L’entrée de saint Nicolas, décrite par Franz Schroller 1885

Publié le 6 Novembre 2016

L’entrée de saint Nicolas, décrite par Franz Schroller 1885

la petite lanterne propose ce texte traduit par nos soins d'une arrivée du Saint Nicolas, comme on peut le voir sur la gravure ancienne (collection la petite lanterne) que nous reproduisons ici.

A ses côtés l'affreux croquemitaine "Krampus" père fouettard qui hérite des divinités anciennes ou des forces maléfiques de l'hiver. Ce curieux attelage a un réel succès, même s'il demeure craint par les enfants. Lisez plutôt....   (extrait de notre revue papier la petite lanterne n° 178, décembre 2015).

 

Nicolas et Krampus parcourent en traineau le Tyrol.

Également au Tyrol arrive Saint Nicolas qui précède le Père Noël, mais non seulement il arrive dans une autre tenue mais il se prénomme ici « nicolo ».
Car ce « Nicolo » apporte ici aux enfants des cadeaux de noël, mais dans les grandes villes comme à Innsbrück,  il débute les fêtes de Noël allemandes. Son entrée dans les villes est pourtant ici fort différente. Chez nous saint Nicolas arrive avec ses cerfs comme un marcheur (un randonneur) qui a son sac à dos, empli de présents ainsi qu’une verge (Ruët) dans sa main. Une figure ne pouvant mentir sa parenté avec la plus lointaine mythologie païenne.

Dans les villages tyroliens il circule dans les ruelles en traîneau tiré par un cheval, sa mitre épiscopale sur sa tête, avec son compagnon le Krampus, qui est la plus populaire personnification du Diable. Cette traversée publique de Nicolas et Krampus sur leur traineau attelé, car il n’est pas rare qu’en ces temps il n’y ait une épaisse couche de neige dans les villages montagneux, a bien lieu le soir précédant la Saint Nicolas. Elle est fort impatiemment attendue par petits et grands. Elle est même redoutée par les plus petits. Car au moment où  la nuit pénètre les rues, aussitôt chacun quitte sa demeure pour se mettre au seuil de sa maison afin de voir le passage annuel qui s’annonce.
Et, effectivement, le traineau s’avance. Saint Nicolas le dirige lui-même, une lanterne de grange est fixée à l’avant du traineau, il est ainsi bien illuminé et visible.  A sa main gauche, il porte son bâton, signe de sa mission épiscopale, et sur son giron, dans les plis de son aube,  on distingue pommes et autres  présents qu’il distribue aux enfants. Chacun se voit offrir un petit quelque chose, car dans le village, on le sait, il n’est pas nécessaire que ce soit tout un sachet plein de noix ou de pains-d’épices.
St Nicolas apparaît si sérieux, mais néanmoins se dégage de lui un air amusant, qui permet aux enfants d’immédiatement lui faire toute confiance.

A l’opposé Krampus apparaît effrayant qui se tient debout derrière le saint homme. Il est couvert de longs et épais cheveux noirs en broussaille, sa tenue est faite de peau d’agneau noir, sur la tête s’avancent deux énormes cornes, véritables cornes de bœuf, et de son immense gueule pend une longue langue. Dans une main, il tient une verge, dans l’autre une fourche à trois têtes.
Mais ce qui est le plus remarquable est, que sur son dos, il porte une hotte où il attrape et enferme quelques enfants impertinents pour les emporter. Les bambins qui croient à la réalité de cette représentation (donnent foi à cette représentation)  tremblent à cette éventualité d’être eux aussi emportés par lui. Mais ils se tranquillisent vite, lorsque le saint homme leur montre ses plus belles pommes et leur en fait le don.  Ainsi ils n’appartiennent pas aux bannis mais aux élus.

Ich bin der Nickel aus dem Himmel,
Reite einen weiBen Schimmel,
Ich komme aus dem Himmelreich
und strafe alle Faulen gleich.
Wenn die Jungen nicht fleiBig beten und singen,
Wird ihren die Rute am A...rumspringen.
Wenn die Mädchen nicht spinnen und kochen,
wird ihnen der Nickels den Rücken auspochen».

Je suis Nicolas du Ciel, je chevauche un blanc cheval, je viens du royaume du Ciel,  et punit équitablement tous les fainéants,
Si les gars qui ne prient et ne chantent pas ardemment.
Alors ma Verge leur couvrira le c.... dos.
Si les filles ne filent et ne cuisinent pas, Nicolas leur de même les châtiera.

 

 

 

Nikolaus entre dans un village tyrolien avec le furieux Krampus (père fouettard) image début du XXème siècle.
Nikolaus entre dans un village tyrolien avec le furieux Krampus (père fouettard) image début du XXème siècle.

Nikolaus entre dans un village tyrolien avec le furieux Krampus (père fouettard) image début du XXème siècle.

une image de pain d'épice du diable "Krampus" père fouettard  image datée de 1930.

une image de pain d'épice du diable "Krampus" père fouettard image datée de 1930.

L’entrée de saint Nicolas, décrite par Franz Schroller 1885

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Publié dans #traditions de noël

Repost 0
Commenter cet article