lièvre de pâques alsacien pond les oeufs !!

Publié le 13 Février 2008

IMG_1481.JPGIMG_1486.JPGIMG_1420.JPGQui est le Lièvre de Pâques ?
Rafraîchissons les mémoires...
Le lapin est un signe solaire, un symbole de la fécondité sur des fresques anciennes dès l'antiquité. Et aujourd'hui dans l'opinion et le langage courant le lapin est symbole de fécondité (une marque de photocopieur n'a-t-elle pas usé du lapin pour faire passer le symbole de vitesse de copies ) il en va de même dans le langage grivois. L’Australie aurait été entièrement peuplée de lapins par un couple importé et ceci en un laps de temps particulièrement réduit.
Il est assez étonnant de signaler que dans l'ouvrage encyclopédique alsacien d'Herrade , "Hortus Deliciarum" jadis conservé au Monastère du Mont Ste Odile (XI e siècle) le lapin est symbole du péché de chair. Les "incontinenti" (les incontinents sexuels ceux qui ne peuvent se contenir) ou "insatisfaits".

Le lièvre de pâques pond les oeufs
anomalie génétique ?
Le lapin qui a la particularité non seulement de distribuer les oeufs en Alsace et dans les pays rhénans mais aussi de les pondre et de les décorer. Sans que l’on ne sache trop pourquoi, il n’a pas toujours eu bonne presse ainsi le pape Saint Boniface, en 751 a 
(tout un symbole, l’agneau pascal symbole du Christ qui cède du terrain au lièvre de pâques)
décrété l'interdiction de manger du lièvre. Il s’agissait de  conspuer toutes les valeurs qu'évoquait cet animal. L'interdiction sera renouvelée par le pape Zacharie, mais la coutume n'en a eu cure en Germanie. On pourrait rapprocher le lièvre d'autres divinités notamment Ases.
Car on trouve une première théorie expliquant le lapin de pâques par une forme d’agneau de pâques qui aurait coulé ou se serait déformé lors de la cuisson pour donner un lièvre de pâques. La seconde, plus sérieuse réside dans le fait que les catholiques avaient pour coutume de peindre et de faire bénir des oeufs; En 1682, un médecin Johann Richier d’Heidelberg, dans une dissertation critique cette pratique comme une erreur du temps pascal. Et déjà il parle de “Haseneiern”, il dit qu’ils sont dangereux pour les estomacs citant un franciscain qui y laissa la vie. Dans le même texte il souligne la pratique que le “lièvre de pâques cuit ces oeufs et les cache dans les jardins”. Cette quête  dans les prés est répandue depuis le 18 ème siècle (1783 un texte parle du Grünndonnerstag ! jeudi saint, jeudi vert !! à Weimar dans la maison de Goethe !) parralèlement à la bénédiction des oeufs.  Les couleurs utilisées pour peindre ces oeufs avaient également des symboles très forts, jaune,   rouge et bleu notamment. 1  Les premières formes de lapins chez les chocolatiers datent du 19ème sicle.
Vers 1930 le lièvre de pâques n’est plus du tout marqué religieusement et a dépassé les clivages confessionnaux.
 
Un animal riche. 
Riche, il doit l’être pour pouvoir distribuer autant de chocolat aux enfants
Ne passons pas à côté des choses simples...

mais il doit être financé par le Père Noël, plus sérieusement
il évoque les riches symboles de l'abondance, la fertilité, la reproduction, le renouveau de la nature. Et si l'on sait que c'est l'animal favori de la déesse Ostara (nom que la fête de Pâques porte toujours en Alsace, Ostera = Pâques), célébrée à ce moment là de l'année, La boucle des traditions est bouclée.
Et on comprendrait mieux l'hostilité  des abbesses germaniques du Mont-Ste-Odile dans l'Hortus Deliciarum.
Bestiaire pascal
Une Carte   extraite de l'ouvrage d'A. de Benoist (Traditions d’Europe) montrant la diversité des apporteurs de cadeaux à Pâques, qui sont autant de symboles de fécondité.
La carte intitulée "Qui apporte les oeufs de Pâques en Allemagne et en Autriche" nous éclaire sur une répartition entre majoritairement le :
* lièvre de Pâques et
en quelques lieux, le bestiaire se complète d’autres animaux...
* les cloches de Rome (qui en passant se font bénir par le pape, elles partent le jeudi saint et ne reviennent (armées de chocolat, des cloches) qu’au Saint Jour de Pâques.
mais aussi la présence du coq (de Pâques dans le Gothard),
du coucou (dans les horloges et en Suisse Oster Kuckuck );
de la grue,
de la poule céleste ;
du renard en Westphalie (voleur mais au cœur tendre !)
ou encore de la cigogne en Thuringe (Osterstorch assez bizarement pas en Alsace le lièvre est trop présent), mais d’autres voient aussi l’agneau dans la Bavière du Nord, l’oiseau de pâques...  (A. de Benoist complète par la poule au Tyrol(ou encore l’Osterhenne), et dans les pays anglo-saxons à un sympathique animal, nommé EASTER-BUNNY,)
le lièvre de Pâques, Bunny, dont le nom est d'ailleurs déposé  de là à ce qu’un pays devienne la capitale du lapin de pâques après avoir crée la capitale du Père Noël et son aéroport (Rovaniemi en Finlande, sur le cercle polaire) ?

Osterhase im Garten
Ein hase ist im Garten,
was hat er da gemacht ?
Ich kann es kaum erwarten,
hat er mir was gebracht !
ka,dierte Schcokoeier
und eins aus Marzipan ?
Ich sage nur : “Mensch, Meier !”
Das schaust du dir gleich an.”
Ich gehe gleich mal runter
und schaue in dern Busch,
da flieht der Hase munter ;
schon ist er fort : Husch, husch !
Ich sammle all das SüBe
und leg es auf die Bank.
“herr Hase, schöne GrüBe !
Und nochmals vielen Dank “.

Remerciements au lièvre de pâques :

Kinderdank
an  den Osterhasen

Einws-zwei-drei,
der Hase kam zur nacht,
eins-zwei-drei
hat’s Nest er vollgemacht.
Eins-zwei-drei,
du bist ein gutes Tier,
zwei-drei-vier,
ir danken dir dafür !


Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions

Repost 0
Commenter cet article