spiritisme : esprit es-tu là ?

Publié le 15 Janvier 2008

IMG-1211.JPG  Mélanie 18 ans, Gabriel 14 ans, Nathalie 17 ans, Adrien 12 ans… sont à l’écoute des esprits et font du spiritisme !! Hobby de bon nombre d’adolescents, passe-temps, égarement ou véritable jeu national ?
Anachronismes, exceptions ? Il n’en est rien, des questionnements auprès de jeunes (très jeunes même) révèlent que leur quête de sens s’attarde, se perd, se fourvoie, dans le spiritisme. Loin d’être une exception cela ressemble à une mode.


L’ouvrage de Salsa Bertin, « et si on parlait du spiritisme  » recueille le témoignage de jeunes, intrigue, amuse mais fait souvent « froid dans le dos ». Des jeunes préfèrent « Satan » appellent des esprits mauvais, rejettent Dieu, réclament des droits de reconnaissance pour la « religion de Satan ». Cela ne peut pas nous laisser indifférents.
On doit aussi souligner ce que disait le maître à penser du spiritisme, en pleine apogée de son culte, (dans sa revue de la société spirite1860-1870) que plus on le condamne, plus on attire de candidats à lui.

A la question « ce qu’en pensent les amis des personnes qui s’y adonnent » on obtient la réponse « Elle fait comme elle veut. Je trouve ça assez sympa ( !) parce que j’y crois » (…) Je respecte complètement cette religion. Comme les autres religions, je respecte celle-là ». Cette réponse bien contemporaine montre que le relativisme et la tolérance peuvent se nicher même là où il n’a rien à voir.  A l’image des satanistes américains réclamant auprès des autorités la reconnaissance de religion.
Certains le font comme une occasion de s’amuser (trouver une équipe de football préférée d’untel, l’âge, les notes obtenues…) entre amis,  à l’aide d’un verre et d’un scrabble qui semble assez répandu auprès des jeunes, d’autres interrogent sur le sort d’un parent décédé, d’autres encore le font à répétition, jusqu’à plus soif, quitte à en assumer toutes les conséquences.  Nés dans un milieu où deux Français sur trois ne trouveraient pas impossible que les âmes errantes se manifestent à nous, ce qui représente tout de même deux millions de personnes. Ces rites ne sont pas étonnants. Des millions de personnes consultent les voyants, bien plus les horoscopes, supprimé dans un magazine il provoquait une avalanche de courrier, dans une enquête que j’avais réalisé pour un gratuit, l’horoscope était l’une des rubriques lues en priorité et les plus lues !! 
Même dans le Figaro madame, où il n’avait pas droit de cité, il fut introduit, à la demande du lectorat,  lors de la refonte de la maquette du journal il y a quelques mois. on connaît même certains hommes politiques, dont le plus haut personnage de l’Etat maintenant décédé n’hésitait pas à contacter une astrologue qui sévissait dans les colonnes d’un programme de l’étrange lucarne.  Ceux qui se sont rendus à Medjugorje savent que de nombreuses amulettes et pendules sont « lâchées  entre les mains de la Vierge » lors des pèlerinages avec Sœur Emmanuelle. Ce sont des preuves de l’emprise de ces superstitions ou de ces croyances.  Parmi les éléments redondants qui les « initient » au spiritisme, on retrouve cité le hard-rock,black metal, sataniste, où certains (certaines) puisent les invocations au  malin et les rejets de Dieu. Tout en soulignant qu’elles en deviennent assez dépendantes.

L’ensemble est accablant, préoccupant pour les chrétiens qui ne peuvent comprendre que l’on adore, s’attache à Satan, au final, le livre dresse deux constats :
- une perte de repères.  Esprit, magie (le phénomène prendra plus d’ampleur encore avec l’engouement pour Harry Potter auprès des plus jeunes générations)  tout  se confond dans l’esprit de certains jeunes
- une quête de sens, qu’aucun catéchisme ou repère religieux ne balise.
Bien évidemment, les jeunes le soulignent ils n’en parlent pas à leurs parents, ils aiment à transgresser et à essayer ce qui semble interdit, mystérieux, mais tendance ! (à la mode)
Consulter les esprits, les augures (les entrailles d’animaux morts pour y lire l’avenir). Les Zoraïstes connaissaient déjà les démons, de même les perses, babyloniens… 
Le spiritisme, c’est vieux comme le monde, ou presque, cette vieille lune a été remise au goût du jour le 31 mars 1848 dans l’Etat de New York, dans la petite maison de la Hydesville, de la famille Margaret et John Fox. Installés dans une maison réputée hantée depuis trois mois, les bruits nocturnes se multipliant, ils auraient ordonné au monsieur Pied fourchu ‘Splitfoot ‘ de faire comme elle. De claquer dans les doigts. Puis en utilisant le code Morse. Cet esprit révéla que son nom était Charles Ryan qui aurait été assassiné dans le secteur quelques années auparavant. S’en suivra une véritable célébrité des sœurs Fox, qui firent leurs démonstrations en-dehors de leur maison « hantée » en public, à Rochester.  Elles avouèrent plus tard, avant de se rétracter, que le premier incident lors d’une représentation publique avait été fabriqué ! Plus tard Kate répudia le spiritisme, Leah reste médium. Mais elles avaient déjà crée le mouvement et suscité des vocations qui ne demandaient qu’à naître.
La période trop rationnelle se délecta  lors des soirées mondaines de cette attraction et prétendue possibilité de communiquer avec les défunts, cinquante ans durant la fièvre emporta bon nombre d’esprits. Des scientifiques se penchèrent sur la question sans pouvoir en faire la démonstration scientifique. Sir William Crookes fut un des savants qui se pencha sur la question.  Dès 1850 Rivail, qui utilisa le pseudonyme d’Allan Kardec , rédigea une doctrine spirite : « Le livre des esprits, la Bible spirite, le livre des médiums ». il y  précisa ses doctrines: les esprits sont les âmes propres de ceux qui ont vécu sur terre; ces âmes, après avoir dépouillé leur enveloppe charnelle, peuplent l'espace.
Le contact avec les esprits, peut se faire de différentes façons; les plus connues sont les tables tournantes, la dictée médiumnique (ou écriture automatique), le verre à pied et le Oui-ja. L’esprit prend ici un autre sens qui intègre l’idée de réincarnation :
Principe totalement immatériel, l'esprit est l'individualité façonnée au fil des vies. C'est la partie totalement spirituelle de chaque être humain. L'esprit s'intègre à la matière grâce à son double, le périsprit.
 
Les esprits soufflent où ils veulent…

Fondateur d’une véritable anti-religion, il puise et déforme le christianisme, il prône le bien et l’amour tout en niant les vérités du christianisme, il déforme des formules notamment « hors de l’église point de salut » « hors de l’amour point de salut ». Le délire spirite fera qu’à l’hôpital de Zurich en 1855 25 % des malades internés étaient adeptes actifs du spiritisme. (et si on parlait du spiritisme, page 17).
Au début du siècle le père de Sherlock Holmes (Sir Arthur Conan Doyle) partisan du spiritisme affronta le fameux illusionniste Harry Houdini. Celui-ci(+1926) s’évertua à démonter les stratagèmes des spirites. Ils reconnaissent souvent avoir utilisé la ruse ou encore avoir triché . Le débat entre les deux hommes fut passionné. Curieusement, -ou vengeance des spirites-, le débat fut rude, à sa mort, alors qu’il batailla toute sa vie contre eux, l’un des médiums révéla le mot « code » qui permettrait à son épouse de bien l’identifier. Après avoir révélé ce mot, le spirite révéla l’intégralité du code secret utilisé entre Oudini et son épouse lors de ses séances d’illusionniste. Mais même sur ce point la controverse fut vive.

Conséquences
Et nombreux sont ceux qui finissaient perturbés ou fous.  Ne faudrait-il pas s’interroger sur le nombre de suicides chez les jeunes, leur consommation record de cannabis, de tranquilisants, l’excroissance de la violence ? (Mais il existe aussi d’autres symptômes trouvés chez les personnes adeptes du spiritisme : dédoublements, emprises ? De grands médiums, dont certains se doublent d’llusionistes réussissent des prodiges, faire apparaître des esprits jouant de l’accordéon (cet écossais Daniel Dunglas Home , il avait été qualifié « personnage le plus charmant de toute la recherche psychique).Il a poussé la situation jusqu’à permettre des photographies ( ? de ses apparitions).  D’autres spirites utilisèrent l’écriture automatique, évoquée plus haut, il s’agit de laisser s’exprimer l’esprit. La langue peut-être connue, ancienne, ou fantaisiste (au XIXe, on la nommait « écriture martienne ».) En Suisse, décidément à la pointe, plusieurs séances furent patronnées par le professeur psychologue suisse, Théodore Flournoy.
On le gratifia de visites ‘voyages’ dans des lieux de lui inconnus et qu’il décrit avec justesse et précisions.  

Descriptions fantaisistes
Le délire que l’on a écouté avec grand sérieux à l’époque réside dans les descriptions infantiles de paysages urbains ( !!) de mars, d’écriture en langage martien (qui semblent être des mélanges d’écritures occidentales), de « plantes martiennes » ou de « maisons » couvertes de drôles de cheminées s’apparentant davantage aux toits de Paris, ou à des legos qu’à quelque chose d’extra-terrestre. Le subconscient ou le manque d’imagination semble alors avoir pris le dessus.
 
Le système est aussi remis au goût du jour avec la baisse du christianisme et des religions monothéistes , par le new age. 

A la question posée aux jeunes du XXIème siècle« Quel esprit  consultez vous  ? » les réponses sont fantaisistes, esprits morts, « entités » selon l’appellation spirite, morts, démons, Satan ? Nul ne sait vraiment parmi ces jeunes ? Que dit l’église sur l’esprit des morts ?   Elle reconnaît tout d’abord une « communion avec les défunts » dans le corps mystique qu’est l’église. S’il est admit et même conseillé de prier « pour les morts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés ». Le catéchisme précise même que c’est une « pensée sainte et pieuse ». (§ 958)  Dès les premiers siècles l’église a honoré la mémoire des défunts et offert des suffrages en leur faveur, notamment le sacrifice eucharistique (messe). (§ 1032) Ce qui permet de remettre les pendules à l’heure. Notre prière pour eux peut, précise ce texte, non seulement les aider mais aussi rendre efficace leur intercession en notre faveur. (même numéro). Mais peut-on les faire revenir , ou leur poser des questions, à qui donc les pose t-on ?  Très modernes les jeunes interrogés dans cet ouvrage indiquent que sans doute leur cerveau en est la source, le fameux « nous n’utilisons que »…. % de notre esprit. (soulignons que le pourcentage n’est jamais le même selon les sources). Capacité kinesthésique ?
Cette théorie se développa au début du XX ème siècle, on parla de phénomènes supra normaux ou paranormaux. D’esprits frappeurs et de polstergeist. Dès 1882 on l’étudia à Londres dans une fondation pour Psychical Research, puis à l’institut métapsychique international de Paris.

Le Père Brunes, a publié plusieurs ouvrages où il avait révélé son étude de sur les « morts nous parlent », iconoclaste, il raconte les histoires de communications de familles éplorées par la disparition d’un proche qui trouve une béquille avec d’étranges situations, de communication. Il exprimait ainsi sa proximité avec les familles en deuil. 


Un groupe de Toronto, inventa totalement l’histoire d’un personnage, noble du XVIIème siècle, après des recherches historiques afin de vérifier qu’aucune histoire proche ne puisse exister. Le groupe se concentra sur lui et …. Etonnement l’esprit de cet homme imaginaire apparut et remua la table, répondit aux questions six mois durant.

Deux hypothèses en découlent pour le groupe de Toronto : la première le psychisme du groupe est capable de faire bouger et réagir la table canalisé par un même personnage, la seconde : un esprit s’est emparé de cette identité pour agir sur les lieux.

Psychisme, inconscient, alors pourquoi cet interdit ?

Alors pourquoi cet interdit si virulent dans les religions monothéistes.  Les esprits forts répondent tel le serpent du jardin des oliviers, car vous « saurez » et « serez comme Dieu. ». (Genèse 3,5). Même si ce n’est pas dit expressément, l’homme du XXIe siècle en rêve et fait-tout ainsi. 

Il reste aux parents à jouer un rôle de prévention, à éviter de telles fréquentations, de déminer le terrain qui peut être fécondé par des  chansons (dont certaines pochettes provocantes à l’égard de la religion sont explicites) d’autres comportent des pastilles informant sur la présence de contenu subliminaux.  Si ensuite on admet que ce sont des esprits qui sont sollicités, réfléchissons un instant sur les motivations de ces « esprits » forcément négatifs qui sont mobilisés pour égayer une soirée entre amis, à faire bouger des verres, des pastilles… Ils vont tirer profit de la situation pour induire en erreur, détourner de la voie divine. Les jeunes sans base religieuse, sans catéchisme doivent bénéficier des bases leur permettant d’identifier le danger de telles « relations ». 



On peut librement, et sans frais parcourir les écrits et les « expériences » de la société spirite fondée par A. Kardec, sous le site catholique : http://eschatologie.free.fr
On prendra conscience de sa volonté de devenir une religion, de ses nombreuses réunions publiques et de ses actions militantes. Sous un dehors de science, il tentait de rallier les foules à ses thèses.





IMG-1208.JPGphoto Mont Ste Odile (le porche d'entrée)


Une lumière : symbole de la vie dans l’au-delà, de la présence du Christ, 
« Pourquoi  cherchez vous parmi les morts,  interrogèrent les anges le matin de Pâques, les visiteuses du tombeau, celui qui est Vivant, qui est monté eux Cieux ».

Pourquoi interroger les morts ,  car Jésus nous as dit :  « Je suis avec vous, jusqu’à la fin des temps. »

Les habitants de la lune et de mars avec Kardec

Si le christianisme accepte la communion des saints, c’est que leur union à Dieu est totale. Elle reconnaît l’existence d’anges gardiens. Mais ne considère pas comme acceptable que l’âme de certains morts continue à errer, dans l’attente d’une réincarnation –thème souvent cité dans les écrits de Kardec- ou à titre de punition d’une existence passée.

La réincarnation est vécue comme une libération de cet état selon les « interviews » de certains « esprits ».

D’autres lui confient qu’ils vivent sur la Lune,  Mars  ou Jupiter et font même une description de l’état d’avancement des habitants de ces planètes. Kardec, tout en mettant en garde contre les esprits, considère que les esprits élevés attirent les esprits du même acabit et considère donc qu’ils ne peuvent lui mentir !


Le spiritisme « ne fait pas appel aux esprits des morts mais à des génies malfaisants (démons qui se manifestent » dit le Coran. La conception est identique au catholicisme qui estime que beaucoup de jeunes pratiquent par amusement l’appel des esprits, mais ignorent qu’ils ont affaire à des démons
.L’ambiguité des Djinns (ou Jinns) dans l’Islam. L’Islam considère qu’ils peuvent prendre, les génies, des apparences et nouer des relations avec les humains, cohabiter avec eux sur terre. On trouve même des conceptions panthéistes telles que « un esprit peut prendre l’aspect du vent, de la lumière ou des nuages, fumées et des personnages illustres ». Cette conception va plus loin encore : prendre la parole par la bouche d’un homme, bouger sa plume (écriture automatique)… Les rationalistes musulmans nient l’existence réelle des Djins et y voient des allégories.
Quant aux esprits après leur mort, aucun être n’a le pouvoir de les soumettre à son service. (source : aceiweb.org, l’islam et le spiritisme).

Les jeunes « spirites » sentent souvent une appréhension, une présence rappelons leur que malgré leur libre arbitre
« Chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la vie. » (Saint Basile de grand)



undefined

 
 





Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #religion

Repost 0
Commenter cet article