification par le Pape : “ il Ta plu d’ouvrir ton Royaume aux tout-petits”. D’expliquer aux enfants ce que les sages ignorent :  le péché offense Dieu, le bien le console, telle serait la grande leçon du bienheureux François Marto.

Il endura de grandes souffrances, après une transformation de vie radicale, causées par la maladie et mourut le 4 avril 1919, sourire aux lèvres.
Dans la logique du monde contemporain ce serait la cousine, Soeur Lucie3  qui a gagné la meilleure part, car elle vit toujours, et survécut bien des années à son frère et sa soeur. Mais dans le monde de Dieu ce sont eux qui ont la meilleure part, ils ont touché la Vie, tandis que Lucie doit poursuivre d’annoncer le message inlassablement depuis le 13 mai 1917. Et dans de nombreux articles et livres.

Dans l’esprit de Fatima, n’oublions pas le miracle, qui fut signe pour les incrédules, que même les journaux athées, les plus anticléricaux  ont relatés, les autorités politiques y compris, le soleil s’est mis à danser, photos à l’appui, devant 70 000 témoins  médusés. Une foule de témoins venus du Portugal mais aussi du monde entier l’a relaté dans la presse. Les incroyants avaient vu. On a parlé ensuite -comiquement- d’hallucination collective.
Révolution  au coeur du Portugal où sévissait un régime ouvertement anti-catholique qui  a cessé sa persécution religieuse du fait des nombreux témoins ayant assisté à ce que l’on a nommé “la danse du soleil” qui n’a rien à voir avec des effets d’optique de croix barrée dans le soleil que l’on observe après un regard  fixé sur soleil durant quelques instants.

J’ai affirmé une double consécration car le Pape a annoncé à la fin de la célébration de la béatification qu’il acceptait de révéler le contenu du troisième secret de Fatima, qui a fait couler tant d’encre.
Rappelons que le premier secret concernait l’arrivée de la seconde guerre mondiale (alors qu’on était en pleine première guerre et que tous n’attendaient que la Paix et l’on jurait, à qui voulait l’entendre, que la Grande Guerre serait la dernière) ; que le second secret concernait la persécution communiste. Et sa solution la consécration de la Russie au coeur immaculé.
Après en avoir pris connaissance, deux des prédécesseurs sur le trône de Saint Pierre, ont d’ailleurs refusé que l’on leur reparle à nouveau de ce troisième secret, il annonçait en effet l’odieux attentat contre le Pape du 13 mai 1981.
“l’Evêque vêtu de blanc” qui prie pour tous les fidèles est le Pape. Lui aussi marchant péniblement vers la Croix parmi les cadavres des personnes martyrisées (évêques, prêtres, religieux, religieuses et nombreux laïcs), tombe à terre, comme mort, sous les coups d’une arme à feu.4 “ On sait aujourd'hui que le crime avait été commandité par les services secrets russes via les services secrets bulgares. Ali Aga l'a reconnu depuis, Jean-Paul II lui a pardonné sa faute et demandé sa libération (quel message de foi !!)

LE TROISIEME SECRET DE FATIMA  : (c'est la voyante qui écrit) "J'écris en obéissance à Vous, mon Dieu, qui me le commandez par l'intermédiaire de Son Excellence Révérendissime Monseigneur l'Evêque de Leiria et de Votre Très Sainte Mère, qui est aussi la mienne.

Après les deux parties que j'ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche ; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde ; mais elle s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui ; l'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte : 'Pénitence ! Pénitence ! Pénitence !'. Et nous vîmes, dans une lumière immense qui est Dieu : quelque chose semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quant elles passent devant, un évêque vêtu de blanc, nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père.

[Nous vîmes] divers autres évêques monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce ; avant d'y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, a moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin ; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent avec une arme à feu et des flèches ; et de la même manière moururent les uns après les autres les évêques, les prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes.

Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils receuillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu."


Le texte a été publié intégralement avec une notice  de la Congrégation pour la doctrine de la Foi.5

Nous nous contenterons donc des paroles  du Cardinal Sodano, (notons que la presse a pris cette déclaration comme étant la publication du troisième secret)  premier ministre du Saint Père, précise “la vision de Fatima concerne surtout la lutte des Systèmes athées contre l’Eglise et contre les Chrétiens. Elle décrit l’immense souffrance des témoins de la foi du dernier siècle du deuxième millénaire. C’est une interminable via crucis, guidée par les papes du vingtième siècle. 6
 Notons l’usage du mot “systèmes” et non “régimes politiques” il est donc plus large et englobera aussi les sectes et officines diverses, l’homme veille à l’utilisation de son vocabulaire.  Il interdit  de croire pour autant que les persécutions ont cessé, ce numéro de la petite lanterne en témoigne nous relatons les persécutions actuelles, sa pensée se prolonge : “cependant dans d’autres parties du monde, les attaques contre l’Eglise et contre les chrétiens, accompagnées du poids de la souffrance, n’ont malheureusement pas encore cessées”.

La date de la tentative d’assassinat était aussi la date anniversaire des apparitions de la Vierge à Fatima. Le Pape a souligné qu’en cette matière il n’y a pas de hasard ou de coïncidence. Il a toujours attribué sa protection à la Vierge, la balle ayant été miraculeusement déviée, l’arme étant dans la bonne direction.  Elles annonçaient donc que le Pape avait à souffrir. 7 .  C’est “ici à Fatima, déclara-t-il au Colisée le 7 mai, où furent annoncés ces temps de tribulation et où la Vierge demande de prier et de faire pénitence pour les abréger, je voudrais rendre grâce au Ciel pour la force de témoignage qui s’est ainsi manifestées dans toutes ces vie”. Remerciant Dieu  par la même occasion de la protection qui lui fut accordée le 13 mai 1981 :”je voudrais encore une foi dire toute la bonté que le Seigneur a eu pour moi, lorsqu’il me sauva de la mort alors que j’avais été gravement blessé en ce 13 mai 1981. J’exprime aussi ma reconnaissance à la bienheureuse Jacinta pour les sacrifices et les prières qu’elle présenta pour le Saint Père qu’elle avait vu vu tant souffrir”. 


Info catho  révèle que le Pape Jean-Paul II, selon la directeur de la salle de presse, a préféré taire ce secret durant les 20 ans de son Pontificat afin de ne pas marquer l’ensemble de cette période sous le signe d’une prédiction historique qui se serait réalisée.  Mais on n’ôtera à l’esprit de personne que cette confession papale à l’allure d’un testament, d’une post-scriptum à une biographie pontificale hors du commun qui éclaircit la haine de certains à l’égard de ce pape plus spécialement “protégé du ciel” , droit, exigeant,  hors du commun, et tout sauf politiquement correct.

Le Pape (Jean-Paul II) qui a une admiration et une forte foi en la Vierge Marie a d’ailleurs fait remettre à l’évêque de Leira-Fatima le projectile, resté dans la jeep après l’attentat, afin de l’enchâsser dans la couronne de la statue de ND de Fatima. Il a ajouté un autre présent, l’anneau remis par le cardinal (aujourd'hui défunt) Stefan Wyszynski, au début de son pontificat, dans la chapelle des Apparitions. Il lui avait prophétisé qu’il ferait entrer l’Eglise dans le troisième millénaire.

Ce n’est qu’après l’attentat qu’il a ressenti tout le poids de ces prédictions affirme infocatho, il semble qu’il n’y ait pas attaché d’importance lors de son élection.
Le secret révèle aussi que l’erreur du communisme se répand et  le pape n’a pas manqué de citer le cortège des horreurs de ce siècle, qui a charrié tant de “conflits (... aux) “ camps d’extermination et de concentration, de goulags et de nettoyage ethniques, de terrorisme, d’enlèvements, de drogue, d’attentats contre la vie des enfants à naître et contre la famille”.


Ce n’est donc pas un hasard si le Cardinal Sodano  après avoir observé que la “Dame du message semble lire avec une perspicacité spéciale les signes des temps, les signes de notre temps” qu’il confie à “sa maternelle intercession l’Eglise du troisième millénaire”. F.S.   o



Sur Fatima :
Rappel des ouvrages consultables :
* disponible chez France-Livres Clovis, Fatima, par Iccillio Felici, 98 F (bp 88 91552 Etampes cedex)
* ancien livre, Bibliothèque catholique, avec imprimatur, 1954 Amiot Dumont, ND de Fatima. qui a l’avantage de recueillir à la source avec une interview de Lucie. Ouvrage découvert récemment chez un bouquiniste.
ou encore :
* Yves Chiron, enquête sur les apparitions mariales. beaucoup plus critique.
* René Laurentin, multiplication des  apparitions de la Vierge (disponible chez Parvis- Hauteville Suisse) Fayard, rééditions 88,91,95
Vision extérieur d’un cinéaste :
* Daniel Cotelle : “Fatima un miracle et trois secrets”. France-Loisirs 1992, Bourrin 1991

Sur les apparitions de Medjugorje, on peut lire notre dossier du numéro 47, les livres sur le sujet :
* Medjugorge le message de Wayne Weible, Parvis.
* du spécialiste des apparitions : “Dernières nouvelles sur Medjugorje” de René Laurentin chez FX Guibert. ou Medjugorje, chez FX de Guibert.












1.  un dossier très intéressant (toujours actuel) sur la question mariale est paru -en décembre 1998- chez l’éditeur de Famille chrétienne EDIFA, les cahiers d’Edifa, sous la forme d’un dossier thématique : “Marie la Bien aimée, qu’en dit l’écriture, Myriam et l’islam, les protestants et la Vierge, les orthodoxes et Marie” “Notre Dame et la tradition catholiques”. 52 rue Taitbout, 75440 PARIS Cedex 09,
 le numéro 60 F
2. ce n’est pas la première d’un pape, ni une première pour Jean Paul II, Quatrième visite papale, Paul VI, et trois visites de Jean Paul II. A chaque fois Soeur Lucie était présente sur les lieux de l’apparition. On présume de sa joie de voir des membres de sa famille béatifiés et l’Eglise reconnaître par là-même encore davantage leur rencontre avec la Vierge Marie.
3.  Soeur Marie des Douleurs, née le 22 mars 1907,décédée il y a peu.

Le pape Benoît XVI a décidé d’accélérer l’ouverture de la cause de béatification et de canonisation de sœur Lucia dos Santos (1907-2005), l’une des trois témoins des apparitions de la Vierge à Fatima (Portugal) en 1917. Dans un communiqué publié le 13 février 2008 en fin d’après-midi, la Congrégation pour les causes des saints a ainsi annoncé que le pape avait choisi de suspendre le délai obligatoire de cinq ans habituellement requis après la mort d’un serviteur de Dieu pour l’ouverture de sa cause. La voyante portugaise est décédée le 13 février 2005, à l’âge de 97 ans.


4.  Osservatore romano  en français du mercredi 16 mai 2000
5.  Le cardinal Ratzinger, à Rome, le 19 mai , signale qu'il n'y a rien de sensationnel mais que c'est "une aide à la prière (...) des révélations privées”. Mais le “lien entre l’attentat et le troisième secret est évident, il est dans les faits”.
source ZENIT 20/05/2000 (info@zenit.org. ou http://www.zenit.org/french/subscribe.html)
6   osservatore romano édition française sur le net.
7.   le pape a confié à la Congrégation pour la Doctrine de la foi le soin de rendre publique la troisième partie du secret après en avoir préparé un commentaire approprié, dit le texte.




le contact marial.... entre Dieu et l’homme....
Marie, chemin vers Jésus

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #religion

Repost 0
Commenter cet article