Les voeux, les cartes ... l'année nouvelle

Publié le 27 Décembre 2007

Le calendrier grégorien a été adopté par Grégoire XIII en 1582, il supprime 10 jours au calendrier julien. L’année étant décalée par rapport aux cycles du soleil. Le vendredi 15 octobre succéda au jeudi 4 octobre. Ces jours-là furent anéantis, furent des jours heureux , car ils n’ont jamais existé. En France, on supprima les 10 jours du 9 décembre 1582 sous Henri III. L’année n’a pas toujours débuté le 1er janvier, mais le 25 mars, à Pâques en Gaule, au printemps chez les Slaves. Dans des sociétés vivant en autarcie ou avec peu d’échanges cela posait évidemment moins de problèmes. Ce sera le pape Innocent XI qui fixe l’année nouvelle en 1691 au premier janvier. Les blagues du premier avril, donc presque plus personne ne connaît le sens, était en fait une remise d’étrennes « pour les étourdis ». Il est vrai que l’année liturgique débute toujours avec le premier dimanche de l’avent, que l’on réglait les baux des champs loués à la Saint-Martin (11/11). Calendrier provenant du mot romain « calendes » premier jour de chaque mois pour les anciens Romains. L’habitude de se souhaiter oralement, notamment les filleuls alsaciens à leur parrain et marraine est très ancienne, en échange ils reçoivent un pain d’épice ou une bretzel (symbole d’éternité et de l’infini). Par écrit, on connaît des cartes et des lettres depuis le XIV ème siècle en Alsace ! Imprimées, dans la ville de Gutenberg, depuis le XV ème siècle ! Des exemples sont cités par le mystique Johannes Tauler dès 1346 où il remercie des moniales pour leurs vœux, il en fait de même « von kindlicher güt unsers herren Jhesu Christi ». Les archives de Sélestat conservent aussi les vœux de Jakob Schaffner datant de l’année 1507 qu’il adresse à sa très aimée Grossmutter (hertzliebe Grossmutter). Il le dit dans de très beaux termes : « Min kintliche truwe, willige dienst, fründlichen gruss und was ich liebs und guots vermag, allzit zuvor ! Das nuw geborne kindel Jhesus well uch verlihen und mitteilen ein ingonde glückhaftig guotselog jar und was uch zuo sele und lib dinlich sin mag… » (cité par Joseph Lefftz, Elsässiches Volksleben am Jahresanfang, l’Alsatique de poche, page 45, 1973). Les cartes de vœux sont une pratique des monastères féminins du moyen âge qui envoyaient à leur famille, depuis leur clôture des vœux. Un cadeau y était joint. La pratique se répandit à un point tel que devant les maisons nobilières, un panier pour les vœux était déposé afin de ne pas constamment déranger le personnel de la maison. (voir G. Leser sur le sujet, in Wihnachte en Alsace, Editions du Donon). On recréait ainsi un lien social pour une année nouvelle qui débute, une manière de lutter contre les ruptures et les craintes du temps. Généralisées par l’imprimerie, un auteur (Nadine Crétin, Inventaire des fêtes de France d’hier et d’aujourd’hui, Larousse) se trompe en affirmant que la première carte de vœux est anglaise, de John Calcott Horsley, qui l’aurait dessiné en 1845 à la demande de sir Henry Cole, directeur du Victoria and Albert Museum, alors que les cartes existaient déjà à Strasbourg depuis plusieurs décennies. La tradition veut aussi que la première personne rencontrée le jour de l’an symbolise l’année à venir. Percepteur, voleur, ami ? (un petit carton accroché aux étrennes) La cérémonie télévisée des vœux présidentiels n’est pas une nouveauté. Diffusés le 31 décembre au soir dans l’Hexagone, pour la petite histoire, le roi des Belges s’adresse lui à ses sujets le soir de noël. C’est l’héritage d’une ancienne coutume. (voir aussi Sylvestre) Jadis, il était courant de présenter ses vœux au maire (le Bourgmestre), ceux-ci ont été présentés au maire par le veilleur, avec hallebarde et lanterne entrant dans la stube : « ich wünsch ejch zuëm neje Johr, so viel Starn am Himmel stehn, so viel Reh im Wald rum gehn, so viel Träpffle Raje, so viel Gleck un Saje ! ». Vœux de prospérité, autant d’étoiles qu’en compte le ciel, tant de gibier dans la forêt, tant de gouttes de pluie, tant de bonheur que de sciures ! » (page 20 Joseph Lefftz, Elsässiches Volksleben am Jahresanfang, L’alsatique de poche). L’année nouvelle est annoncée à Ammerschwihr par une chanson populaire « Johr, Johr ! Geb Gott uns allen ein gut selig Johr, uns ist ein Kindelein heut gebor ! » Parmi les traditions anciennes on peut distinguer celles méconnues et celles connues. TIRER pour accueillir la nouvelle année, est destiné à l’origine à faire fuir les démons et les esprits mauvais de l’hiver, ou réveiller la terre et les forces de la nature au milieu de l’hiver. Notons que certains Niklas le font aussi Pétards : On a donc souvent tiré et fait du bruit. Les pétards (feux de Bengale, fusées et autres « Mammouths ») sont classés par la réglementation en K1 et K2 (les K1 : diamètre 11, 2/2,1 cm, les pétards à frottoir, les flambeaux et les artifices d’intérieur). Leur vente est autorisée par arrêté préfectoral, non plus le dernier jour ouvrable de l’année, mais les trois derniers jours. Elle ne peut être faite qu’aux majeurs. Les clients Alsaciens vont aussi se fournir de l’Autre côté du Rhin, sans grandes restrictions. Leur usage est pourtant interdit en ville à moins de 50 mètres de tout bâtiment, les K1 ne peuvent en principe être tirés avant la nuit du 31 décembre au 1er janvier, entre 20 h et 2 h du matin. Et les K2, doivent être explosés hors agglomération dans les zones isolées. Mais qui en tient compte ? Dans la nuit, on peut difficilement lire les arrêtés préfectoraux. Faire du bruit est donc une tradition ancienne, certes pas en allumant des véhicules mais en tirant et claquant sur tout ce qui vous entoure. On connaît ce rite depuis l’année 1537 où le conseil a été forcé d’interdire de tirer afin que les « personnes malades, les femmes enceintes et les jeunes enfants ne soient pas effrayés » Ou en subissent les dommages. Sans grande efficacité, il semble que ce rite a persisté dans les archives des villes. Cartes postales anciennes de la collection de l'auteur, elles datent de 1895-1910. Les photos sont de l'auteur. La "petite carte accrochée aux cadeaux est un peu plus récente". IMG-0859.JPGcarte-de-voeux.jpgcartebonneann--e.jpgcartebonneannee2.jpgNouvelan.jpg

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions

Repost 0
Commenter cet article