Le Père Burgos

Publié le 8 Juin 2015

Le père Borgos..
Si les prêtres sont comme des avions, (voir l’encadré ci-dessous) si l’on reprend la formule du pape François, il y en a aussi qui se posent dans nos vies et nous emmènent dans des destinations lointaines, nous avons tous croisé de ces prêtres qui ont changé nos vies, ont été des repères, des points fixes, des phares. Et l’on aimerait avoir réalisé ce que les éditions saint léger (qui éditent également de nombreux livres audio, on peut en écouter des extraits sur le site, Delbrêl, la règle de saint Benoît, des écrits de Benoît XVI ou du pape François et d’autres enseignements) ont édité ici sur un prêtre d’Auvergne, le Père Victor Bogros, mort à 99 ans, comme s’il ne voulait pas attendre d’avoir le siècle pour rejoindre la Lumière du Christ qu’il a prêché et attendu toute sa vie.
La préface de Stan Rougier, qu’il l’a connu et dont il a suscité la vocation, comme il nous le rappelle dans son préambule, expose déjà toute la profondeur de l’homme d’Eglise, effacé attentif, écoutant les autres, parlant peu de soi, profond dans ses conseils et ses messages. Le livre nous offre outre le parcours reconstitué d’un homme discret, les extraits de conférences, d’homélies, car il a le don de la parole heureusement enregistrée et ces documents conservés. Car l’homme de Dieu est phare pour ceux qui le rencontrent, ce fut le cas de l’auteur Annie Campagne-Poudérous, qui dans un moment de tempête personnelle découvre le roc. Mais elle garde ce «point fixe» pour le restant de sa vie. Ce livre est ainsi un peu un témoignage de leur fidélité spirituelle réciproque. (Editions Saint Léger, http://saintlegerproductions.fr)


Les prêtres sont comme des avions....
«J’ai lu un jour que les prêtres sont comme les avions : on parle d’eux seulement lorsqu’ils tombent , mais il y en a beaucoup qui volent. Beaucoup les critiquent et peu prient pour eux.
C’est une phrase très sympathique mais aussi très vraie, parce qu’elle indique l’importance et la délicatesse de notre service sacerdotal et quel mal pourrait causer à tout le corps de l’Eglise un seul prêtre qui «tombe». Donc, pour ne pas tomber en ces jours (texte paru lors du carême) où nous nous préparons à la Confession, demandons à la Vierge Marie, Mère de Dieu et Mère de l’Eglise, de guérir les blessures du péché que chacun de nous porte dans son coeur et de soutenir l’Eglise et la Curie, afin qu’elles soient saines et porteuses d’assainissement.» (in Mensuel Stella Maris, n° 522, mars 2015, page 8, édité en Suisse francophone, www.parvis.ch)

Le Père Burgos

Rédigé par Rédacteur petite lanterne

Repost 0
Commenter cet article