gui & houx : plantes magiques (2)

Publié le 13 Décembre 2007

Le houx :
Houx :  (Famille de Ilicacées, 300 espèces différentes, dont une seule en Europe Ilex Aquifolium) Plante qui peut vivre 500 ans fleurit au printemps et en Hiver. On reconnaît immédiatement les cartes anglaises ou américaines, irrésistiblement on nous présente du houx et souvent du gui. On les retrouve sur les bûches à titre décoratif. Sur les têtes alsaciennes ce jour-là une couronne faite de plantes vertes, faite de gui et de houx. Les produits furent condamnés en chaire par Geiler de Kaysersberg toujours incisif. Le texte de 1512 de Hieronymos Brunschwig (cité dans « das Talbuch »  1966 par Aldred Pfleger) : « Le diable n’a aucun pouvoir sur celui qui porte les feuilles, et aucune sorcellerie pourra entrer par la porte au-dessus de laquelle les feuilles sont suspendues ».  Car on estimait chez les Germains, que la protection contre les esprits de l’hiver se faisait au moyen du houx.  Dans les contes, les branches des rameaux de gui ou de houx « devaient servir de perchoir aux esprits sylvestres, elfes et lutins » qui se « morfondaient dehors » à ce moment de l’année, et ne savaient où se nicher à l’intérieur ». (Elisabeth Berrangé ) . On voit donc que le houx avait un usage de protection.
Le magistrat de Strasbourg
embraye sur l’interdiction de Geiler de Kaysersberg et condamne fermement sa présence le 23 décembre 1524 en affirmant (cite par Adolf Sparmer Sitte und Brauch page 122) : « personne d’étranger et du lieu ne devra mettre de couronne pour la bonne année que quelqu’un le veuille ou non » (…) Celui qui transgressera cette interdiction ne sera relâché avant d’avoir payé une amende de 5 schillings Pfennige ».
Le houx  nommé en anglais « Holly » est très proche du « Holy » (sacré, saint).
 
Interprétation biblique : la couronne d’épines du Christ au moment de sa crucifixion. De plus le bois très épais et très dur du gui semble trouver son parallèle dans celui du bois du supplice de la croix de Jésus fils de Dieu.
Les auteurs de la chanson traditionnelle de noël « the holly and the Ivy »  (le houx et le lierre) elle tente le parallèle entre le houx et la Verge Marie dans plusieurs de ses strophes, on y parle de la solidité de son bois, la couleur rouge (tel le sang) de ses baies et de sa beauté, son piquant (rien n’est plus aiguisé que ses pointes acérées). (tra. Editions Scherzo Music Inc, par N. Cole in « Célébration of Christmas » avec P. Domingo et Carreras, disques Erato) 

(voir aussi Gui)

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0
Commenter cet article